La Rdc pourrait nourrir deux milliards de personnes au monde: Grâce à ses énormes potentialités agricoles

par -
0 409
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

C’est ce qu’indique M. Alexis Bonte, le représentant en Rdc de l’Organisation des Nations Unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO), dans son message à l’occasion de la Journée mondiale de l’alimentation, célébrée hier dimanche 16 octobre 2016. Cependant, regrette-t-il, la Rdc n’est pas épargnée par les effets du changement climatique. Lesquels compromettent la sécurité alimentaire mondiale.

Comme le 16 octobre de chaque année, l’humanité a célébré hier dimanche, la journée mondiale de l’alimentation. Pour cette édition 2016, le thème retenu a été : « Le climat change : l’agriculture et l’alimentation aussi ».

Et dans son message lancé à cette occasion, le représentant de l’Organisation des Nations Unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO) en République démocratique du Congo, M. Alexis Bonte a indiqué que la commémoration de cette année était consacrée à l’analyse de la façon dont l’alimentation et l’agriculture devraient évoluer pour faire face aux effets négatifs du changement climatique.

« Le choix de ce thème vise à nous sensibiliser par rapport à nos habitudes alimentaires et dans la lutte contre le changement climatique », a-t-il affirmé.

La République démocratique du Congo dispose d’un énorme potentiel agricole, grâce à ses 80 millions d’hectares de terres arables. C’est le deuxième pays au monde, après le Brésil, à posséder plus d’espace agricole et cultivable. Des spécialistes estiment même qu’avec ce potentiel agricole, la Rd Congo pourrait donc être capable de nourrir jusqu’à deux milliards de personnes (la population de l’Afrique, de l’Europe et une partie de l’Amérique).

Cependant, rappelle M. Alexis Bonte, la Rdc n’est pas épargnée par les effets du changement climatique. Voilà pourquoi, signale-t-il, la célébration de la Journée mondiale de l’alimentation cette année en Rdc a été une occasion pour les différents partenaires au développement du secteur de l’agriculture congolais, d’identifier les meilleures actions visant à améliorer les efforts d’atténuation du changement climatique et d’adaptation à ses effets.

Le changement climatique compromet la sécurité alimentaire

Le représentant en Rdc de la FAO dans son message fait savoir que les aléas météorologiques affectent la productivité agricole et, par conséquent, compromettent la sécurité alimentaire mondiale. Aussi le changement climatique multiplie-t-il des catastrophes naturelles et complique la vie aux agriculteurs. C’est ce qui justifie même le choix du thème de cette année, indique-t-il.

Pour M. Bonte, les petits exploitants agricoles sont parmi les plus touchés par la hausse des températures, les sécheresses et les inondations. Et, les populations pauvres, tant urbaines que rurales, sont les plus touchées par le changement climatique car elles dépendent des activités sensibles au climat et ont des faibles capacités d’adaptation.

« La modification graduelle des températures et des précipitations devraient se traduire par des pertes de récolte, la mort d’animaux d’élevage et autres pertes de biens des production, qui menaceront la production vivrière, mais aussi l’accès, la stabilité et l’utilisation des ressources alimentaires… L’on prévoit que d’ici à 2050, la température annuelle moyenne pourrait augmenter de 2,5 à 3,7°C avec des sécheresses saisonnières plus fréquentes et plus longues, conduisant ainsi à d’importances perturbations dans les calendriers agricoles », peut-on lire dans le message du représentant de la FAO en Rdc.

Des partenariats audacieux, stratégiques et novateurs

Dans un autre message, cette fois-là du représentant du Programme alimentaire mondial (PAM) en Rdc, M. Claude Jibidar, à cette même occasion de la commémoration de la Journée mondiale de l’alimentation, il est indiqué ce qui suit : « L’indice de la faim dans le monde en 2016 propose une mesure multidimensionnelle de la faim aux niveaux international, national et régional. Ce rapport montre que, depuis l’an 2000, des progrès visant à réduire la faim ont été réalisés, mais des efforts encore à fournir étant donné les niveaux de la faim estimés « graves » ou « alarmants » dans 50 pays dont la Rdc. C’est dans ce contexte que le PAM apporte son soutien au gouvernement congolais pour l’atteinte des Objectifs de développement durable (ODD), notamment l’ODD 2 qui vise l’éradication de la faim d’ici 2030 ».

Il a par ailleurs paraphrasé la directrice exécutive du PAM, Mme Ertham Cousin qui estime que c’est possible d’éradiquer la faim dans le monde. « Si nous travaillons tous ensemble, en tant que partenaires, nous pouvons construire un monde où chacun a accès à des aliments nutritifs. Ces partenariats doivent être audacieux, stratégiques et novateurs pour changer la vie des personnes les plus vulnérables dans le monde ».

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse