La RDC totalement déterminée à mettre fin au fléau des violences sexuelles

par -
0 731
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Pour la toute première fois, Mme Mabunda Lioko a fait une adresse au Conseil de sécurité des Nations Unies, dans laquelle elle a présenté les détails sur les progrès significatifs réalisés par la RD Congo pour mettre fin aux violences sexuelles et renfoncer le devoir de rendre compte.

Dans sa première allocution au Conseil de sécurité des Nations Unies sur la question des violences sexuelles liées aux conflit,   Mme Mabunda Lioko Jeanine, Représentante personnelle du Chef de l’Etat en charge de la lutte contre les violences sexuelles et le recrutement des enfants, a confirmé que la RDC est en train de réaliser des progrès mesurables vers l’atteinte de l’objectif de l’éradication des violences sexuelles liées aux conflits. Le rapport des Nations Unies avait souligné que le nombre de viols attribués aux hommes armés en RDC a baissé de plus de 33% entre 2013 et 2014.

« La RDC est totalement déterminée à mettre fin aux violences sexuelles et à honorer les obligations internationales auxquelles elle a souscrit»,  a déclaré Mme Mabunda. Mme la Représentante personnelle du Chef de l’Etat a souligné les actions clés menées par la RDC pour éradiquer les violences sexuelles liées aux conflits armés », dit-elle, avant d’ajouter qu’il s’agit du plan d’action des forces armées de la RDC (FARDC) adopté en octobre 2012, la signature du Communiqué conjoint sur les violences sexuelles entre le Gouvernement de la RDC et les Nations Unies en mars 2013, comme points tournants dans les efforts du pays. Plus récemment, en mars 2015, le Gouvernement de la RDC a institué un Acte d’engagement aux termes duquel les commandants des unités des Forces Armées de la RDC sont chargés de suivre et de prendre des mesures appropriées lorsque les actes de violences sont signalés et les soldats sous leur commandement sont impliqués.

Le Représentant personnel a également loué le travail abattu par la communauté internationale en appuyant les efforts de la RDC. « Nous sommes reconnaissants pour l’appui reçu destiné à mettre fin à ce fléau», a-t-elle dit, tout en exhortant les partenaires internationaux à adopter une approche d’un appui qui privilégie plus le développement que l’assistance d’urgences. Une telle approche, celle qui inclut l’appui à l’éducation des filles, peut garantir la durabilité des résultats au fil de temps.

Pour sa part, Mme la Représentante personnelle du Chef de l’Etat a affirmé que la RDC ne ménagera aucun effort pour promouvoir des partenariats productifs avec les bailleurs internationaux et prendre des mesures nécessaires pour arrêter les violences sexuelles à travers son territoire. Elle a en outre   promis que la RDC, à travers son bureau, fera tout pour communiquer de manière beaucoup plus efficace sur le progrès réalisés pour l’éradication des violences sexuelles et du viol. C’est ainsi que lors de son exposé, elle a souligné un certain nombre d’actions spécifiques que le Gouvernement doit mener pour résoudre la question des violences sexuelles. Il s’agit de la lutte contre l’impunité entre juillet et décembre 2014, où 135 décisions de condamnations judiciaires ont été prononcées contre les éléments des FARDC et de la Police nationale congolaise, dont les officiers supérieurs ; une ligne verte pour appel d’urgence. Une ligne verte a été créée en novembre 2014 pour orienter les victimes des violences sexuelles vers une assistance médicale et juridique ; la prévention pendant la campagne « Brisez le silence !» en mars 2015, où 50.000 SMS ont été envoyés à travers les réseaux de téléphonie mobile en RDC, ainsi que des annonces radiodiffusées à travers les réseaux de radio locale pour renforcer la prévention dans la lutte contre les violences sexuelles ; la réintégration économique. Ici, un protocole d’accord a été signé en janvier 2015 avec l’Institut Nationale de la Préparation professionnelle (INPP) pour assurer la formation professionnelle des victimes des violences sexuelles et aux enfants démobilisés. La première série des formations est prévue en début juin à Béni, Rutshuru et Nyirangongo, dans la province du Nord-Kivu.

(RTM)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse