La Symocel salue l’engagement de la CENI dans les aires 1 et 2

par -
0 359
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La Maison des électeurs, dans son café de presse du vendredi dernier, a eu pour intervenant le bishop Abraham Djamba Samba wa Shako, coordonnateur national de la Synergie des missions d’observation citoyenne des élections, SYMOCEL.  Sous la modération de l’observateur électoral, Luc Lutala, l’orateur a présenté le rapport intérimaire d’observation de l’opération d’enregistrement et d’enrôlement des électeurs dans les aires 1 et 2. Pour rappel, la CENI a planifié la formation des agents et le déploiement de matériel dans douze (12) provinces, constituant les Aires opérationnelles 1 et 2 : le Haut Katanga, le Haut Lomami, Lualaba, Tanganyika, Nord et Sud Kivu, Maniema, Tshuapa, Sud Ubangui, Mongala, Equateur et Ituri.

La  Symocel regroupe dix organisations de la société civile congolaise. Les capacités en matière d’observation électorale ont été renforcées grâce à l’appui respectivement de l’Union européenne, UE et du Projet de renforcement de l’observation citoyenne au Congo, PROCEC.

Du 27 janvier au 4 février 2017, la Synergie a déployé des équipes en vue d’observer et d’évaluer de manière objective, impartiale et professionnelle la préparation et le déroulement des opérations d’identification et d’enrôlement des électeurs. A l’issue de cette phase d’observation, des recommandations ont été formulées à l’endroit respectivement de la CENI, du gouvernement de la République, de la société civile et de la communauté internationale.     Pour rappel, la Synergie, dans la perspective du processus d’enrôlement des électeurs, a organisé des formations en cascade et dispose sur le terrain de deux-cent soixante (260) observateurs.

 Le coordonnateur Djamba : «  Les efforts consentis par l’administration électorale requièrent l’adhésion de tous » 

Il ressort du rapport que cette opération est, de l’évaluation globale, très bien menée dans 5% des cas ; bien menée dans 75% des cas et menée de manière préoccupante dans 20% des cas.

La Mission déplore donc que, dans 20% des Centres d’inscription (C.I) visités, l’opération soit peu satisfaisante. « Une telle perception n’est pas de nature à garantir  l’adhésion de tous aux efforts ainsi consentis par l’administration électorale », a martelé l’orateur.

En vue de renforcer le processus politique en RDC à travers notamment l’organisation d’un processus électoral crédible et au regard des constats relevés à travers le présent rapport, la MOE-SYMOCEL  (Mission d’observation électorale-) formule à l’endroit des parties prenantes les recommandations ci-dessous.

A la CENI : assurer le suivi technique permanent du matériel informatique pour éviter la récurrence des pannes et la surchauffe des imprimantes et des scanners ; établir des critères rigoureux de sélection des agents électoraux, en général et des M.C.I en particulier, en tenant compte, outre les compétences techniques, de la dimension genre ; mettre en place un plan conséquent de formation des agents électoraux pour remédier aux insuffisances ; honorer ses engagements vis-à-vis des M.C.I, en vue de rendre optimales leurs conditions de travail ; prendre des sanctions exemplaires à l’endroit des M.C.I qui se compromettent dans l’exercice de leurs tâches par de multiples violations des lois et règlements ; renforcer la chaîne de supervision en équipements nécessaires, notamment des motos, en vue de faciliter la supervision des C.I les plus éloignés ; faciliter l’accréditation des observateurs et des témoins des partis politiques, en vue de rendre effectif leur présence à travers les C.I ; coordonner la campagne d’éducation électorale par la réalisation d’un programme conséquent d’information et de sensibilisation des citoyens à l’identification et à l’enregistrement des électeurs…

Au gouvernement :

Garantir un décaissement régulier des allocations budgétaires destinés à la CENI ;  rendre disponibles les fonds nécessaires à la prise en charge des forces de l’ordre commises à la sécurisation du processus électoral ;  veiller à ce que le processus d’identification et d’enrôlement des électeurs se déroule dans des conditions sécuritaires optimales à tous les niveaux du pays ; uniformiser les cartes d’élèves dans les meilleurs délais sur l’ensemble du territoire national, pour doter ceux-ci de document d’identification fiable ; accorder à la CENI des facilités douanières pour soutenir les opérations.

Aux partis politiques :

Déployer leurs témoins dans les différents C.I, en vue de s’assurer de l’intégrité et de la transparence de l’opération ; mobiliser leurs militants et les encourager à s’identifier et s’enrôler, en vue de s’assurer d’un meilleur taux de de participation aux prochaines élections…

A la Société civile :

Mutualiser ses moyens pour assurer l’éducation électorale des citoyennes et des citoyens, avec un accent sur la sensibilisation des femmes en vue de les inciter à une plus grande participation ; développer des mécanismes d’interaction avec les acteurs institutionnels concernés pour contribuer à l’amélioration de l’opération.

A la communauté internationale : poursuivre son appui technique et financier à l’endroit de la CENI, soutenir davantage les efforts et toutes les initiatives de la société civile, en vue d’un processus électoral transparent et crédible ; encourager les acteurs  politiques à poursuivre la recherche et le maintien d’un climat apaisé, en vue d’un retour à la normalité constitutionnelle, par l’organisation des élections crédibles.

(Payne)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse