La Police arrête des meneurs de troubles de l’UDPS

par -
0 665
Amisi Avati Jean-Pierre, Bopoko Lifula Héritier, alias Mokato et Papy Ngbanda, trois planificateurs de l’UDPS qui ont vandalisé, incendié et pillé les armes dans les commissariats de police lors de tristes événements du 19 et 20 septembre dernier. Ph/Pius Romain Rolland
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La Police Nationale Congolaise a mis la main le weekend dernier, sur une bande de malfrats, créateurs et planificateurs des actions au sein de l’UDPS. Trois d’entre eux ont été appréhendés par le Commissariat Général de la Police, et présenté à la presse. Leur rôle au sein du parti d’Etienne Tshisekedi n’était pas non seulement de planifier les actes de vandalisme, mais de fournir entre autres moyens, les armes en ce que leur plan réussisse avec efficacité à chaque manifestation de l’opposition.

Ils sont trois commanditaires des affres du 19 et 20 septembre 2016 consécutifs à la marche dite pacifique, mais en réalité une insurrection commanditée par l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social (UDPS) dont Etienne Tshisekedi trône à sa tête, mais aussi du Rassemblement.

Les trois commanditaires ont été arrêtés puisque munis d’armes de guerre, en vue de rééditer l’exploit au meeting du samedi 05 novembre 2016, décrété encore par l’UDPS et ses alliés, mais aussi le Rassemblement. Il s’agit de bandits recherchés par la Police Nationale Congolaise, en l’occurrence Bopoko Lifula Héritier, alias Mokato (artificier de son état, déserteur de l’armée, repris de justice, président de Force du Progrès et Défense de l’UDPS. Un personnage très dangereux recherché par la Justice pour avoir commandité le pillage des armes et munitions de guerre dans des nombreux Commissariats de la Police lors des événements sanglants du 19 et 20 septembre dernier.

« Ce dernier plusieurs fois arrêté, mis en détention à la prison de Ndolo, il a toujours réussi à s’échapper. L’un des cerveaux moteurs de tous les désordres et violences au sein de l’UDPS. Il est le Président des Forces du Progrès de la Défense de la Jeunesse de l’UDPS ». A en croire la Police Nationale Congolaise, Papy Ngbanda est un personnage très dangereux, et sa recherche remonte de plusieurs mois. Il est planificateur de la stratégie au sein de l’UDPS pour incendier les maisons, préparer le cocktail Molotov.

Un autre exploit, pas de moindre à mettre à l’actif de la Police Nationale Congolaise lors des opérations de bouclage est celle de l’arrestation d’un bandit à main armée tombé dans le filet au niveau du port Gigal de Papy Ngbanda. Ce dernier a été arrêté après bouclage tôt le matin par la Police fluviale, a été pris en flagrance avec le révolver entre ses mains et une quantité suffisante des munitions de guerre.

Le troisième qui a été arrêté, c’est M. Amisi Avati Jean-Pierre. Il est le cerveau moteur de cambriolage, bandit à mains armées qui opère tard la nuit avec son Uzi, arme de guerre et munitions. C’est lui qui avait braqué un agent de sécurité de New Mamba. Au titre de récupération d’armes pillées en ce samedi 05 novembre, la Police Nationale Congolaise vient de récupérer deux armes dont une AKA 47 et revolver du type lancer.

La police promet la transparence dans ce dossier judiciaire ce, après leur audition, MM. Bopoko Lifula Héritier, alias Mokato ; Papy Ngbanda et Amisi Avati Jean-Pierre seront déférés devant l’Officier du Ministère Public pour leur poursuite en procédure de flagrance.

Ces arrestations viennent prouver et déclasser tous les rapports des ONG des Droits de l’homme et des chancelleries qui se sont faites avocats de l’opposition, que la marche de l’opposition n’avait rien de caractère pacifique celle en date des 19 et 20 septembre 2016. Tout semble confirmer les faits que les marches qu’organise l’opposition avec le soutien de certaines ambassades accréditées en République Démocratique du Congo indiquent leur caractère violent avec ces arrestations de leurs cerveaux moteurs appartenant bel et bien au parti d’Etienne Tshisekedi, lui qui a toujours soutenu que sa lutte politique est pacifique. En réalité, l’homme de Limeté se cache derrière les violences qu’il ne cesse de soutenir en sourdines, puisque les appels à s’en prendre au ministre de la Communication Lambert Mende si jamais la Station de Télévision de Roger Lumbala, un repris de justice ne pas ouverte. Voilà un homme qui prêche l’Etat de droit, alors qu’il se fait avocat d’un responsable de la chaine de Télévision RLTV (Roger Lumbala Tshitenge Vision), responsable des meurtres commis par le M23, dont il est membre.

Qui ne peut croire que M. Etienne Tshisekedi ne soit pas lui-même membre à part entière du M23, puisque son directeur de campagne, Roger Lumbala en est membre ? Etienne Tsisekedi se substitue en avocat d’une Chaine de Télévision de son Directeur de campagne non en règle de l’administration compétente, est une violation des principes des droits dont il prétend défendre.

C’est le lieu d’inviter toutes les ambassades qui se font avocat de l’Opposition de ne pas se s’immiscer dans les affaires internes de la République Démocratique du Congo. Les partis politiques en Rdc sont régis par la loi. Cette dernière ne donne privilège à un parti au détriment d’un autre. Tous ont égaux et jouissent de leur représentativité au sein de deux chambres parlementaires, lieu indiqué pour toute revendication démocratique, en respectant les règles de jeu, c’est-à-dire, la Majorité gouverne, et la minorité est protégée.

Il en va de même des ONG de Défense de droits de l’homme ; au Bureau conjoint des Droits de l’Homme de la Monusco. Défendre les inciviques est un droit, s’immiscer dans les affaires internes d’un Etat, est une violation des principes qui régissent les Etats. Sinon, la justice doit s’appliquer à tout hors la loi. C’est ça l’Etat de droit. Celui-ci ne signifie pas que l’opposition a plus de faveur que le pouvoir.

Ces faits viennent discréditer les actions de l’UDPS et alliés, mais aussi du Rassemblement, en ce que les autorités judiciaires avaient formulé la volonté de mettre la main sur tous les commanditaires des événements qui ont vandalisé et incendié les sièges des partis politiques membres de la Majorité présidentielle, mais aussi de l’opposition modérée, dont le siège du Congrès National Congolais (CNC), le Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD), l’Alliance pour le Renouveau du Congo (ARC), le Parti Ecologique du Congo (PECO, l’Alliance de Travailliste Démocrate (ATD), le Rassemblement Congolais pour la Démocratie (RCD/Goma). En plus des sièges des partis politiques, les Parquets ont été la cible des organisateurs de la fausse marche pacifique, dont celui de Matete, de Ndjili, etc. Mais aussi les succursales des banques implantées à travers le District de Tshangu et Mont Amba.

L’UDPS fait des cadavres son fonds de commerce politique

A en croire Harold Badibanga, porte-parole du Congrès National Congolais (CNC), un haut cadre du parti de Pius Muabilu Mbayu Mukala, en l’occurrence Alexis Tshamala a été victime de violences de la part des militants de l’UDPS samedi 05 novembre, alors que le meeting était interdit par l’autorité provinciale. L’intolérance de l’UDPS est en voie d’inciter les autorités compétentes de suspendre les activités de ce parti, mais aussi de tous ses alliés et Rassemblement, en raison de la recrudescence de violence et autre barbarie.

C’est le lieu de dénoncer le fait que l’UDPS et ses alliés font des cadavres le fonds de commerce politique. C’est avec étonnement que les Congolais en général, les Kinois en particulier ont assisté à l’oraison funèbre des six personnes victimes des événements des 19 et 20 septembre, alors qu’Etienne Tshisekedi avec ses alliés des ONG des Défense des Droits de l’Homme évoquaient plus de 100 personnes tués par la Police Nationale Congolaise.

Où sont les 94 corps dont l’UDPS, Fonus, MPL, ECIDE, Rassemblement ont scandé auprès de la Communauté internationale ? N’en déplaise à la Belgique qui en connait bien la manipulation de chiffres après avoir mis sur le dos au Maréchal Mobutu, les tueries de l’Université de Lubumbashi. Un seul mort a coûté la manipulation de chiffres à travers les différents médias, dans le seul but d’écarter Mobutu Sese Seko du pouvoir, en vue de placer leur mentor. La même méthode exploitée du temps du Maréchal semble se répercuter à l’époque de Joseph Kabila. Mais la technique se diffère. La technique de Joseph Kabila est de mettre à l’abri tous les hors la loi, privilégier l’espace démocratique, concourir au suffrage universel direct et/ou indirect. Seul mode politique d’accéder au pouvoir.

(Pius Romain Rolland )

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse