Dialogue: La MP salue la signature de la feuille de route

par -
0 842
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

*Dans un point de presse animé hier à Kinshasa, la Majorité Présidentielle à travers son porte-parole, salue la signature de la feuille de route lors de la séance de clôture des travaux du Comité préparatoire au dialogue national, politique, inclusif convoqué par le Président Joseph Kabila Kabange, Autorité Morale de la MP, il y a près d’un an. Cet acte est le signe que le dialogue est inclusif, parce que ni son initiateur, le Président de la République, ni le Facilitateur désigné par l’Union africaine, ni aucun participant n’a exclu une catégorie de la classe politique

*Et l’ambassadeur André-Alain Atundu, porte-parole de la Majorité Présidentielle de soutenir que la décrispation du climat politique est une obligation réciproque qui incombe à la Majorité Présidentielle et l’Opposition politique. Si le Gouvernement continue à manifester sa volonté, notamment en libérant quatre activistes de la Lucha et un de Filimbi, cette frange minime et radicalisée de l’opposition ne doit pas se moquer du peuple en l’entrainant dans une voie sans issue. Les concessions doivent aussi être accordées par l’opposition, au risque que les préalables posés par elle ne soient considérés comme des prétextes pour ne pas prendre part au dialogue.

Après la signature de la feuille de route lors de la séance de clôture des travaux du Comité préparatoire au dialogue national, politique, inclusif convoqué par le Président Joseph Kabila, Autorité Morale de la Majorité Présidentielle, il y a près d’un an, le moment était venu pour la MP de saluer ce résultat remarquable et fort apprécié par l’ensemble de la population congolaise, particulièrement par les Kinois, qui tient à l’effort collectif de tous ceux, Nationaux et Etrangers, qui partagent avec le Chef de l’Etat, la passion du Congo. A en croire l’ambassadeur André-Alain Atundu, , cette signature de la feuille de route est le signe que le dialogue est inclusif parce que ni son initiateur, le Président de la République, ni le Facilitateur Edem Kodjo, l’ancien Premier ministre togolais désigné par l’Union africaine, ni aucun participant n’a exclu quelque catégorie de la classe politique. Pour le porte-parole de la MP, les travaux préparatoires n’ont exclu personne, à moins que l’on modifie la Constitution, dont la non participation serait constitutif d’infraction et susceptible de provoquer des sanctions à l’encontre de son auteur.

Au sujet de la décrispation du climat politique, Atundu est d’avis que c’est une obligation réciproque qui incombe à la Majorité Présidentielle et à l’Opposition politique. Si le Gouvernement continue à se ranger dans cette voie en libérant quatre activistes de la Lucha et un de Filimbi qui sont repris sur la liste que l’Union Européenne à verser au Gouvernement, en contrepartie, l’Opposition politique ne doit pas se moquer du peuple, en l’entrainant dans une voie sans issue. Logiquement, les concessions doivent aussi être accordées par cette frange minime et radicalisée de l’opposition, au risque que les préalables posés par elle ne soient considérés comme des prétextes pour ne pas prendre part au dialogue. Atundu a vidé une question, selon laquelle l’actuelle MP serait à la base du désordre qui règne au sein de l’opposition. Pour lui, la nomination d’un porte-parole de l’opposition a été bloquée par la volonté du Mouvement de libération du Congo (MLC) de garder ce poste au Sénateur Jean-Pierre Bemba. Pour le reste, dit-il, le dialogue n’est pas là pour régler tous les problèmes de la République. Il revient à la plénière du dialogue de vider d’autres questions importantes.

(JMNK)

Ci-dessous, l’intégralité du point de presse de la Majorité Présidentielle :

POINT DE PRESSE

Mesdames et Messieurs des Médias,

Sans galvauder un adjectif souvent copieusement utilisé à tort et à travers, il me semble tout à fait indiqué de qualifier d’historique, la signature de la feuille de route lors de la séance de clôture du comité préparatoire au dialogue national, politique, inclusif convoqué par le Président Kabila, Autorité Morale de la Majorité Présidentielle, il y a près d’un an.

Ce résultat remarquable et fort apprécié par l’ensemble de la population congolaise, particulièrement par les Kinois, tient à l’effort collectif de tous ceux, Nationaux et Etrangers, qui partagent avec le Chef de l’Etat, la passion du Congo.

La détermination constante du Président Kabila qui n’a jamais hésité à mettre la main à la pâte, la persévérance du Facilitateur désigné par l’Union africaine qui a mouillé sa chemise, l’appui sans réserve de la communauté internationale qui a pris le problème à bras-le-corps, mais aussi et surtout le Patriotisme des acteurs politiques congolais qui à chaque instant, surtout au moment d’entraves, ont su faire la démonstration de leur passion pour le Congo et de leur amour pour son peuple, tels sont les éléments structurants de ce beau tableau d’ensemble que nous apprécions tous.

La conjonction de toutes ces vertus et qualités a produit la feuille de route et mis le dialogue sur les rails, en déterminant le rôle du Facilitateur, en précisant l’objet du dialogue à savoir la problématique du processus électoral et en donnant un cadre au fonctionnement de la plénière dite instance du dialogue.

Ce travail méthodique a toujours été mené de façon consensuelle dans le respect de tous les instruments juridiques pertinents tant internes qu’internationaux.

Ainsi est évacué l’inutile débat sur l’inclusivité dont la signification en l’occurrence est toute simple: le dialogue est inclusif parce que ni son initiateur, le Président Kabila ni le Facilitateur désigné par l’Union africaine ni aucun participant n’a exclu une catégorie de la classe politique. Bien au contraire!

Et donc, lorsque quelqu’un que l’on supplie pour participer au dialogue refuse catégoriquement, le dialogue n’en perd pas pour autant son caractère inclusif d’autant qu’il peut rejoindre les autres participants à tout moment, avant la clôture avec la garantie que son point de vue et son avis seront pris en compte.

Cependant, l’intérêt majeur de la Nation oblige les acteurs à aller de l’avant pour gagner du temps, et éviter d’être dépassés par les événements.

Mesdames et Messieurs des Médias,

La Majorité Présidentielle considère que le dialogue est le lieu par excellence de confronter les idées pour dégager une solution consensuelle et volontariste. L’univers, où cohabitent l’être et le néant, a inspiré le comportement de la Majorité Présidentielle. En effet, l’on ne peut concevoir l’un sans l’autre: l’être ne détruit pas le néant et le néant ne vide pas l’être de son sens. Les deux contribuent à une meilleure connaissance et à un fonctionnement harmonieux du monde. Le débat sur l’antériorité de l’un par rapport à l’autre n’a plus qu’un intérêt épistémologique et ne gêne pas le fonctionnement de l’ensemble ni leur coexistence.

Ainsi, il en est de l’apport attendu des idées de l’opposition parce qu’elles sont par principe de nature à éclairer avantageusement la perception et les perspectives de la problématique du processus électoral.

A ceux qui hésitent encore, dans l’attente d’un moment réputé plus propice pour servir la Nation et réaliser leurs ambitions, la Majorité Présidentielle dit tout simplement que les deux ne sont pas incompatibles.

Ils devraient cependant éviter de tomber dans le précipice de l’oubli comme ce Général,  illustre inconnu et qui n’est jamais entré dans l’histoire ni parvenu à marquer les mémoires de ses contemporains parce qu’il n’a jamais pris part à une bataille attendant paresseusement la bataille hypothétique qui ferait de lui un héros incontestable aux yeux, de son Peuple.

Mesdames et Messieurs des Médias,

L’histoire ne s’est pas arrêtée à la proclamation de l’indépendance, ni à la chute de Mobutu, ni à Sun City ni aux Concertations. Elle continue de s’écrire. Et les plus belles pages à écrire restent à venir. Ecrivons-les donc ensemble si nous voulons mériter de la patrie et honorer la mémoire de notre héros national Patrice Emery LUMUMBA. La leçon à en tirer est que le destin passe et se réalise par les rendez-vous de l’histoire. En manquer un, c’est rater son destin.

Dans cet ordre d’idées, les mesures de décrispation politique et d’apaisement ont pour vocation de se réaliser au fur et à mesure, tout en évitant d’envoyer à nos populations un message ambigu et démoralisant qui donnerait l’impression que les acteurs politiques sont au-dessus des lois. Bien entendu, l’apaisement et la décrispation entrainent logiquement une obligation synallagmatique dans !e chef de tout homme politique qui devrait de ce fait éviter d’abuser de sa position sociale auprès de nos populations.

Mesdames et Messieurs des Médias,

En marge des travaux du dialogue, il y a lieu de signaler la poursuite à un rythme soutenu des opérations de l’enrôlement des électeurs, en ce, compris les nouveaux majeurs dans la Province pilote du Nord-Ubangi, à la satisfaction générale.

Tout ce branle-bas de combat traduit de façon certaine la détermination des Autorités compétentes nationales à organiser des élections apaisées, transparentes et crédibles avec des données fiables. Et ce, de la base au sommet pour rencontrer les vœux de toutes les couches de la population.

Je vous remercie.

Fait à Kinshasa, le 28/08/2016

Ambassadeur André-Alain ATUNDU LIONGO

Porte-Parole

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse