Le calendrier enfin publié: La présidentielle fixée au 23 décembre 2018

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La MP appelle la classe politique et la communauté internationale à appuyer le calendrier

Comme initialement annoncé, la Commission électorale nationale indépendante a publié hier dans la soirée le calendrier global des élections en République démocratique du Congo. C’était en la salle M. l’Abbé Apollinaire Malumalu, en présence des membres du gouvernement, des responsables du CNSA, des diplomates, de la classe politique congolaise, des chefs coutumiers et des invités de marque. Il s’agit d’un calendrier qui prend en compte l’Accord Politique Global et Inclusif du Centre interdiocésain de Kinshasa du 31 décembre 2017 en son Chapitre IV, point 2, ainsi  que les réunions d’évaluation tenues respectivement à Kananga du 28 au 31 août 2017 et à Kinshasa du 14 au 18 octobre 2017 entre le Gouvernement, le Conseil National de Suivi de l’Accord et du Processus électoral ainsi que la Commission électorale nationale indépendante, CENI.

Pour Corneille Nangaa, président de la CENI, la publication du calendrier obéit à des paramètres politiques, sécuritaires et financiers. « Nous avons la lisibilité sur les paramètres  et la CENI obéit aux règles qui sont les siennes», dit-il, avant de rendre hommage aux Congolais, car la CENI vient de lui donner enfin  un calendrier pour des élections apaisées. C’était lors d’une séance de questions-réponses entre le président de la CENI et la presse. Il a rappelé que la CENI organise les élections dans un environnement constitutionnel et politique bien déterminé. En dépit de son indépendance, elle doit quand même tenir compte des avis des parties prenantes au processus électoral. A l’en croire, ce sont les consultations qui ont permis à la CENI de publier le calendrier, d’autant plus que les élections relèvent de la souveraineté nationale et il revient au gouvernement de la République de les organiser.

Et d’insister que les élections ne sont pas organisées pour les Américains ; mais les Congolais. Il revient alors aux partenaires extérieurs de la Rdc de prouver qu’ils sont des amis auxquels ce pays peut compter, en respectant bien sûr la souveraineté du pays. Répondant à une question sur l’appui des Américains au processus électoral, Corneille Nangaa répond que l’appui des partenaires est multiforme. Dans cet ordre d’idée, il constate qu’à ce jour, les Etats-Unis d’Amérique accordent des aides aux ONG et non à la CENI.

504 jours ou 306 ?

La CENI a-t-elle respectée ou pas les fameux 504 jours dans l’élaboration du calendrier et quid de la machine semi-électronique. Pour Corneille Nangaa, la CENI est restée cohérente envers elle-même. Les 504 jours étaient donnés il y a une année au dialogue de la Cité de l’Union africaine. Un exercice qui, à l’en croire, a été fait avec l’apport des experts internationaux, même si certains ne savent pas s’assumer.  « Dans les conditions politiques actuelles avec 600 partis politiques, sans oublier le format des bulletins de vote, etc., on avait besoin de 504 jours », dit-il, avant d’ajouter que ce n’était que des paramètres variables. Car, si on ne fait pas ce qu’il faut, même ce délai là ne tiendra pas. Et de renchérir que nous travaillons  sur une hypothèse optimiste et espérons que le gouvernement va donner un plan de décaissement, que les partenaires vont mettre leurs contributions à la disposition de la CENI. Et si tous ces éléments sont mis ensemble, les dates peuvent être respectées.

Au sujet de la machine  à voter, le président de la Centrale électorale rappelle l’Accord de la Saint-Sylvestre qui recommande d’explorer les voies et moyens susceptibles de rationnaliser le système électoral et de diminuer le coût. Pour ce faire, la CENI dit qu’elle a donné deux hypothèses pour la diminution du coût et des délais. « Nous gagnerons en temps, en crédit et en économie. Mais nous gagnerons plus en termes d’éléments critiques », indique-t-il, avant d’informer que nous allons d’ici là recevoir 200 kits pour le lancement de la sensibilisation. Et la CENI projette qu’au moins 80% des électeurs aient palpé la machine avant le vote.

Corneille Nangaa a terminé par dire que les élections appartiennent aux Congolais. « Nous n’avons que le Congo. Ne pensez pas que les étrangers aiment notre pays mieux que nous-mêmes. Que les élections ne soient pas la base des violences, ni une occasion pour hypothéquer ce que nous avons de plus cher, la Rdc ».

Quelques dates importantes

Soulignons que le calendrier publié dans ce Journal reprend, du 03 novembre 2017 au 31 janvier 2018, la finalisation de l’identification des électeurs dans les derniers centres d’inscription du Kasaï, Kasaï Central, Luilu et Kamiji ; du 01 juillet 2018 au 28 septembre 2018 : enrôlement des Congolais de l’étranger ; le 8 mai 2018 : promulgation de la loi sur la répartition des sièges ; 23 juin 2018 : convocation de l’électorat : dimanche 23 décembre 2018 : jour des scrutins directs combinés présidentielle, législatives nationales et provinciales et le 12 janvier 2018 : prestation de serment du président élu.

Mais pour que toutes ces élections aient lieu, des contraintes d’ordre légal, financier, logistique, politique et sécuritaire doivent trouver des réponses. Comme pour dire que le Gouvernement de la République doit non seulement mobiliser les moyens, mais aussi sécuriser le pays pour que les élections se déroulent dans un climat de paix. De même le Parlement et la Présidence de la République, doivent voter et promulguer les lois essentielles au processus électoral. De son côté, la Monusco, conformément à la dernière résolution, doit beaucoup plus se focaliser sur le défi logistique, afin de doter la CENI des moyens de sa politique.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse