La CENI sensibilise les leaders de la Société civile et les délégués des partis politiques

par -
0 392
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Une délégation de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), conduite par son Vice-président, M. Norbert Basengezi Kantitima séjourne dans la province du Nord-Kivu afin de sensibiliser les différentes parties prenantes au processus électoral sur les opérations d’identification et d’enrôlement des électeurs déjà en cours dans la province pilote du Nord Ubangi. Outre le Vice-président, la délégation de la CENI est composée de Mme Elodie Ntamuzinda, Membre de l’Assemblée Plénière chargée du suivi du Comité de Liaison avec les Partis politiques.

Sur place à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu, la délégation de la CENI a eu des échanges fructueux avec les jeunes de la Lucha, les leaders de la Société civile et les délégués des partis politiques.

Après avoir rencontré le mardi 23 août 2016 les jeunes de la Lucha (Lutte pour le Changement) pour les inviter à s’impliquer dans la sensibilisation des jeunes afin qu’ils se fassent enrôler dès que le processus d’enrôlement atteindra la phase de l’aire opérationnelle 1, le Vice-président de la CENI a ouvert le 24 août 2016, dans la matinée, à l’Institut de Goma, une séance sur la démonstration du fonctionnement des kits d’enrôlement des électeurs déjà opérationnel dans la province du Nord-Ubangi.

Sur le coup de 14h00, heure locale, le Vice-président de la CENI, Basengezi Kantitima a démarré une réunion d’échange d’informations sur le processus électoral avec la société civile et les délégués des partis politiques. Il les a informés de l’évolution du processus d’enrôlement au Nord-Ubangi et les a exhortés à soutenir ledit processus en abandonnant les discours irréalistes et malveillants.

Le Vice-président de la CENI a également sensibilisé son auditoire sur la nécessité de bonnes élections aux termes desquelles le gagnant et le perdant s’embrassent. Il a ainsi expliqué le chronogramme de la révision du fichier en précisant la réalité des défis logistiques auxquels la CENI doit faire face dans ce processus. Il a eu recours à l’image de la femme enceinte pour expliquer la situation du fichier et du processus électoral en RDC : exiger la tenue des élections illico presto, c’est comme si on demandait à une femme enceinte d’accoucher à deux mois de grossesse au lieu d’attendre 9 mois.

En termes de responsabilités par rapport au retard enregistré par le processus, Norbert Basengezi Katintima a été clair : « ce sont ceux qui ont rejeté les différents calendriers en souffrance qui sont responsables dudit retard ». En passant en revue la Constitution, spécialement en ses articles 5 et 73, la Résolution 2277 ainsi que les rapports des missions concertées des Nations Unies et de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), il a montré que la CENI, qui a engagé la refonte du fichier électoral, est dans le bon.

(JMNK)

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse