Basket-ball: J&A domine CSM 45-33 hier à la Liprobakin

par -
0 832
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

-A suivre ce mercredi à 15h30 Ceforbak-Terreur

Le dernier match de la 15è et dernière journée de la 1ère phase du championnat de la Ligue Provinciale de Basket-ball de Kinshasa ‘’Liprobakin’’ se joue cet après-midi sous le coup de 15h30 au stadium des Martyrs. L’équipe de Ceforbak sera opposée à celle de Terreur.

Hier, deux matches étaient à l’affiche au stadium des Martyrs. J&A était opposé à CSM qu’il a dominé CSM et c’est le 1er cité qui a gagné 45-33. A cause de la pluie, le deuxième match Ceforbak-Terreur a été reporté pour cet après-midi.

*Dossier Basket-ball

Boni Mwawatadi aurait prêché dans le désert

La Rédaction sportive du Journal L’Avenir a été saisie d’un dossier brûlant qui oppose la Ligue Provinciale de Basket-Ball de Kinshasa ‘’Liprobakin’’ et l’Amicale des arbitres de basket-ball de Kinshasa. La lecture des lignes suivantes édifiera plus d’un lecteur de L’Avenir.

Pour éteindre le feu qui couvait sous les cendres et mettre un terme à une situation conflictuelle qui prenait des allures dangereuses à la Ligue Provinciale de Basket-ball de Kinshasa ‘’Liprobakin’’, le président de la Fédération de Basket-ball du Congo ‘’Fébaco’’ M. Boni Mwawatadi avait réuni en date du jeudi 18 février 2016 au siège de ladite fédération sur Dima les parties en conflit à savoir : la Liprobakin d’un côté et l’Amicale des arbitres de basket-ball de Kinshasa ‘’Acobakin’’ de l’autre.

A bien observer ce qui se passe à la Liprobakin, les poignées de mains entre les deux parties précitées à la demande du président Mwawatadi, n’étaient pas sincères. L’une de deux parties (hypocrite) a décidé de camper dans sa position. Un mois et 10 jours après la rencontre de Dima, la situation s’est au contraire empirée et risque, si l’on n’y prend garde, de s’éterniser aussi longtemps que l’actuel comité sera en place à la ligue de Kinshasa. La haine s’est donc installée au basket-ball à Kinshasa, désormais composé de deux camps : la ‘’Majorité’’ et l’opposition’’. Dommage que le sage Boni Mwawatadi ait prêché dans le désert.

Des revendications somme toute légitime de l’Acobakin en faveur des arbitres, voilà ce qui aurait condamné les membres du bureau de cette amicale ainsi que ceux des arbitres qui s’y sont alignés. Révision à la hausse de leur prime, gestion clientéliste de la commission technique (des arbitres) où l’on observe un terrible déséquilibre quant à la désignation des officines pour diriger les rencontres, de la suppression, par la Liprobakin, des réunions importantes que la commission des arbitres tenait chaque lundi…Il en a été question au cours de cette réunion du 18 février dernier. Le président de la fédération avait trouvé des mots justes pour faire revenir tout le monde à la raison : ‘’mettre de l’eau dans son vin’’.

Malheureusement, comme sus évoqué, la Liprobakin a plutôt durci sa position en maintenant certains arbitres à l’écart de la compétition. C’est depuis le championnat de la saison sportive écoulée (2014-2015) que cette situation perdure. Les habitués du championnat de la ligue et de deux ententes urbaines se sont effectivement rendu compte que pour les désignations, certains arbitres manquent à l’appel, indexés par la commission des arbitres qui les a tout simplement mis dans l’impossibilité d’officier une seule rencontre. Dans le lot, on peut citer Banza (international), Mukendi (fédéral ex président de l’Acobakin), Omer Mukala (fédéral) etc.

Au jour d’aujourd’hui, la programmation des arbitres par leur commission, de mardi à dimanche et toutes entités confondues, ne tient pratiquement compte que des mêmes personnes alors que les autres ne sont ni en déplacement et encore moins sous le coup d’une suspension. Un coup d’œil à l’affichage, au secrétariat provincial édifie.

Les arbitres de basket-ball déstabilisés et désormais divisés en deux camps, en plus de cette haine qui s’est installée entre eux, c’est la dure et dangereuse réalité que l’on vit présentement à la Liprobakin. D’où il est de devoir de la hiérarchie (la fédération) de remettre de l’ordre dans la boutique. C’est dans ses prérogatives autrement…

Ici, ce n’est qu’une sonnette d’alarme.

Dossier à suivre.

(Antoine Bolia) et (Correspondance particulière Paul Herman)u

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse