L’apôtre Mutombo Kayikamba décriant les scènes de « tombées » dans des églises

par -
0 787
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

« C’est de la supercherie et non des manifestations de l’esprit »

Dans le contexte kinois, il est  devenu  un  acte  d’honneur que la  renommée d’un Pasteur se  mesure à sa capacité ou son pouvoir de pratiquer les scènes de «  tombées » !!! Ces pratiques s’identifiant essentiellement aux églises du mouvement du réveil relèvent de la supercherie, a constaté l’apôtre Mutombo Kayikamba, Communicateur du message de l’église Messager de Dieu. Dans son édition 6091  du mardi 17 mars de l’année en cours, L’Avenir avait publié une observation de tonalité similaire, sous le titre : « Le Messie MPUPA crie  à la chute de Babylone  la Grande ».

 

Quid des scènes  de «  tombées », la dîme  et l’offrande

Les  scènes  de « tombées » sont  des moments d’entrée en transe que le croyant, sous l’effet  de sensibilité particulière, tombe par terre, en s’agitant dans tous les  sens,  devenant ainsi le siège  momentané des phénomènes occultes ou parapsychiques. C’est le  phénomène prétendument des  esprits, dont l’origine est connue par le Pasteur seul. Il convient, d’établir un démarcage avec l’entrée en  transe prophétique.

Il est  devenu un  acte  d’honneur que la  renommée d’un Pasteur se  mesure  à sa capacité ou son pouvoir de pratiquer les scènes de «  tombées » !!! Cela  raffole leurs croyants, surtout les croyantes  qui se disputent   pour l’occupation  de la première place, afin de ne pas  manquer  cette bénédiction  de « tombée ».   On ne peut  pas  envisager  dans les  églises  où se pratiquent ces scènes, de  quitter  le culte sans  tomber. C’est comme si l’on n’a pas assisté au culte, ou que l’on n’a pas été visité par  l’Esprit  de  Dieu. L’on aime à voir le balancement de son corps  à même le sol, sans  conscience et à la  limite se  dévêtir, ce qui  appelle les membres du protocole à agir,  en  toute  vitesse,  pour sauver  l’honneur de la personne gisant au sol. Le spectacle  est tellement  beau à voir qu’il arrive même à certains pasteurs de quelquefois pousser par la  force le croyant résistant à la tombée.   Les anecdotes ci-après  suffisent   pour prouver   que c’est  de la   supercherie  et non  des manifestations ou pouvoirs d’ordre spirituels. Tenez : Que peut –on  dire du pasteur invité à prêcher dans une église tierce, qui ferait subir la tombée à son hôte ? ; Un pasteur qui ferait la tombée à son collaborateur  en plein culte, pourtant consacré par  lui-même ? ;  Certains catcheurs locaux spécialisés dans le domaine des tombées par des gris-gris, ont témoigné par voie médiatique avoir confié ce pouvoir maléfiques à des pasteurs qui les avaient sollicités pour ce faire. La Bible est claire à ce sujet : «  ce sont  des esprits  de démons, qui  font  des prodiges… » (Ap.16 ’14).

La dîme et l’offrande appartiennent à Dieu

Il est  vrai  que la dîme et l’offrande  appartiennent à Dieu, selon  les Ecritures. Il convient de faire remarquer que la littérature en rapport avec la dîme et l’offrande est abondante. Nous  restons cependant convaincus que quiconque prendrait connaissance avec ce peu  que nous allons  avancer dans ces lignes, tirerait le meilleur parti dans la croissance de sa foi.

Appartenance à Abraham

Ceux  qui aiment  lever la dîme et l’offrande  sur leurs croyants, ont  pour arguments qu’ils  le  font puisqu’ils sont pour  les uns, enfants  d’Abraham et pour les  autres, représentants de Jésus. Dans la conversation du Messie avec les juifs, ceux-ci lui répondirent : Notre père, c’est Abraham. Jésus leur dit : Si vous étiez enfants d’Abraham, vous  feriez  les œuvres  d’Abraham. (Jean 8 :39). Mais maintenant, vous cherchez  à me faire mourir, moi qui vous ai dit la vérité que j’ai  entendue de Dieu. Cela, Abraham ne l’a point fait. ( Jean 8 : 40).

Quid de la dîme d’Abraham

Il ressort de la Bible ce qui suit, à cet effet : quand  Abraham revient après avoir battu  Kedor –Laomer et les rois qui étaient avec lui, le roi de Sodome alla à sa rencontre dans la vallée de Shavé ( Genèse 14’ 17). Melchisédech, roi  de Shalem apporta  du pain et du vin ; il était prêtre du Dieu  Très-  Haut  ( Genèse 14’18). A cette  rencontre, Il  prononça  cette  bénédiction : «  Béni  soit  Abraham par le Dieu Très- Haut qui créa ciel et terre ( Genèse 14 : 19), et bénis  soit le Dieu Très-Haut qui a livré tes ennemis entre tes mains ». Et Abraham lui donna la dîme de tout. (Genèse 14 ’20).              Donc,    Abraham n’avait donné nulle part la dîme à Melchisédech, des choses  qu’il  avait ; mais il donna la dîme du butin de guerre, après avoir reçu du pain et du vin  de la part de Melchisédech. En effet , ce Melchisédech (  ) était  roi de Salem , sacrificateur  du  « Dieu Très Haut , il alla  au-devant   d’Abraham  lorsqu’il  revenait  de la défaite  des  rois , il le bénit ( Héb. 7’1). Considérez   combien  Melchisédech est grand, lui  qui n’a ni père ni mère, sans  généalogie, qui  n’a  ni commencement de jours  ni  fin de vie, mais  qui est rendu semblable au Fils de Dieu. Ce Melchisédech qui demeure sacrificateur à  perpétuité ( Héb. 7’3). Donc, qui est  Dieu lui-même, et qui a osé  aller au-devant d’Abraham pour lui apporter du pain et du vin et le bénir avant de recevoir la dîme. Quel est  alors  ce pasteur qui, dans son Eglise,  donne  d’abord à manger  à son croyant, avant de recevoir de sa part  sa dîme ?

Représentant de Jésus

Jésus n’avait nulle part levé la dîme et l’offrande, bien  qu’il  soit institué, non d’après la  loi  d’une  ordonnance charnelle, mais selon la puissance d’une vie impérissable ( Héb. 7’16). Car ce témoignage  lui  est  rendu : Tu es sacrificateur  pour toujours, selon   l’ordre  de Melchisédek ( Héb. 7’17) . Amenant   ainsi   l’abolition   d’une ordonnance   antérieure,  à cause   de son impuissance et de son inutilité ( Héb. 7’18), puisque la loi n’a rien amené à la perfection, ni l’introduction d’une meilleure  espérance par laquelle nous  nous approchons de Dieu (Héb.7’19). Et cela  n’a pas eu lieu sans  serment ( Héb. 7 ’20). Car les Lévites sont devenus sacrificateurs  sans serment ;  mais  Jésus  l’est  devenu  avec serment  par celui  qui lui dit : le Seigneur a juré et il ne se repentira pas. Tu es  sacrificateur pour toujours, selon l’ordre de Melchisédek ( Héb. 7’21). Mais  lui, parce qu’il  demeure  éternellement, possède  un  sacerdoce   qui  n’est pas   transmissible  ( Héb. 7’24). Où nos Pasteurs ont-ils  reçus, la  transmutabilité  du pouvoir   sacerdotal  par Jésus ? Nous reviendrons sur des aspects relatifs à L’envoûtement des esprits   faibles   des chrétiens et L’appel lancé aux enfants de Dieu.

(Lepa)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse