La maternité précoce à Kinshasa

par -
0 715
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le taux de mères adolescentes accroît dans les quartiers populeux 

La maternité précoce est souvent perçue comme une brèche ou une incartade dans la définition socialement acceptée et supportée de passage à la vie adulte. C’est aussi une non-conformité avec les étapes temporelles socialement établies pour favoriser un passage à la vie adulte réussie. La maternité adolescente parait comme un « événement bifurcatif », par rapport aux normes du parcours biographique, selon lesquelles devraient se succéder fin de la scolarité, début de l’insertion professionnelle, départ du foyer parental, mise en couple et, enfin naissance du premier enfant.

Dans plusieurs quartiers de Kinshasa des adolescentes ne sentent plus gênés d’être enceintes.  Faisant un tour dans des quartiers populaires  comme à Kingasani, Kingabwa, Malweka et camp Luka, l’on  peut se rendre bien compte de la recrudescence du taux élevé de grossesses indésirables chez les mineurs.

Des grossesses en cascade

Certains parents, privés de ressources, assistent impuissants à la recrudescence de ce phénomène, où bon nombre de leurs enfants mineurs deviennent parents très tôt. Certaines  jeunes filles se placent dans des dynamiques relationnelles closes où le conjoint est une ressource quasi exclusive de soutien.

Si les filles n’ont pas de choix quand elles accouchent, les garçons, eux, fuient souvent leurs responsabilités en niant les grossesses.

Les parents de jeunes mères se sentent, dès lors, contraints non seulement à héberger leur enfant, mais aussi à élever leurs petits-enfants avec leurs maigres moyens. Ce qui n’empêche toutefois pas la fille-mère de tomber à nouveau enceinte d’un quidam.

Des adolescents qui refusent leur paternité

La maternité à l’adolescence entraîne aussi des conséquences majeures sur le plan de l’insertion professionnelle, notamment en bloquant ou en retardant le processus de scolarisation. Les jeunes mères rencontrent davantage de défis que les mères adultes, mais qu’elles ont moins de ressources et de support social que ces dernières. Les mères adolescentes vivent, d’ailleurs, de nombreuses ruptures de relations.

Ces types de scènes sont également fréquents à Kingasani ya suka (entendez : Kingasani Terminus), un autre quartier parmi les plus populeux de Kinshasa. Logée dans l’immense commune de Kimbanseke, cette entité regorge d’un nombre important de parents mineurs. Des filles comme des garçons.

 

“Dans nos quartiers, tomber enceinte alors qu’on est encore mineure, n’étonne plus personne », avoue une dame habitant le quartier. Aujourd’hui, plusieurs jeunes de 12 à 17 ans n’hésitent plus à se faire engrosser, motivées bien souvent par une sorte de concurrence. « C’est devenu ici un honneur, quand une fille sort de la maternité, quel que soit son âge. Le long cortège de motos qu’elles louent pour faire du tapage dans la rue quand elle revient à domicile avec son bébé, les hurlements de ces copines qui l’accueillent à domicile, la musique assourdissante balancée par les motards, les folies festives qui s’ensuivent dans les terrasses environnantes…”, a témoigné un observateur.

Pour cette catégorie, en effet, la maternité devient une façon d’obtenir un certain statut social, une utilité sociale, la jeune fille n’est alors plus seulement qu’une adolescente désœuvrée, elle est désormais une mère.

Quid de la responsabilité des parents

L’éducation sexuelle est restée longtemps un sujet tabou dans les familles africaines. La RDC n’en est pas épargnée. L’observateur su-évoqué explique : “Responsables au premier plan, les parents sont devenus de plus en plus laxistes au point de ne plus assumer complètement leurs responsabilités, vu la précarité de la vie qu’ils mènent. Par conséquent, leurs enfants adolescents – les filles comme les garçons – n’ont pas les informations qu’il faut et n’arrivent pas à gérer leur sexualité, n’étant pas suffisamment encadrés”,.

 

( RTM)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse