La Linaseco tire la sonnette d’alarme: L’insalubrité tue dans le territoire de Songololo

par -
0 556
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Dans le territoire de Songololo, province du Bas Congo, la population a versé dans un laxisme qu’encouragent sournoisement des autorités locales, mettant ainsi en péril la santé publique. La Ligue nationale des souverains électeurs congolais (Linaseco) que préside Mgr Katubadi wa Nkole Célestin déplore l’irresponsabilité occasionnant des victimes, dont certaines de morsure de serpent.

La Linaseco déplore l’insalubrité débordante dans le territoire de Songololo, province du Bas Congo. « Dans le secteur de Bamboma, l’insalubrité sévit sous la barbe des autorités. En conséquence, le paludisme bat son plein, environ 80% dans la population active présente des symptômes du paludisme selon des sources médicales locales. Le village est envahi par des herbes qui prennent de hauteur, faute d’action collective (salongo). Des morsures de serpents font également des victimes … », a indiqué dans son monitoring le vice-président de la Linaseco, Me Falashi Galenga (photo ci-contre au premier plan). Pour ce faire, il interpelle les autorités provinciales concernées à mobiliser la population, en vue de la reprise en main de la situation.

Dans un monitoring rendu public à cet effet, l’observateur Séraphin Mbimba Nsakala Byllos (voir photo au second plan) de préciser : « Les chefs des groupements Ngombe et Mbanza-Nkazi doivent faire en sorte que la santé publique de leurs administrés soit préservée. Il faut pour cela reprendre instamment le travail communautaire (salongo). Car il est inadmissible que tous les villages tombent sous le coup de l’insalubrité et la divagation constatée du bétail. Les herbes vont au-delà de la hanche, et cela jusqu’à la porte d’entrée de chaque maison », a-t-il relaté. Et d’ajouter : cette situation est perceptible, et de façon concomitante dans plus d’une contrée : Mbanza-Nkazi, Kinganga, Kimbuinga, Kemba, Ngombe, Kalu, Kintoto, Lambazi, pour ne citer que ceux-là. Le chef de secteur Bamboma ne devrait pas s’endormir sur ses lauriers. Il lui revient, en effet, d’interpeller tous les chefs de villages, en vue de la relance du « salongo », jadis une fierté. Point n’est besoin de rappeler que depuis l’administration coloniale, ce travail communautaire a rendu propres des villages. En l’imposant, les autorités coloniales ont rendu praticables à souhait des routes de desserte agricole dans cette contrée. Pour l’heure, les tronçons : Kisonga-Kinganga, Kisonga-Kikanza, Kisonga via Mbanza-Nkazi, Kisonga-Kemba-Ngombe-nationale I… ne sont plus entretenus.

 

(Payne)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse