La morgue de Kisenso dans un état de putréfaction avancée

par -
0 430
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Dans le cadre de la lutte contre l’insalubrité qui sévit sur toute l’étendue de la ville province de Kinshasa, la population, victime de plusieurs maladies endémiques ne cesse de se plaindre et ne sait plus à quel saint se vouer. Ceci, parce que ceux sur qui cette lourde charge est confiée, semblent s’adonner à d’autres choses que de s’occuper des tâches qui leur sont confiées. La ville de Kinshasa, hier encore « Kin-la-belle » est devenue « Kin-la-poubelle » par la volonté abjecte de ceux qui gouvernent.

De nombreux cas laissent la population perplexe

Sur ce chapitre, nous épinglons principalement aujourd’hui le cas de la Société nationale d’Électricité, Snel, qui est devenue un cas social pour la population. Chaque jour qui passe, les kinois victimes de délestage, assistent impuissants aux coupures de courant qui, malheureusement, ne contribuent nullement au développement de la capitale.

En effet, depuis 5 jours aujourd’hui, la commune de Kisenso est dans le noir. Les quelques ampoules allumées qu’on voit ici et là proviennent des groupes électrogènes personnels que les habitants mettent en marche tant pour suivre des émissions à la télévision et à la radio et, surtout, pour charger des téléphones.

Dire que ce manque d’électricité entame même la bonne marche de la morgue de l’hôpital général de référence de Kisenso communément appelé « hôpital d’état ». Par manque d’électricité, les corps entassés dans cette morgue, commencent à dégager une odeur nauséabonde. Ce qui ne permet pas aux habitants environnants et même à tous ceux qui empruntent la voie qui passe par là, à respirer l’air frais. Par manque du courant électrique, les corps en phase de décomposition entassés dans les armoires voire déposés à même le pavé, plongent cette morgue dans un état de putréfaction avancée.  Les malades hospitalisés à Kisenso ne peuvent nullement supporter l’odeur qui s’y dégage. Ils ne jurent plus aujourd’hui que d’aller se faire soigner ailleurs au risque d’attraper d’autres maladies hybrides. Il faut noter que dans cette partie de la capitale si le courant arrive on est servi au grès de certains agents véreux de la SNEL – pour la plupart ce ne sont que des journaliers- qui, pour le commun des mortels, sont des véritables maîtres en délestage. Pour se faire de l’argent auprès de la population, ils coupent le courant comme ils veulent et quand ils le veulent. A Kisenso, le courant arrive parfois à 22heures pour partir à 5heures du matin. Rarement dans cette contrée on a le courant électrique dans la journée.

Une démarche salutaire du gouvernement

On se souviendra que parmi les trois infrastructures de base inaugurées, le mardi 7 août 2007 dans la commune de Kisenso, il y avait une morgue, une école primaire et aussi le siège du conseil communal.

Parmi tous, l’inauguration de cette morgue a revêtu un caractère tout à fait particulier. Celui de procéder à la décentralisation de la commune de Kisenso tout en  permettant aux familles éprouvées venant d’autres coins  à y placer les corps des membres de leurs familles décédés mais depuis lors avec ce manque d’électricité la population qui en 2007 avait applaudi de deux mains cette offre du gouvernement à la population commence à déchanter. Qui pourra relever le défi ?

(Kingunza Kikim Afri) 

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse