L’abbé Irénée rendant un dernier hommage à Ngolo Marguerite de la paroisse Banabakintu « Cette maman a rendu le service pour lequel Dieu l’avait appelée »

par -
0 373
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

L’abbé Irénée Moke, vicaire de la paroisse Ste Lucie du quartier Mpasa/N’Sele a rappelé à l’assistance, samedi dans la commune de Masina, que « Dieu prend soin de ceux qui craignent sa Volonté. Nous qui sommes appelés dans l’espérance, ne nous effondrons pas en larmes, comme si nous n’avions pas les promesses du salut », a-t-il encouragé.  C’était à l’occasion d’une exhortation pré-funéraire, en la paroisse Banabakintu sis Masina/Siforco, La disparue, Mme Ngolo Marguerite (voir photo) une sexagénaire, a été membre de la grande communauté songye (Benamale) de Kinshasa. Le décès a été attesté le 18 mai dernier, de suite de la dégradation de la santé. Elle laisse inconsolables un veuf, M. Tambwe Kibunda Vincent, après quarante-huit (48) ans de mariage religieux, et une forte progéniture faite notamment de petites filles et petits-fils dont certains sont à l’Université. Ses rejetons ainsi que des proches l’appelaient affectueusement ‘’Maman Maguy – Mère double’’, pour dire Tendre mère de jumeaux. Elle a été inhumée samedi sous un cortège grandiose, à la Nécropole de la N’Sele (en banlieue Est de Kinshasa). Les proches de la défunte, de même que des personnes qui l’ont côtoyée ont rendu le témoignage d’une femme tendre et serviable. Face à ce qui est advenu, le veuf s’est exprimé en ces termes : « Je remercie  toute l’assistance, je rends grâces à Dieu pour ce qu’il vient d’accomplir dans ma famille. Car les pensées humaines ne sont pas celles de l’Eternel. En effet, il est écrit : En toute circonstance, il faut rendre grâce à Dieu. J’ai été malade pendant une année et demi, hospitalisé et dans le coma aux Cliniques universitaires de Kinshasa, ma femme ne m’a pas quitté », a-t-il relevé.

L’abbé Irénée : «Dieu prend soin de ceux qui craignent sa Volonté »

En effet, le vicaire de la paroisse Banabakintu, l’abbé Michel Mvula ayant perdu son père géniteur, a été rendu indisponible au service divin ce  samedi-là. Le corps du défunt était exposé pour recueillement au quartier voisin de Kingasani.

La 1re lecture a été tiré du livre de 1 Rois 17, 17-24. L’officiant su-évoqué a puisé dans l’évangile de Matthieu 5, du 1er au 12ème verset, relatif au sermon sur la montagne, les béatitudes : « Voyant la foule, Jésus monta sur la montagne, et, après qu’il se fut assis, ses disciples s’approchèrent de lui. Puis, il les enseigna et dit :

Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux ! Heureux les affligés car ils seront consolés !  Heureux les débonnaires car ils hériteront la terre ! Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés, heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde ! Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu ! Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu ! Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des cieux est à eux ! … ».

Nous sommes réunis en ce jour, pour essuyer les larmes. A la mort d’une personne, ses  proches fondent en larmes. Cela est un fait naturel. Dans les Ecritures saintes, il est dit que Jésus pleura. Il pleura Lazare.

En effet, les larmes sont l’expression d’un effondrement intérieur, car nous ne reverrons plus la personne qui a été rappelée dans l’au-delà. Dieu prend soin de ceux qui craignent sa Volonté. Nous qui sommes appelés dans l’espérance, ne nous effondrons pas en larmes comme si nous n’avions pas les promesses du salut. C’est pourquoi en pareille circonstance, les chrétiens prient pour rendre grâces à Dieu.

La paroisse amputée d’un membre du service d’accueil

Il ressort de l’homélie que la défunte était membre du service d’accueil de la paroisse Banabakintu. Le célébrant s’appuyant sur le récit de la 1re lecture, a ressorti la disposition du cœur avec laquelle la défunte a réalisé sa mission terrestre. « Notre vie a une mission. Maman s’est sanctifiée et elle a sanctifié sa famille. Elle était au service d’accueil et au renouveau charismatique. Certes, ce n’est pas facile que de travailler pour le service d’accueil, au vu des sauts d’humeur et des paroles déplacées qui surgissent. Cette maman a rendu le service pour lequel Dieu l’avait appelée.

(Payne)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse