La pédiatre Marie-Pierre Watarra parlant de la fièvre chez l’enfant ; « Il ne serait pas logique de donner des médicaments de manière intempestive »

par -
0 353
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La fièvre chez un enfant est l’un des symptômes les plus récurrents et constitue une des sources majeures d’inquiétude chez toute mère. Ainsi pour apaiser cette inquiétude, Dr Marie-Pierre Wattara, pédiatre dans un centre hospitalier d’Abidjan, s’est exprimée lors d’une émission magazine des femmes pour les femmes, relayé par la radio Eglise du Christ au Congo émettant  à Kinshasa. Elle s’est expliquée de façon compréhensible aux mères, au sujet de la fièvre chez un enfant, tout en montrant que ce symptôme est le fait que l’organisme réagit à une attaque quelconque et que cette réaction peut être passagère tout comme elle peut évoluer. Et qu’il ne serait pas logique de donner des médicaments de manière intempestive à toute augmentation de la température, afin de baisser cette fièvre.

La fièvre est une montée, une réaction de la température corporelle. La fièvre est une réaction normale de l’organisme face à une agression. Celle-ci est due à une attaque des diversités de germes. Ils peuvent être des virus, des parasites, des bactéries.

Et on parle de fièvre en médecine lorsqu’on  a une température corporelle supérieure à 38,5°.

Il faut accorder à l’organisme le droit de réagir, sa réaction peut être passagère comme elle peut évoluer. Il ne serait pas logique de donner des médicaments à toute fièvre. Un exemple concret, un enfant peut faire 38° parce qu’on l’a habillé chaudement alors que ce n’est pas une fièvre due à une agression bactérienne, parasitaire ou virale. Cette élévation de la température est à surveiller. Quand on dit surveiller c’est-à-dire on a constaté que l’enfant 38°, s’il atteint 38,5°, l’on saura exactement qu’il y a confirmation de cette augmentation de la température et donc il va falloir procéder à une conduite. Lors des consultations, on signale aux mères pour un enfant qui est malade et a de la fièvre, quand commence son traitement en soirée par exemple, vous comprenez que la fièvre peut ne pas disparaître du coup. On donnera le temps selon l’action du médicament administré, pour que l’organisme puisse réagir. Donc une fièvre au-delà de 38,5° va commencer à baisser progressivement, parce que l’organisme doit se retrouver avec tout ce qu’il y a comme mécanismes de défense.

A la prise de la température, si le chiffre s’affiche au thermomètre on conclut une appréciation selon l’âge du sujet. Chez un enfant, la tranche d’âge en dessus de 36 mois en cas de fièvre, c’est ce qu’on appelle crise convulsive. Cette dernière est des mouvements de contraction et du relâchement de muscle. Quand un enfant chauffe, il peut faire des convulsions et donc devant le constat et la confirmation de ce chiffre de la température élevée, l’on indiquera  une conduite à tenir à la maman. Il est souhaité dans ce cas, de ne pas laisser la température augmenter. Cette conduite sera d’urgence, qui est d’abord la surveillance. Au-dessus de 38°, la première chose à faire c’est de déshabiller l’enfant. Si cela est possible, vous le mettez dans un environnement frais. Ici en passant je ne dis pas à tout le monde d’avoir un conditionnement d’air, rien qu’en ouvrant les fenêtres on arrive à aérer la pièce donc on a un enfant dont la température corporelle va s’adapter plus ou moins avec la température ambiante. D’autre part, si cela n’a rien donné, l’on continue en cherchant à faire baisser la montée de la température par des moyens suivants : on peut soit utiliser ce qu’on appelle les moyens physiques qui consistent à faire baisser la température par des moyens physiques. Quels sont-ils ? Ce sont tout ce que vous pouvez avoir au tour de vous qui peuvent, au contact de l’enfant, faire baisser la température. Ça peut être l’eau dans un récipient; une serviette mouillée pour la mettre au contact de l’enfant; ça peut aussi être l’eau à boire. Devant toute fièvre, il faut faire boire l’enfant. Il faut qu’il s’hydrate car en dehors de la convulsion, il y a aussi la déshydratation qui est une complication qui a des multiples conséquences. Apres que la mère ait utilisé des moyens physiques voyant la température s’élever, elle peut s’adresser au pédiatre ; au médecin ou au pharmacien .Il faut toutefois retenir que les pharmaciens ont un rôle des conseillers et non des prescripteurs. Le pharmacien est disposé à donner les premières conduites d’urgences pour le cas de l’enfant. Que les mères retiennent qu’une première conduite d’urgence n’élimine pas la direction de la formation de santé ou de la clinique proche de chez vous.

La fièvre expose l’enfant à la déshydratation, il est donc conseillé de faire boire l’enfant suffisamment. Devant une fièvre,  ce qu’il ne faut pas faire, c’est de chercher à baisser rapidement cette fièvre en voulant mettre l’enfant dans un récipient d’eau fraîche diamétralement opposé à l’hyperthermie ou à la hausse de la fièvre dont il souffre. Parce que chercher à baisser cette température par des moyens physiques, c’est procéder à une descente progressive dont il faut que cette eau fraîche ait un degré au-dessus de la température affiché par le thermomètre et procéder à une baisse progressive qui, dans tous les cas, marche très bien jusqu’à preuve du contraire, a brièvement expliqué la pédiatre Marie-Pierre Watarra.

 

(Mamie Ngondo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse