Le 8 février et l’épilepsie dans le monde: La journée internationale passée sous silence à Kinshasa

par -
0 393
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le monde a célébré, le 8 février, la journée internationale de l’épilepsie. C’est une affection neurologique  manifestée par des crises récurrentes et des convulsions musculaires.

Le but de cette journée est de promouvoir les droits des malades épileptiques estimés à ces jours à quelque 50 millions dans le monde entier. Aucune activité à caractère officielle n’a été enregistrée mercredi à Kinshasa, pour célébrer cette journée de lutte contre l’épilepsie. Pourtant, la capitale regorge aussi des cas d’épilepsie. La plupart des patients recourent aux traitements traditionnels, faute de maitriser la thérapie moderne.

Mais quelles en sont les causes, ainsi que les modes de traitement ?

En effet, l’épilepsie, cette affection chronique du cerveau, attaque toutes les tranches d’âges. Elle se caractérise par des  crises récurrentes, des convulsions musculaires involontaires, sur une partie  ou l’ensemble du corps.

Ces crises partielles ou généralisées qui durent plus de 30 minutes, s’accompagnent parfois d’une perte de conscience et du manque de contrôle de la vessie et de l’évacuation intestinale.

Ces crises sont les résultats de décharges électriques excessives dans un groupe de cellules cérébrales, susceptible d’entrainer une chute, une blessure et même une mort soudaine. Ceci peut survenir à n’importe quel endroit où le malade est surpris par l’infarctus : un accident de route, la noyade, un traumatisme crânien…

La prévention devient possible

Cette maladie n’est pas contagieuse, elle se fait diagnostiquer à la suite de deux crises successives.

Quand elle est découverte à temps, l’épilepsie peut être facilement traitée par des remèdes antiépileptiques, qui soulagent jusqu’à 70% de cas.

Ces malades peuvent aussi recourir à des interventions chirurgicales au niveau du cerveau ou encore à des stimulations électriques d’un nerf.

La prise en charge de cette maladie considérée jadis comme venant d’une force ou d’une puissance surnaturelle pose problème. Près de trois quarts des personnes affectées vivant dans les pays à  faible revenu ou intermédiaire, ne bénéficient pas de traitement dont elles ont besoin.

Les personnes atteintes par l’épilepsie et leur famille sont souvent confrontées à la stigmatisation et à des discriminations dans de nombreuses régions du monde.

Il est à ce jour possible de prévenir cette maladie causée par un traumatisme crânien, une malformation du cerveau, un accident vasculaire cérébral(AVC), une tumeur cérébrale etc.

D’où, en guise de prévention, les patients souffrant de l’épilepsie doivent observer certaines règles d’hygiènes. Ceci dans le souci d’éviter des situations pouvant générer des crises convulsives. Ils doivent par exemple : éviter la prise d’alcool et d’autres toxiques, l’exposition aux stimulations lumineuses (usage prolongé de jeux vidéo ou d’écrans), mais aussi faire attention à la conduite automobile.

Pour rappel, depuis 2015, le 08 février de chaque année est consacrée aux droits des malades épileptiques dans le monde. Avant cette date,  l’Europe réservait une journée de son calendrier à cette maladie.

(Irène Musune/ RTGA World)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse