Fièvre jaune: Une menace réelle pour la RDC selon ESSF

par -
0 647
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le savoir vivre ensemble impose un certains nombres d’exigences dans la gestion d’une cité ou d’une nation ; rendre compte aux citoyens et surtout les éclairer sur les sujets d’actualités est le rôle des ceux qui dirigent en premier, mais aussi des leaders d’opinion, chacun dans son domaine de prédilection, estime l’Ong Environnement sain sans frontière (ESSF).

Ainsi, dans sa mission d’éclairer l’opinion tant nationale qu’internationale pour la prévention et l’atténuation des catastrophes naturelles dues au dérèglement climatique, cette Ong ne cesse d’alerter l’opinion sur les risques que court l’humanité actuellement et surtout dans les décennies à venir. Et elle ne cesse donc de dénoncer à chaque occasion, la porosité des frontières congolaises pour ce qui concerne le contrôle hygiénique, estimant que « la carte jaune vendue dans tout les coins n’est pas une garantie pour déclarer qu’une personne est saine ou pas ».

L’on se rappellera qu’au début de l’année 2015, alors que l’épidémie d’Ebola sévissait en Afrique de l’Ouest et dans la partie Nord de la Rdc, l’Ong ESSF avait prévenu que l’humanité en général et la Rdc en particulier, devraient s’attendre à une recrudescence des maladies autres fois éradiquées à cause des mutations génétiques des plusieurs espèces (vecteurs ou porteurs de maladies).

Voilà qu’aujourd’hui, c’est la fièvre jaune qui sévit actuellement en Rd Congo. L’Ong ESSF estime à cet effet que la population congolaise en générale a besoin, aujourd’hui plus que jamais, d’une information fiable qui puisse l’aider à se préparer pour faire face à cette maladie et à toutes les autres pouvant surgir dans l’avenir.

Savoir plus sur la fièvre jaune

Toutefois, l’Ong ESSF rappelle l’opinion que la fièvre jaune est une maladie hémorragique virale aiguë transmise par des moustiques infectés. Les symptômes pour les deux phases de la maladie sont les suivants: fièvre, céphalées, ictère, myalgies, nausées, vomissements et fatigue, des myalgies, au premier plan desquelles des dorsalgies, des céphalées, une perte de l’appétit, des nausées ou des vomissements.

Dans sa forme plus sévère, on peut la confondre avec le paludisme grave, la leptospirose, l’hépatite virale (surtout les formes fulminantes), d’autres fièvres hémorragiques ou d’autres maladies à flavivirus. Sa période d’incubation dans l’organisme dure de 3 à 6 jours.

Il n’existe pour l’instant aucun médicament antiviral spécifique contre la fièvre jaune, mais la prévention de cette maladie est possible grâce à un vaccin extrêmement efficace, sûr et peu coûteux, contrairement à ce qui a été dit par les responsable du Ministère nationale de la Santé. Une seule dose de celui-ci confère une immunité durable et protège à vie contre la maladie, sans qu’il y ait besoin d’une dose de rappel. Le vaccin confère une immunité efficace dans les 30 jours pour 99% des sujets vaccinés.

La fièvre jaune est endémique dans certaines régions de 47 pays d’Afrique (34 pays) et d’Amérique latine (13 pays). La Rdc est dans ce lot. « La fièvre jaune est difficile à diagnostiquer, surtout dans les stades précoces, comme il est question dans les trois provinces congolaises qui sont déclarées affectées », rapporte l’Ong ESSF.

Des recommandations de l’Ong ESSF

L’Ong ESSF demande aux gouvernements national et provinciaux, à travers des ministères concernés, de disposer au moins d’un laboratoire dans chaque province pouvant pratiquer les tests hématologiques de base pour le diagnostic de la fièvre jaune. « On peut réduire le risque de transmission de la fièvre jaune dans les zones urbaines en éliminant les gîtes larvaires potentiels par l’application de produits larvicides dans les conteneurs pour conserver l’eau et dans tous les endroits où l’eau peut s’accumuler », indique son communiqué.

Pour cette Ong, les pulvérisations d’insecticide pour tuer les moustiques adultes lors des épidémies urbaines peuvent contribuer à réduire le nombre de moustiques et, par là-même, les sources potentielles de transmission de la fièvre jaune. « C’est le moyen de prévention le plus important pour éviter la fièvre jaune », estime-t-elle.

L’Ong estime aussi qu’il faut éduquer les populations à un assainissement tout au tour de leurs habitations en appliquant ces solutions et on aurait lutté à même temps contre le paludisme et faire d’une pierre deux coups, le paludisme étant la première cause des décès en Rdc, selon un rapport de l’Unicef.

L’Ong ESSF insiste pour que l’exemple commence de haut et surtout que les gouvernements détiennent les moyens de l’Etat que les contribuables mettent à la leur disposition pour une gestion durable de leurs secteurs respectifs. « Il ne pas normale qu’il ait plus de 465.000 morts causés par des maladies évitables et éradiquées dans plusieurs pays du monde et d’Afrique (un rapport de l’USAID en 2010) », note le communiqué de cette Ong.

Au nom de la solidarité internationale et du savoir vivre ensemble, l’Ong ESSF rappelle à la communauté internationale et surtout à l’Alliance GAVI, l’OMS et la Direction générale de l’aide humanitaire de la Commission européenne (ECHO), de voler au secours de la Rdc.

Notamment, en lui dotant des doses de vaccins suffisantes pour les trois provinces atteintes, « avant que cette maladie ne soit rependue dans toutes les provinces, ce qui va compliquer davantage la situation et demander des ressources beaucoup plus énormes et surtout une grande perte en vie humaine », souligne l’Ong rappelant surtout que la Rdc ne dispose pas d’infrastructures de base qu’il faut pour faire face à une épidémie généralisée.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse