La MP rassure : Tout va bien entre le président Kabila et le pape!

La décision du pape François d’ annuler sa visite en RDC a suscité plusieurs réactions dans le microcosme congolais. Pour certains, cette visite avortée laisse transparaitre le désamour entre le régime de Kinshasa et le Saint-Siège au sujet surtout du blocage constaté dans la mise en application de l’ accord du 31 décembre. « Les propos du pape ont été tronqués et tirés de leur contexte », explique le porte-parole de la majorité présidentielle.

Dans une interview accordée à l’hebdomadaire allemand Die Zeit parue le 09 mars dernier, le souverain pontife qui annonçait sa volonté de se rendre cette année au Soudan du Sud avait exprimé son intention de ne pas pouvoir se rendre dans les deux Congo, Kinshasa et Brazzaville.  «  Le pape François est un homme de paix, non seulement dans la profession de foi mais par les actes concrets. S’il décide d’ aller au Sud Soudan où la situation est plus dangereuse qu’ ici, c’ est parce que, ce n’ est pas le danger qui compte pour lui mais la misère matérielle de ces populations qu’il va soulager », ajoute André Atundu.

Le porte-parole de la MP dénonce l’ amplification faite par les médias autour de cette annonce. « Ce sont les spéculations des journalistes qui souhaitent que la RDC et ses dirigeants soient l’ objet de tout le malheur du monde », assène t-il.  André Atundu insiste sur les relations excellentes qui existent entre la RDC et l’ État du Vatican. « Il n’ y a rien entre le président de la République et le pape », insiste l’ ambassadeur Atundu qui en veut pour preuve, la dernière visite du président Kabila au Vatican.

M.Atundu soupçonne l’ église catholique du Congo d’ avoir pesé négativement dans l’ annulation de la visite papale en RDC. «  Le clergé a pesé de tout son poids pour dissuader le pape à venir dans notre pays », regrette-il.

Pour rappel, l’ église catholique congolaise revendique près de 32 millions de fidèles. La Cenco, la conférence épiscopale nationale du Congo est actuellement impliquée dans les discussions entre signataires et non signataires de l’ accord du 18 octobre 2016, signé sous les auspices de l’ Union Africaine.

Jean Pierre Kayembe

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse