La déstabilisation de la Rdc confirmée: Sultani Makenga sommé de se rendre

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

C’est un ton très dur que le Commandant suprême des FARDC, le Président Joseph Kabila Kabange a utilisé, par l’entremise du chef de la maison militaire, le Général d’Armées François Olenga, à l’endroit de Sultani Makenga et sa bande. Ceux-ci doivent se rendre aux autorités congolaises, au risque d’être capturés et de subir la rigueur de la loi. C’est ce qui ressort de la visite de travail qu’il a effectué dans la province du Nord-Kivu, le vendredi 20 janvier, où il a  intimé l’ordre formel au général autoproclamé et déchu Sultani Makenga et ses hommes à se rendre aux autorités congolaises, de peur de subir la frappe des Forces Armées de la RDC (FARDC).

Plus question de douter quant à l’intention des ex-M23 d’embraser la Rd Congo, parce qu’aux dires du Général Olenga, à la première vague, les autorités ougandaises n’étaient pas au courant, et elles ont seulement été averties à la deuxième vague. D’ailleurs à l’instant, une équipe d’officiels congolais se trouverait en Ouganda, où elle a effectivement constaté l’absence d’une partie importante de ces ex-rebelles. Des informations qui viennent corroborer la version donnée voilà quelques jours, par le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende Omalanga. Il a affirmé, en effet,  que dès qu’ils (les ex-rebelles) ont franchi la ligne frontalière au niveau d’Ishasha, ils ont été harponnés par les forces de défense et de sécurité. Certains ont déjà été arrêtés, d’autres continuent de résister, l’armée est en train de s’occuper d’eux comme il se doit. Entre-temps au niveau de Goma, dans la province du Nord-Kivu, la dénonciation par le Gouverneur de province d’une nouvelle déstabilisation de l’Est du pays est entrain de produire ses premiers effets. Pour ce faire, vingt-deux  armes AK47 et quatre bandits armés entre autre deux miliciens de l’ex-mouvement du 23 mars ont été présentés au Gouverneur de province mercredi dernier à Goma. A l’occasion, Julien Paluku a appelé à une vigilance tous azimuts des services spécialisés principalement les FARDC, pour faire échec à ce plan  macabre des ennemis de la paix.

Julien Paluku avait vu clair

François Olenga qui, lors de son séjour à Goma  a eu des échanges avec le gouverneur de la province du Nord-Kivu, Julien Paluku, a avisé que la RDC et le Commandant suprême de ses armées ne toléreront jamais que la quiétude de la population soit troublée par qui que ce soit et d’où qu’il vienne. Répondant à la presse au sortir des entretiens, le Général Olenga a affirmé être venu confirmer que ce que le Gouverneur Julien Paluku a dit au sujet de l’incursion sur le sol congolais des Ex-M23, est une vérité corroborée également par les services des renseignements militaires. « Makenga, je lui demande de rentrer dans son pays », a ordonné le Chef de la maison militaire du Chef de l’Etat qui, dans un ton fort, a indiqué que « l’on ne peut plus accepter la déstabilisation du Congo »,  rappelant que les Congolais ont les idées tournées vers l’organisation des élections. Aussi  tiennent-ils à vaquer librement à leurs occupations.

Soulignons que la visite au Nord-Kivu du Général François Olenga intervient au moment où l’Ouganda vient, enfin, de reconnaitre la désertion du camp de Bihanga, des ex-rebelles M23.  Le même pays a avoué avoir mis la main sur une centaine de ces fugitifs au niveau de la ville de Mbarara, tout en avouant avoir perdu le contrôle sur une quarantaine d’autres anciens M23. Lors de leur capitulation, les ex-rebelles du M23 défaits avaient pris la destination du Rwanda et de l’Ouganda, où ils avaient été cantonnés dans les camps de Bihanga (Ouganda) et Kibungo(Rwanda). Le Gouverneur Julien Paluku avait dénoncé, dimanche dernier par voie de presse, une forte menace de déstabilisation généralisée du Nord-Kivu et de la RDC à partir de l’Ouganda. Trois jours plus tard, le General François Kamanzi, commandant intérimaire de la 34ème Région militaire du Nord-Kivu, avait quant à lui, présenté quatre présumés instigateurs d’une nouvelle rébellion à partir de cette partie du pays. Parmi les quatre hommes, deux se sont présentés comme ayant fui le camp rwandais de Kibungo. Ces derniers avaient été appréhendés au niveau de la barrière de Mubambiro sur la route Goma-Sake, avec deux armes.

Une Ong loue la fermeté du Gouvernement

Un communiqué parvenu à la Rédaction du Quotidien L’Avenir indique que c’est avec une très grande attention que le CEPADHO a suivi la communication du Général François Olenga, Chef de la Maison Militaire du Président de la République Démocratique du Congo. C’était à l’occasion de son récent séjour à Goma. En effet, le Général Olenga a, d’un ton ferme, exigé aux ex-M23 ayant fui l’Ouganda en perspective d’une nouvelle guerre, à se rendre immédiatement aux FARDC, faute de se voir neutralisés ou mis aux arrêtés.

Le Chef de la maison militaire du Chef de l’Etat a averti le Commandant de l’ex-M23 Sultani Makenga de se rendre au Gouverneur du Nord-Kivu, afin d’éviter qu’il soit capturé et ramené «vivant ou mort» par les FARDC.  Le CEPADHO salue la fermeté et la pertinence du message du Général Olenga. Cette Organisation espère que ce message très rassurant est le dernier avertissement aux ex-M23 dont la récidive est flagrante. Le CEPADHO rappelle  la nécessité pour la CIRGL, la SADC et l’ONU à prendre des mesures contraignantes contre l’Ouganda et le Rwanda qui continuent à héberger les ex-M23 en violation des prescrits de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba pour menacer la Paix et la Sécurité de la RDC.

Aucun doute n’est permis et la Monusco ne pourra que se rendre compte de l’évidence, et appuyer naturellement son allié traditionnel, le Gouvernement de la République, sans sa quête pour une paix durable. Sinon, lorsqu’on suit le porte-parole de la Monusco, Félix-Prosper Basse, personne ne pouvait donner la chance au Gouvernement de la République. C’est le moment où il faut être clair avec tous les partenaires bi et multilatéraux de la Rd Congo : le pays est résolument tourné vers l’amélioration du social de sa population et à l’organisation des élections. De ce fait, aucune aventure de nature à retarder l’atteinte de ces objectifs ne sera tolérée.

Comme L’Avenir n’a cessé de le dire, il n’y a pas de raison qui milite actuellement pour la déstabilisation de la Rd Congo, lorsqu’on sait que les pourparlers sont en cours au Centre Interdiocésain, et n’importe quelle doléance peut toujours être débattue, pourvu que la paix et l’intégrité du territoire congolais soient rassurées. Ceux qui pensent qu’ils peuvent tout obtenir par la violence, devront intérioriser que cette vision de choses est révolue. Ce faisant,  les efforts devront être faits, surtout en appuyant l’actuelle opération de révision du fichier électoral et d’enrôlement des électeurs, pour permettre à tous les Congolais d’être identifiés et de participer aux élections, seules base d’une paix durable.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse