La Rdc interdit l’importation, la commercialisation et la consommation des produits à base de la viande de porc

par -
0 580

La République démocratique du Congo, à travers le ministre du Commerce extérieur, Jean-Lucien Bussa, a pris une série de mesures portant interdiction formelle de toute importation, commercialisation et consommation, sur toute l’étendue du territoire national, jusqu’à nouvel ordre, des produits à base de la viande de porc en provenance de l’Union européenne. Et ce, en se référant à la lettre de l’Union européenne PK/pka : 36577 du 22 janvier 2019 relative à l’alerte du Système d’alerte rapide sur les produits alimentaires et pour les aliments pour animaux « RASFF » : 2018.3332 du 19 novembre 2018 liée à la viande de porc en provenance de l’Union européenne en général, et des Pays-Bas en particulier.
Pour prendre cette décision, le ministre a aussi tenu compte du fait que ces denrées alimentaires sont soupçonnées de causer une intoxication alimentaire et une épidémie d’origine alimentaire. Il considère le danger que représente cette maladie pour la santé publique et du volume important d’échanges commerciaux avec l’Union européenne.
Eu égard aux prérogatives lui dévolues par la loi n°73-009 du 05 janvier 1973 dite particulière sur le commerce en son article 11 et 13, telle que modifiée et complétée à ce jour, et par l’Ordonnance n°17/025 du 10 juillet 2017 fixant attributions des ministères. Considérant la commission interministérielle sanitaire et phytosanitaire sur les aspects commerciaux entendue par son avis du 15 février 2019, le ministre d’Etat, ministre du Commerce extérieur rend publique une série de mesures urgentes.
D’abord, l’interdiction formelle de toute importation, commercialisation et consommation, sur toute l’étendue de la Rdc et ce, jusqu’à nouvel ordre, des produits à base de la viande de porc en provenance de l’Union européenne. Ensuite, l’instruction à tous les services opérant aux frontières de consigner toute cargaison contenant ces produits et enfin, l’instruction aux services habiletés à procéder au retrait du marché et à la destruction desdits produits suivant les normes.
L’on pense qu’il faut profiter de cet instant pour bien assainir le secteur. Les produits à base de la viande du porc sont utilisés en Rdc dans la fabrication des boudins. Maintes fois, ces produits sont périmés et sont importés dans le mépris total de la vie humaine. Combien de fois certains importateurs ont eu à incinérer les lots de produits considérés d’impropres à la consommation ? Et lorsqu’on interdit un produit, il est toujours bon de trouver un autre produit de substitution.
Si les produits à base de la viande du porc ne sont plus utilisés, que devront faire ceux qui l’utilisaient comme matière première ? Cette question, si elle n’est pas bien répondue, a conduit souvent à l’informel ou à une activité incontrôlée, qui s’exerce au préjudice de la santé de la population congolaise.
Soulignons que lorsqu’un produit dangereux est repéré, le RASFF informe le pays tiers concerné, afin qu’il prenne des mesures correctives et qu’il évite que le problème ne se reproduise. Lorsqu’un problème grave et persistant est détecté, la Commission envoie une lettre aux autorités nationales du pays tiers concerné pour qu’elles prennent d’urgence des mesures correctives consistant, par exemple, à rayer les établissements en cause des listes d’établissements autorisés à exporter vers l’UE, à bloquer les exportations ou à intensifier les contrôles.
JMNK

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse