La vente du carburant se vulgarise, les conditions de conservation, un défi: Gouvernement titillant, SEP Congo esseulée

par -
0 120
Le transport de proximité a créé une demande (en carburant), et le secteur informel répond (ph tiers)
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le carburant depuis quelque temps, se vend comme de petits pains dans le contexte kinois. Cette situation fait suite au foisonnement des moto-transporteurs appelés communément « wewa » et au marché frontalier de Lufu, au Kongo central. Bien entendu, le stock de pains et celui du  carburant ne répondent pas aux mêmes conditions de conservation. A Kinshasa, en effet, les vendeurs du carburant du secteur informel sont désignés sous le vocable « Kadhafi ». A ce jour, leur taux est en effervescence. La jeunesse, faute de mieux,  se livre à cette activité lucrative qui rémunère, selon des témoignages.

A chaque rue ses « Kadhafi », les « wewa » étant les premiers clients, eux qui exploitent principalement le transport de proximité. Au moment où se pose la question de la qualité  de conservation, la Société congolaise d’entreposage des produits pétroliers, SEP Congo qui a sur papier, autorité en la matière, a été conçue de premier abord pour une clientèle de taille industrielle ou semi. A l’heure du déferlement de circuits de distribution parallèles, même les dépôts ayant pignon-sur-rue sont débordés. Car l’encadrement de petits distributeurs et des opportunistes (dont la capacité de fourniture vacillerait entre 200 et 400 litres le mois) est du ressort des dépôts légalisés par le ministère des Hydrocarbures.

Kinshasa entre les stations-service et les « Kadhafi » : Quand les scandales ne scandalisent plus 

Dans le contexte kinois, voilà deux décennies, le secteur de distribution du carburant à la pompe a cessé d’être une exclusivité des multinationales traditionnelles : Mobil, Shell, Texaco. Le secteur s’est élargi à d’autres milieux d’affaires. Autant il y a de groupes organisés exploitant dans le secteur de la distribution, autant il y a des stations-service.

« Gouverner, c’est prévoir », renseigne une théorie. La distribution du carburant dans le secteur informel inclut le principe du genre. « Mwasi te, mobali te », dit-on à qui veut entendre, (pour dire : la distribution du carburant n’a pas de sexe). Partant, il n’y a pas de préalables relatifs à la spécialité. Les quartiers de la populace où pullulent les « kadhafi » de la nouvelle génération, sont souvent en proie à une fourniture approximative du courant électrique. D’où, l’entrée dans le langage populaire à Kinshasa du terme « délestage ». La bougie est, dans bien des cas, le premier recours des ménages quand le courant vient à manquer plus d’un jour dans la semaine. A cela s’ajoute la promiscuité. Car le dernier exode massif des populations venues des zones diamantifères, a eu un impact fâcheux sur le secteur de l’habitat à Kinshasa. Dès lors, la ville aspire à un service anti-incendie performant, pour parer à toute éventualité.

Il est des endroits où le voisin de la tablette du « Kadhafi » est soit un vendeur de cigarettes soit une femme préparant des beignets. Et si ces différents aspects pouvaient préoccuper les décideurs, des mesures ne tarderaient pas pour assurer l’encadrement du secteur.

Quid de l’entreposage des produits pétroliers : le gouvernement perplexe

Du 8 au 9 juin dernier, s’est tenu un séminaire de deux jours de la SEP Congo, a la Gombe. C’était sous le patronage de Mme la ministre du Portefeuille, Wivine Mumba Matipa. Les experts techniques des différentes institutions de l’Etat, les représentants des actionnaires et les cadres de SEP Congo S.A se sont réunis avec et autour du Conseil d’administration et du comité de gestion, en vue du 1er séminaire de réflexion stratégique sur l’avenir de ce géant congolais du secteur pétrolier.

Le président du Conseil d’Administration, Me Célestin Tunda Yakasende a situé le contexte de cette rencontre à laquelle  il a reconnu un caractère historique. « Nous vous remercions très sincèrement de votre présence à ces premières assises organisées par le Conseil d’Administration de SEP Congo, en vue de réfléchir et de trouver ensemble, des pistes de solutions aux enjeux et défis auxquels la société fait déjà face actuellement et qui peuvent mettre en péril son existence, si nous ne prenons pas de mesures courageuses de recadrage dès maintenant », a-t-il relevé.  Les travaux ont été placés sous la conduite du Directeur du département des ressources humaines et administration, Bim M. Baruani, qui a dressé l’état des lieux  et mobilisé l’expertise en présence, à prendre le taureau par les cornes.

Dans son mot de bienvenue, le DG  François Crema Deills a présenté un tableau amplement explicatif d’une concurrence déloyale dont l’entreprise fait les frais : la perte considérable des parts du marché a plongé l’entreprise dans une épreuve, mais non dans le désespoir. « Nous sommes appelés à réfléchir ensemble et trouver des pistes  de solution aux défis auxquels nous allons être confrontés dans un bref avenir…   », a-t-il lancé.  L’implantation des acteurs de la concurrence dans les régions à forte consommation, empêche tout naturellement cette société de s’assurer une représentation nationale et d’en tirer les dividendes. « Cette situation est comparable à celle de Lubumbashi  voilà trente (30) ans, où nous sommes inexistants aujourd’hui. Nous devons réinventer une nouvelle SEP, qu’elle soit pérenne et capable de faire face à la concurrence », a-t-il souhaité.

Dans son mot de clôture, la ministre du Portefeuille Wivine Mumba Matipa a salué le travail d’experts réalisé par les membres des commissions. « Je prends l’engagement de transmettre toutes les recommandations au gouvernement, pour leur exploitation dans le cadre du programme d’urgence de stabilisation et relance économique », a-t-elle indiqué. Deux autres membres du gouvernement ont marqué de leur présence la journée de clôture : Henri Yav Mulang et Aimé Ngoy Mukena, ministres respectivement des Finances et des Hydrocarbures. « La réunion qui vient de s’achever a été de bon niveau. Que cette réflexion ne se termine pas ici. J’encouragerai toute la mise en œuvre des recommandations formulées », a rassuré le ministre des Hydrocarbures.

(Payne)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse