La villa de l’OMS à Beni évacuée après un tir d’obus

par -
0 419
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La lutte contre l’épidémie d’Ebola à Beni, dans l’Est de la République démocratique du Congo, a été suspendue après des affrontements armés. Seize membres du personnel de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) ont été provisoirement évacués vers Goma depuis Beni, dans l’est de la RDC, où un obus a touché la villa qu’ils occupaient, lors d’affrontements ce vendredi soir, a indiqué l’OMS à l’AFP.

“C’est dans les échanges de tirs que la villa a reçu un obus. Ce n’était pas une attaque délibérée contre la villa”, a déclaré à l’AFP le Dr Michel Yao, coordonnateur de la lutte contre le virus Ebola à Beni. Il n’y a pas de blessé, selon lui.

La lutte contre l’épidémie d’Ebola à Beni, dans l’est de la République démocratique du Congo, a été suspendue après des affrontements armés “à quelques mètres du Centre des opérations d’urgence et des hôtels dans lesquels plusieurs équipes sont logées”, a annoncé le ministère de la Santé. Vendredi soir, les Casques bleus de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco) ont repoussé une nouvelle offensive attribuée au groupe armé ADF “après plusieurs heures d’affrontements” dans le quartier Boikene à l’entrée nord de Beni, selon le bulletin quotidien du ministère de la Santé.

Rappelons que les Casques bleus ont été tués dans le territoire de Beni, au Nord-Kivu, au cours d’opérations conjointes menées par la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (MONUSCO) et les Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) contre les rebelles des Forces démocratiques alliées (ADF).

Les premiers rapports indiquent que 10 autres Casques bleus ont été blessés et qu’un autre est porté disparu. Plusieurs soldats des FARDC et un nombre indéterminé de combattants des ADF auraient également été tués ou blessés au cours des opérations. « Le Secrétaire général appelle tous les groupes armés à cesser leurs activités déstabilisatrices, qui continuent d’ajouter à la souffrance des populations et compliquent la réponse à l’épidémie d’Ebola », a déclaré son porte-parole, Stéphane Dujarric, dans une déclaration de presse. « Il les appelle à désarmer immédiatement », a-t-il ajouté.

Le chef de l’ONU a encouragé les autorités congolaises à continuer à prendre les mesures nécessaires pour appréhender et traduire en justice les auteurs d’attaques contre les civils, les forces de sécurité nationales et les Casques bleus en RDC. « Le Secrétaire général exprime sa profonde sympathie et ses sincères condoléances aux familles des Casques bleus tués ainsi qu’aux gouvernements et au peuple de la République du Malawi et de la République-Unie de Tanzanie », a ajouté son porte-parole.

M.Guterres a également souhaité un prompt rétablissement aux blessés et exprimé son soutien résolu aux contingents malawite et tanzanien engagés au sein de la MONUSCO. Ces derniers « continuent d’opérer dans un environnement exceptionnellement difficile pour protéger les populations locales contre les attaques des ADF et d’autres groupes armés », a souligné le porte-parole du Secrétaire général. Dans une déclaration à la presse, le Conseil de sécurité a également fermement condamné le meurtre des Casques bleus et des soldats des FARDC.

Les membres du Conseil ont présenté leurs sincères condoléances aux familles des soldats tués, aux autorités et aux peuples du Malawi, de Tanzanie, de RDC et des Nations Unies. Ils ont souhaité un prompt rétablissement aux blessés. Le Conseil de sécurité a fait part de son ferme soutien aux contingents du Malawi et de Tanzanie et salué la bravoure des Casques bleus engagés dans cette opération conjointe. Les membres du Conseil ont souligné que les attaques délibérées visant des soldats de la paix peuvent constituer des crimes de guerre. Ils ont appelé les autorités congolaises à enquêter rapidement sur cette attaque et à traduire les auteurs en justice.

JMNK

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse