La chanteuse Mpongo Love à l’honneur: Grâce à l’implication personnelle de Barbara Kanam

par -
0 650
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Il y a bien longtemps, depuis l’aube de 1990 que Mpongo Love, la chanteuse à la voie limpide du « Zaïre » (RDC), avait quitté le monde. En souvenir de cette artiste qui fut la première dans la gent féminine congolaise à avoir fondé son propre groupe musicale baptisé « Tcheke Tcheke Love », une autre chanteuse de la nouvelle génération en la personne de la dulcinée Barbara Kanam se propose d’organiser, dans les tout prochains jours, deux concerts en mémoire de Mpongo Love. Cela, afin de démontrer à la face du monde que la musique est une branche d’unité et de consentement qui n’a pas de frontières.

Qui était Mpongo Love ?

De son vrai nom Alfride M’Pongo Landu. Elle est née le 27 août 1956 à Boma dans la province du Kongo Central en République démocratique du Congo. Elle est décédée, l’âge de 34 ans, le 15 janvier 1990 à Kinshasa.

Avec Abeti Masikini, Mpongo Love était considérée comme l’une des plus grandes dames de la musique congolaise moderne. Quittant le monde, elle a laissé une œuvre majeure qui a eu et continue à avoir un écho favorable sur le continent avec son style musical qu’était la rumba qu’elle chantait en lingala.

A l’âge de quatre ans, en 1960, pour une fièvre, elle a eu une injection de la pénicilline qui la rendra totalement paralysée.

Mais en 1962, au bout de deux années de soins, elle retrouve l’usage de ses deux jambes qui resteront, malheureusement, déformées jusqu’à son décès.

Ancienne secrétaire de direction de la société Districars de feu Dokolo (Concessionnaire automobile), elle se convertit à la musique grâce à l’une de ses amies qui était une proche de Deyess Empompo Loway, saxophoniste de renom opérant au sein de l’orchestre Afrisa International de Tabu Ley Rochereau.

Deyess Empompo Loway devient rapidement son encadreur. Il recrute pour elles des musiciens et compose pour la chanteuse ses premières chansons. C’est à 19 ans qu’elle prend son nom de scène M’pongo Love et crée sous la baguette magique d’Empompo Lowaï, son propre orchestre dénommé  le Tcheke Tcheke Love. Et, sa première chanson intitulée «Pas possible Maty» sortie en 1976, lui octroi un succès sans précédent. Le grand public est ému par cette nouvelle voix pure et limpide d’une jeune fille d’une grande beauté naturelle malgré son état physique.

Toujours avec l’aide de son mentor Empompo Loway, elle donne son premier concert au Ciné Palladium qui était situé sur le Boulevard du 30 Juin  en compagnie de l’Orchestre « Tout Choc Zaïko Langa Langa». Ce fut une production de la Radio-Télé-Publicité (RTP) dirigée par Mateta Kanda, une notoriété dans le milieu audiovisuel des années 1970 et 1980.

L’originalité de sa voix limpide, saillante, légèrement nasale, aux intonations fragiles et précises séduit au premier coup le public kinois. C’est le commencement d’une idylle passionnelle entre la star et son public…

(Kingunza Kikim Afri)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse