Laurent Désiré Kabila- 17 ans déjà : Merci encore, Mzee

par -
0 249
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

16 janvier 2018, le soleil s’est levé tristement en République Démocratique du Congo. A Kinshasa, la température est humide. Il a plu toute la nuit. Les rues n’ont pas leur ambiance quotidienne. Beaucoup de Kinois ont du mal à sortir du lit, ce matin. C’est un jour férié. Ce n’est donc pas ça qui les rend tristounets. La vraie raison est qu’ils ont du mal à accepter, 17 ans après, l’assassinat, ignoble et lâche, de leur président, Laurent-Désiré Kabila, dans son bureau,  en plein exercice de ses fonctions.

11 heures, à  la cathédrale du centenaire protestant, lieu où le culte d’action de grâce est organisé, dans la capitale, la mobilisation est impressionnante. Les Congolais sont venus en masse rendre hommage  à celui qui leur a redonné la fierté d’être Congolais. Les autorités politico-administratives ont aussi, bien évidemment, répondu présent à ce rendez-vous du devoir de mémoire. Le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, a représenté personnellement le chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange ; La Première dame de la RDC, Marie-Olive Lembe Kabila, ses enfants, ainsi que la famille biologique de Mzee Laurent-Désiré Kabila  étaient aux premiers rangs. Non loin de là, avaient pris place le président du Senat, Laurent Kengo Wa Dondo, les membres du gouvernement, les représentants des institutions d’appui à  la démocratie, les ambassadeurs et chefs des missions diplomatiques, les membres du cabinet du Chef de l’Etat, les membres du bureau de l’Assemblée nationale et du Senat, etc.

Dans sa prédication,  le pasteur Ekofo, l’officiant du jour s’est inspiré de la bible pour relever que Dieu a lui-même offert à l’homme l’envie de la transformation et de la gestion de la terre. «De l’anniversaire de la mort de Laurent-Désiré Kabila, nous retenons ce que nous pensons que ça sera le résumé de sa pensée qui va traverser des générations et des générations des  Congolais. Il nous a légué cette parole, comme un testament, «ne jamais trahir le Congo ». Cette recommandation du soldat du peuple est dans tous les esprits. Le pasteur Ekofo a tenu à l’expliciter: « ce qui veut dire que le Congo nous appartient. Dieu a donné la gestion du Congo à nous, Congolais. Pas aux Américains. Pas aux Français, ni aux belges, ni  à qui que ce soit, mais à  nous Congolais ».

L’Ambassadeur Theodore Mugalu, chef de la maison civile du Chef de l’Etat, qui a pris la parole au nom de la famille, est revenu sur les convictions et la croyance de Mzee Laurent-Désiré Kabila, en relisant son dernier message de vœux de Nouvel an à la Nation:

« Malgré les vicissitudes graves que vit notre pays, plus que jamais, nous sommes confiants en l’avenir de notre patrie. La RDC est un pays choisi par Dieu et le plan divin se réalisera totalement  sur ces terres africaines du Congo démocratique, quelles que soient les tentatives humaines intérieures et extérieures. Et la meilleure manière de continuer à honorer Mzee serait de poursuivre ce bon combat… Nous voulons vous remercier, une fois encore, cette année, pour votre participation à ce culte de commémoration de l’assassinat de Mzee Laurent Désiré Kabila, notre bien aimé frère, grand père, oncle et président de la république d’heureuse mémoire. Nous saisissons cette opportunité pour vous souhaiter une heureuse année 2018. Que le bon Dieu bénisse notre pays, son peuple et sers institutions ».

Une évidence : 17 ans après, l’émotion suscitée par l’assassinat du troisième président de le RDC est toujours grande. La vie et les engagements de celui qu’on appelle « le soldat du peuple » sont aujourd’hui source d’inspiration pour son peuple

Après le culte, les autorités, ainsi que toute la population se sont rendues au mausolée pour une visite et le dépôt de gerbes de fleurs. LDK repose ici pour l’éternité. Tout ce monde est venu manifester son amour au feu président, qui avait donné de sa vie pour conserver l’unité, l’indépendance du pays, l’intégrité du territoire national et surtout inculquer à chaque congolais l’idée force sur la grandeur du pays. Gerbes de fleurs à la main, les visiteurs du mausolée s’y sont recueillis en signe de reconnaissance pour l’œuvre immense, fruit de l’esprit patriotique de LDK. Ils y ont retrouvé sa philosophie, ainsi que le credo de développement qu’il ne cessait de rappeler à ses compatriotes, ne jamais trahir le Congo et l’auto-prise en charge, coulés sous forme d’épitaphe sur les  colonnes qui soutiennent le mausolée.  Les personnalités,  qui ont pris d’assaut ce site funéraire, ont exprimé leurs sentiments de gratitude et de fierté dans un livre d’or ouvert à cette occasion. Ont exécuté successivement ce cérémonial : La Première dame de la RDC, Marie-Olive Lembe Kabila, avec à  ses cotes ses enfants, le Premier ministre, Bruno Tshibala Nzenzeh, suivi d’’une frange de ministres de la RDC, l’appareil judiciaire, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication, la Banque Centrale du Congo et le cabinet du chef de l’Etat, sous la conduite du Professeur Néhémie Mwilanya, Directeur de cabinet. Ensuite, l’occasion a été offerte à tout le monde de déposer sa gerbe de fleurs et de contourner le caveau en verre, sous le regard du protocole d’’Etat.

Partout en RDC, notamment dans les provinces du Kasaï, Tanganika, Sud Ubangi, ainsi qu’à  Lualaba, plusieurs messes d’’action de grâce ont été également dites en mémoire des deux héros nationaux, Laurent-Désiré Kabila et Patrice Lumumba. Avec la même émotion et une prise de conscience renouvelée.

A Tshikapa, par exemple,  l’Abbé curé Antoine Kalala, officiant du culte du jour, a, dans son homélie tirée de l’’épitre de l’apôtre Paul aux Romains, chapitre 14, verset 7,  lu : ‘’En effet, nul de nous ne vit pour lui-même, nul de nous ne meurt pour lui-même’’. En donnant l’exemple de Laurent-Désiré Kabila, assassiné par les ennemis du peuple congolais, il dit qu’il a ainsi versé de son sang pour le bien-être de tous les Congolais. Exemple éloquent que nous devons tous prendre. D’autres ont prêché sur le respect à l’autorité et  ont profité de l’occasion pour  exhorter les Chrétiens à  s’occuper davantage de sauver les âmes, de prier pour la nation, que de confondre leur apostolat à  la politique.  Le passé va-t-il nous rattraper ? Décidément, les recommandations de LDK restent d’actualités et se présentent, à  tout jamais, comme des remparts contre des complots qui se trament, jour après jour, contre le Congo de Lumumba.

(Noëlla Mbula)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse