La BIAC mise sous gestion !

par -
0 1438
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Comité d’administration provisoire a 180 jours pour préparer un plan de redressement

*Dans un avis au public signé par Déogratias Mutombo Mwana Nyembo, Gouverneur de la Banque centrale du Congo (BCC), la Banque internationale pour l’Afrique au Congo (BIAC), est mise sous gestion d’un Comité d’administration provisoire. A cet effet, de nouvelles têtes ont été nommées au sein du Comité d’administration provisoire de cette institution bancaire

*Ce Comité d’administration provisoire a reçu pour tâches essentielles d’assurer la gestion courante de la banque, de servir d’interface avec toutes les parties prenantes à la résolution de la situation de crise et de préparer dans un délai de cent quatre-vingt (180) jours franc, à dater de l’affichage du présent avis au siège social, le plan de redressement de la BIAC

Qu’est-ce qui se passe à la Banque internationale pour l’Afrique au Congo (BIAC) ? Sinon, les nouvelles qui nous parviennent de cette institution bancaire, ne sont pas du tout rassurantes. Tenez, lorsque la crise surgissait, le nouveau leadership de la BIAC s’était assigné plusieurs objectifs, tout en rassurant les épargnants et autres partenaires de sa bonne santé. Les clients ont commencé à vivre la réduction des agences, avant de subir malheureusement le plafonnement de retraits. Une décision qui se justifiait au vu des rumeurs et de la perte de confiance, éléments essentiels qui lient la banque à ses épargnants.

C’est alors qu’interviendra le communiqué du Gouvernement, qui rappelait le contexte de la floraison des banques au pays, avant de menacer quiconque mènerait une campagne de diabolisation contre cette banque qui a fait la pluie et le beau temps. Mais tout le monde était obligé de se rendre compte de l’évidence, de constater que la banque n’avait pas assez de moyens pour se redresser. Les députés nationaux, ceux-là qui représentent la population, ont porté l’affaire jusqu’à l’hémicycle de l’Assemblée nationale, avant de convoquer le Gouverneur de la Banque centrale du Congo, l’autorité de régulation par excellence du secteur, dans une plénière à huis clos.

Après cette interpellation, des recommandations ont été adressées au Gouvernement, qui devait rembourser dans un bref délai, la créance d’environ 30 millions de dollars Us. Et à la BIAC, de tout faire, pour notamment protéger les 300.000 clients éparpillés à travers tout le pays. Curieusement, pendant qu’on attendait ce remboursement, coup de tonnerre ! La BIAC est mise sous gestion d’un Comité d’administration provisoire, conformément aux dispositions des articles 41 et 48 de la Loi n°03/2002 du 02 février 2002 relative à l’activité et au contrôle des Etablissements de Crédit.

Ce Comité d’administration provisoire a pour tâches essentielles d’assurer la gestion courante de la banque, de servir d’interface avec toutes les parties prenantes à la résolution de la situation de crise et de préparer dans un délai de cent quatre-vingt(180) jours franc, à dater de l’affichage du présent avis au siège social, le plan de redressement de la BIAC.

Les raisons de s’inquiéter

Ce qui arrive à la BIAC était déjà arrivé à la Banque congolaise, et l’ex-Gouverneur Jean-Claude Masangu était obligé de mettre cette institution bancaire sous administration provisoire. Malheureusement, elle n’a pas survécu, elle est tombée en faillite, même si l’opération consistait à suspendre le conseil d’administration et le comité de gestion de la Banque congolaise et à leur substituer l’administrateur provisoire.

Ce dernier avait pour mandat «de bien gérer la banque, d’élaborer le plan de redressement et de l’exécuter dans le délai imparti par la BCC pour l’intérêt du système bancaire, pour l’intérêt de la population nationale et les résidents dans notre pays. Et, parce qu’il a été constaté des faiblesses de gestion à la Banque congolaise, notamment au niveau de la gouvernance, de la solvabilité,  de la liquidité et de la rentabilité. En dépit de cette nomination, la Banque congolaise ne s’est jamais redressée et son responsable a fini derrière les barreaux.

La population ne peut-elle pas se préparer à vivre la même chose ? Espérons que le plan de redressement qui sera préparé ne reprendra pas l’option fatidique de la faillite de la BIAC. Ce qui risque de décourager beaucoup de clients qui se posent plusieurs questions aujourd’hui, et qui ont du mal à retirer leurs épargnes pour subvenir aux nombreux besoins qui se présentent devant eux.

Toutefois, cette situation oblige tous les employés à demeurer à leur poste, pendant que les épargnants doivent continuer à faire confiance à la BIAC et continuer à apporter leurs flux financiers. Les débiteurs de cette banque sont également invités à faire preuve de patriotisme pour pouvoir rembourser les créances dont ils étaient bénéficiaires.

Ci-dessous, l’Avis au public de la Banque centrale du Congo (BCC)

(Jean-Marie Nkambua)

 

AVIS AU PUBLIC

La Banque centre du Congo informe le public que, conformément au disposition des articles 41 à 48 de la loi n°03/2002 du 02 février 2002 relative à l’activités et au  contrôle des établissements de crédit,  la Banque Internationale pour l’Afrique au Congo, en sigle B.I.A.C.s.a,  est mise sous gestion d’un d’administration provisoire.

A cet effet, les personnes dont les noms suivent ont été nommée au sein du comité d’administration provisoire de cette institution bancaire :

  1. Monsieur constant Israël TSATSA BILO NGABUL, président
  2. MonsieurFelix BEKILA MONGO BALHEO( 904167), vice-president
  3. Monsieur LUBANDA KABAMBI (905217), membre
  4. Monsieur TSHINENE KABENGELE (906017), membre
  5. Monsieur BAFIBA KUKABU (906016), membre
  6. Monsieur KAHASHA CHIRHUZA (905991), membre
  7. MonsieurMWEPU LULU MUVUAMBWE (005545), membre
  8. Monsieur KALOMBOLA KANGINDA (905552), membre

En conséquence, la Banque centrale du Congo informe le public, les actionnaires, administrateurs, déposants et toute personne disposant à un titre quelconque d’un droit sur les fond ou avoirs conservés ou détenus par la banque internationale pour l’Afrique au Congo en B.I.A.C. s.a que le conseil d’administration et la direction générale de cette banque sont dessaisis de leurs pouvoirs de gestion. Il leur est substitue le comité d’administration provisoire, ayant pour taches essentielles d’assurer la gestion courante de la banque de servir d’interface avec toutes les parties prenantes à la résolution de la situation de crise et de préparer dans un délai de cent quatre-vingt(180) jours franc, à dater de l’affichage du présent avis au siège social, le plan de redressement de la B.I.A.C. s.a.

Fait à Kinshasa, le 30 MAI 2016

(Déogratias MUTOMBO MWANA NYEMBO)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse