La Révérende Rosalie Etsa exhortant la Communauté chrétienne Sutu na Nyambe: Les chrétiens sont appelés à une conversion sans détour

par -
0 346
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Les membres de la communauté chrétienne Sutu na Nyambe (de Bobangi, Espoir en Dieu) se sont retrouvés dimanche dernier, à l’occasion du culte mensuel ordinaire, sous la direction du couple pastoral Etsa. C’était au lieu habituel, sis croisement des avenues Kapela et Kimwenza au quartier Yolo nord à Kalamu. La sœur Bikenge Laurette a été la modératrice du jour, assistée du secrétaire Nembe. Le programme initialement prévu pour une pensée pieuse en mémoire du doyen Ngombe Baseko Maître Taureau (après l’an 1 de sa disparition), a été remis au dimanche 18 juin prochain. Le culte du jour a été honorée de la présence de la pasteure Raïssa Bouanga-Bawe et Mme Monte Lucie, respectivement de la Communauté baptiste du fleuve Congo/CBFC et de l’aumônerie universitaire de l’Institut supérieur des techniques appliquées/ISTA.

D’entrée de jeu, la Révérende Rosalie Etsa (voir photo) a recouru à une anecdote, pour dévoiler des contradictions de chrétiens à cheval entre le spirituel et le monde. La prédication a été tirée du livre de Josué 24, 1 à 15 (dont un extrait suit) :

Josué apostrophe les enfants d’Israël sans complaisance

Josué assembla toutes tribus d’Israël à Sichem et il convoqua les anciens d’Israël, ses chefs, ses juges et ses officiers. Ils se présentèrent devant Dieu. Josué dit à tout le peuple : Ainsi parle l’Eternel, le Dieu d’Israël : vos pères, Térach, père d’Abraham et père de Nachor habitaient anciennement de l’autre côté du fleuve, ils servaient d’autres dieux. J’ai pris votre père Abraham de l’autre côté du fleuve et je lui fis parcourir tout le pays de Canaan, je multipliai sa postérité et je lui donnai Isaac. Je donnai à Isaac et Esaü, et je donnai en propriété à Esaü la montagne de Céir et Jacob et se fils descendirent en Egypte. J’envoyai Moïse et Aaron et je frappai Egypte par les prodiges que je frappai au milieu d’elle ; puis je vous en fis sortir…

La prédicatrice exhorte les chrétiens à une conversion sans détour

Je loue Dieu pour l’accomplissement de sa promesse aujourd’hui, a enchainé la prédicatrice.

Il était une fois, une sœur qui vivait paisiblement avec son mari, puis est venu un temps où le couple s’est brouillé, et il y a eu divorce. Le mari a permis à la femme de faire ses bagages. Profitant de cette autorisation, elle a emporté même certains biens de son ex mari. Pour elle, cela était une façon de profiter à l’occasion du divorce.

Le mari s’est mis à se plaindre, il s’est rendu auprès de la belle-famille pour réclamer ce qui lui revenait. Sa démarche n’a pas payé en dépit de l’implication de son beau-père qui a interpellé sa fille. Celle-ci rétorqué qu’il n’y avait plus mariage.

« De nos jours, il est curieux d’observer que les chrétiens tout en clamant qu’ils ont rompu  avec le monde, gardent par-devers eux ce qui est du monde », a constaté la prédicatrice.

Josué a réuni tous les enfants d’Israël pour leur parler de la part de Dieu. A ce jour, poursuit-elle, Sutu na Nyambe veut bien reconstituer son histoire et s’entendre parler de ses ascendants. Josué n’avait pas peur de parler aux enfants d’Israël de leur passé. Il est un fait que les générations oublient le passé, les bienfaits de Dieu envers leurs ascendants. Aujourd’hui, Dieu nous a aidés à reconnaître l’histoire, nous de Sutu na Nyambe. Dieu avait inspiré Josué et celui-ci a tout relaté du passé sans passion. Il convient que le peuple se souvienne du passé et s’humilie. De nos jours, le message de Josué nous inspire encore dans Sutu Na Nyambe. Les enfants d’Israël s’étaient confiés à Dieu et ils ont gain de cause à la traversée de la mer rouge. Nous aussi, nous sommes appelés à mettre la prière à l’avant-plan. Nous les chrétiens d’aujourd’hui, nous devons nous confier à Jésus-Christ. Car dans Sutu na Nyambe, nous sommes aussi dans la lutte. Quand vient le troisième dimanche du mois, jour du culte, nous évoquons des raisons multiples pour justifier notre indisponibilité, pour nous disculper. Aujourd’hui encore, rassurons-nous, nous chrétiens, que le non de Jésus-Christ nous a été donné pour le salut. En effet, au verset 12, Josué dit de la part de l’Eternel : « Je vous ai donné cette terre sans que vous n’ayez fourni d’effort. Toi et moi, à qui nous confions-nous ? Celui qui se confie à Dieu n’est pas comme un véhicule dépourvu de démarreur que l’on doive pousser ; celui qui se confie au Très-Haut est habité par l’Esprit. L’ordre a été donné par Josué de rejeter les dieux étrangers.

(Payne)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse