La jeunesse africaine face au réchauffement climatique

par -
0 407
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Après la 22è Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, le Comité de pilotage de la COP22 a commandé la première étude panafricaine sur le réchauffement climatique, signale un communiqué de presse du comité de pilotage. L’étude a été conduite auprès des jeunes nés dans les décennies 1980 à 200, (milléniaux), issus de 19 pays africains.

C’est le 20 décembre dernier que le résultat a été rendu public, « Nous ressentons déjà les conséquences du réchauffement climatique, sur notre santé, notre accès à la nourriture et à l´eau. Le temps presse pour atteindre les objectifs de température à long terme», a voulu alerter Aziz Mekouar, Ambassadeur pour la négociation multilatérale de la COP22. Et de rassurer que, la mobilisation politique est là, comme le prouve la Proclamation de Marrakech voulue par 197 parties à la Convention.

Les milléniaux africains subissent directement ces phénomènes: 86% des jeunes interrogés constatent des pluies imprévisibles plus fréquentes. 79% signalent l´augmentation des maladies des cultures et du bétail. 77% constatent l’avancée de la désertification. 73% ont remarqué la multiplication d’incendies forestiers.

Pour cette étude, ces conséquences ont un impact sur l´agriculture et la sécurité alimentaire. Or l´Afrique va devoir tripler sa production agricole d’ici à 2050, pour subvenir aux besoins d´une population qui aura doublé.

D’où, l’importance de l’initiative pour l’Adaptation de l’Agriculture en Afrique (AAA), qui a vocation à garantir le financement de l’agriculture africaine et à augmenter la productivité agricole. Impulsée par le Maroc, il vise à capter 30% du plan d´investissement prévu à partir de 2020 pour l’adaptation des pays en voie de développement. Cela représente 30 milliards de dollars par an pour le développement de l’Afrique.

« L’eau potable pour l’Afrique »

En Afrique, 9 sur 10 milléniaux considèrent ainsi comme une priorité de faire des énergies renouvelables la première source d´énergie utilisée en Afrique. Le Maroc a de son côté entamé des chantiers qui lui permettront d´augmenter la part des énergies renouvelables à 42 % et améliorer l’efficacité énergétique de 12% d’ici à 2020. En 2030, la part de l’énergie électrique produite à base d’énergies renouvelables devrait s´établir à 52%.

Pour 92% des milléniaux africains, la lutte pour le climat passe également par un accès à une eau propre à la consommation. Le lancement de l’appel « Water for Africa » à l’occasion de la Conférence internationale sur l’Eau et le Climat qui s’est tenu les 11 et 12 juillet derniers à Rabat constitue une première étape en ce sens. Il attire en effet l’attention sur la nécessité et l’engagement réel de la communauté africaine à se mobiliser pour répondre à l’urgence des problématiques posées par l’eau sur le continent et leur relation avec le changement climatique.

(Onassis Mutombo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse