La Ligue pour la santé des fumeurs s’implique dans la lutte contre les toxicomanies

par -
0 533
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La Ligue pour la santé des fumeurs (LSF) poursuit son lobbying auprès des autorités, pour obtenir que soit officialisée  le  24 novembre 2015, journée nationale de lutte contre les toxicomanies. Cette information émane du coordonnateur principal de la LSF, Muhammed Bike’Ndongo Ne Kongo.

Cette structure, a-t-il rappelé, évolue en partenariat avec le Programme national de lutte contre les toxicomanies, PNLCT. En effet, la LSF projette deux journées de sensibilisation porte ouverte, sous le haut patronage du ministère de la Santé publique. A ce sujet, l’orateur de préciser : « La marche de santé populaire pour le dimanche 22 novembre, qui aura pour point de chute la Place du 30 juin (ex Gare centrale) dans la commune de la Gombe. Là, une allocution du directeur du PNLCT sera suivi de celles des représentants respectivement du Gouverneur de la Ville-province de Kinshasa et du ministre de la Santé publique. Le mardi 24 novembre 2015, il est prévu une journée porte-ouverte au cercle Mayalos, dans la commune de Mont-Ngafula. Cela se déroulera de 12 à 17 heures, sous le thème retenu pour cette année : « Tous a l’école de lutte contre les toxicomanies ».

Quid de la LSF

La LSF est une association humanitaire pour le développement communautaire, qui encadre les fumeurs non seulement actifs mais aussi  passifs (non-fumeurs). C’est de cette manière que la Ligue entend apporter sa  à la reconstruction de la RDC, en luttant contre des antivaleurs qui ouvrent la voie vagabondage. La Ligue s’efforce d’identifier les fumeurs actifs, les revendeurs et cultivateurs de plantes susceptibles d’être fumées en sur l’étendue de la RDC. S’agissant du chanvre, la suggestion de la Ligue est que les pouvoirs publics perçoivent la taxe auprès des exploitants (planteurs, trafiquants et revendeurs), en vue d’accroître l’assiette fiscale. Et partant, apporter agrandir de peu le budget national », a relevé l’orateur. Et d’ajouter : l’enveloppe ainsi constituée pourrait être utilisée pour renforcer l’implication des agents de l’Etat dans la lutte contre le banditisme et l’éradication du « kuluna » (entendez : le gangstérisme urbain à l’arme blanche), ainsi que d’autres déviations collectives dont la prostitution. L’on peut, dans cet ordre d’idée, organiser des campagnes de conscientisation, des carrefours de réflexions, la promotion de la culture, la documentation d’analyse, d’études, de recherches, d’information, de formation, d’échange et d’encadrement en faveur de la jeunesse.

La LSF pour le dialogue politique et la promotion de la jeunesse

Fort de ses six-cent trente-deux mille cent-cinquante (632.150) membres à Kinshasa, la LSF dit « oui » au dialogue politique, qui pourrait tabler également sur la promotion  de la jeunesse, la jonction entre la constitution et la culture. A ce sujet, la LSF fait observer ce qui suit, que l’orateur qualifie de dysfonctionnement dans la marche de la vie nationale : l’officialisation de la langue française comme étant la seule qui qualifie une personne pour assumer un poste de responsabilité publique ne favorise guère la promotion véritable de nos quatre-cents (400) langues. Les colonialistes les ont réduites en  dialectes. Pourtant, un dialecte n’est rien d’autre qu’une langue qui est tirée d’une autre ou dérivé d’empreinte linguistique. Le France est sorti du latin, mais ni le lingala, ni le kikongo, ni le tshiluba ni le tetela encore moins le (ki)pende n’ont été tirés d’autres langues. L’Eternel Dieu de l’univers a créé chaque peuple avec sa langue, son écriture et son système de comptage de chiffres. Comment pouvons-nous dénier la création en disant que les langues créées par Dieu sont des dialectes ?

Tout compte fait, les dialectes sont : le français, l’anglais, le portugais et l’espagnole qui sont des langues romanes (dérivées du latin). Toutes ces quatre (4) langues n’avaient pas existé avant que l’Europe n’atteigne un certain seuil du développement. Nos langues de même que celles de nos frères asiatiques ont leurs richesses intrinsèques.

(Propos recueillis par Lepa)

 

 

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse