La société civile décrète trois journées de ville-morte

par -
0 551
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Face à l’insécurité grandissante Beni, Butembo et Lubero

La société civile décrète trois journées de ville-morte

La scolarité des élèves aussi menacée à Beni

Les coordinations de la société civile de la ville Beni, du territoire de Beni, de Lubero et de Butembo ont décrété trois journées de ville-morte dans ces quatre villes de la province du Nord Kivu. Ce, pour dire non aux tueries  des populations civiles congolaises par les rebelles ougandais des Adf, et amener les autorités de la Rdc, à agir rigoureusement contre la présence nuisible de ces forces  incontrôlées étrangères.

 «  C’est un mot d’ordre qui a été donné et, qui est respecté par tout le monde. Les grandes artères de la ville de Beni, Butembo, Lubero et de Beni territoire, aussi de Kanyabayonga et jusqu’à Erengeti, où il y a eu dernièrement des tueries  sont toutes sèches. Les super marchés sont fermés, pas des marchés, les entreprises ont fermé. Nous irons jusqu’à vendredi prochain. Car, on est fatigué de cette situation de massacre répété contre les populations civiles », a indiqué le coordonnateur de la société civile de Beni/Ville, Gilbert Mutamba, joint hier par téléphone.

Par ailleurs, dans une lettre adressée au chef de l’Etat, les coordinations de la société civile de Beni/ville, Beni/ territoire, de Lubero et de Butembo, ont  plaidé pour que la sécurité soit renforcée dans la province du Nord Kivu, confrontée à la présence nuisible des Adf, ces éléments ougandais, qui usent des armes blanches, notamment des machettes et autres pour commettre leurs forfaits.

Elles jugent inacceptable que les rebelles ougandais continuent de tuer sous la barbe des casques bleus des contingents malawites et tanzaniens et des Fardc.

Dans ce document, ces coordinations dénombrent à l’espace d’une année et demie seulement plus de 1116 personnes tuées, plus de 1470 personnes kidnappées et plus de 1000 maisons incendiées  et plusieurs déplacés.

«  Il y a quarante heures, ces inciviques (rebelles ougandais des  Adf) ont encore tués 8 personnes parmi les populations civiles avant d’incendier des  maisons. Et donc, Nous avons exigé que les Fardc installent leur quartier général ici à Eringeti », avait ajouté Gilbert Mutamba avant de déplorer le fait que la population n’a plus confiance aux Fardc et à la Monusco au regard de tous ces massacres.

Autres recommandations faites dans cette lettre ouverte adressée au chef de l’Etat, les coordinations de la société civile de ces quatre villes,  exigent l’évaluation des opérations Sukola 1,  et des toutes les forces d’interventions menées conjointement par les Fardc et la Monusco. Cette évaluation, précisent–elles, devront se faire non seulement à Beni, mais aussi à Lubero, à Butembo…

« C’est un génocide, qui ne dit pas son nom. Mais si dans les prochains jours une autre tuerie  est commise, nous allons  couper tous les arbres de la forêt du Parc Virunga d’où viennent et se cachent ces rebelles ougandais », a renchéri le coordonnateur de la société de Beni ville, avant de signifier que maintenant, ces rebelles commencent à quitter les villages pour venir tuer dans des villes là où curieusement habitent aussi des autorités.

(Yassa)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse