Lancement de la campagne « Chaque fille à l’école »

par -
0 1323
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La fondation Laureine Kabwiz s’inscrit dans la promotion de l’éducation

Fondatrice de sa propre fondation, Laureine Kabwiz, miss Vodcom saison deux avec trois ans d’expérience, a animé le samedi 20 juin un point de presse dans un hôtel de la capitale, dans lequel elle a présenté son projet au public. Ce projet consiste à construire des écoles pour la promotion de l’éducation de la jeune fille, car dit-elle, « éduquer une femme, c’est éduquer toute une société ». C’était en présence d’un membre de la Fondation, M. Ndondoboni, d’une conseillère au ministère de l’Enseignement primaire et secondaire et Initiation à la nouvelle citoyenneté et de plusieurs invités de marque.

Pour lancer son projet, elle s’est rendue dernièrement à Katana, village situé à 35 Km de la ville de Bukavu, dans la province du Sud-Kivu. Laureine Kabwiz a démontré que l’éducation de la femme est une clé pour le développement du pays. Pour preuve, elle a affirmé que 45% des élèves qui ont présenté des examens à l’école primaire sont des filles. « Mais on ne peut pas négliger les filles qui sont dans la rue, parce que ce sont des mères de demain », martèle-t-elle, avant d’ajouter que de nos jours, les filles se marient tôt et l’école demeure le seul moyen pour les sortir de la pauvreté.

Touchée par ce qu’elle a vu à Katana, soit des enfants suivant les courts en même le sol, dans une salle de classe en chaume et sans murs en ce 21ème siècle, du coup, elle a décidé de procéder par étape, c’est-à-dire, en commençant d’abord par la construction de trois salles de classe. Et selon son programme, il est prévu que les travaux commencent à partir du 18 juillet 2015. Et ce, dans l’objectif de promouvoir l’éducation de la fille en Rd Congo. Même si Katana reste la cible, si les moyens se prêtent, la construction des écoles s’étendra dans la province de l’Equateur, dans les deux Kasaï et dans la périphérie de Kinshasa.

Dans son intervention, elle a dit avoir rencontré le ministre Maker Mwangu, même si son souci majeur est que même si les écoles sont construites, il faut encore beaucoup d’écoles. Selon elle, si on a beaucoup de difficultés au pays, c’est parce que la majorité de la population est analphabète. « L’éducation c’est la clé du développement et si le Gouvernement veut aider la population, c’est à travers la promotion de l’éducation de la fille », avoue-t-elle, car en Afrique, la mère de notre voisin, c’est aussi notre mère.

Elle a continué en disant que ça ne sert à rien de beaucoup investir si les bénéficiaires ne sont pas capables de tirer profit. Il est donc temps que tout s’arrête et la meilleure façon de le faire, c’est l’éducation.

Le souci du pays

Après son intervention, la presse a voulu savoir ce qu’elle va faire concrètement sur terrain ? D’où vient le financement ? Quelle est la particularité de sa campagne par rapport à celle lancée par le Gouvernement et l’Unicef ? Quel genre d’enseignement sera-t-il dispensé ? Comment va se faire la prise en charge ?

Dans sa réponse, elle a expliqué que la campagne de sensibilisation se fera à travers des spots publicitaires, des affiches et des posters et un projet de la campagne est prévu à cet effet. Au sujet des fonds, même si miss Vodacom est passé, elle dit qu’elle ne peut pas s’arrêter là. Voilà pourquoi elle lance un appel à l’endroit de ceux qui ont le cœur sensible, pour lui venir en aide. Elle est tout simplement motivée par le souci de son pays, et non par d’autres considérations politiciennes.

Elle a reconnue qu’il y a un projet de construction de 1.000 écoles au niveau du Gouvernement, mais l’éducation doit être une préoccupation de tout el monde, pense-t-elle. Au sujet du genre d’enseignements à dispenser, elle souligne que ça sera le primaire normal, la coupe et couture, ainsi que l’informatique. Quant à la prise en charge, c’est sa fondation qui s’en occupe. Mais elle a insisté sur le fait que même si au départ il était décidé que l’enseignement soit gratuit, il s’est révélé que la gratuité crée la paresse. Voilà pourquoi il y aura des discussions entre les parties prenantes pour savoir à combien les familles peuvent contribuer.

(Jean-Marie Nkambua)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse