Kongo Central

par -
0 880
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La Fopako plaide pour une synergie entre les petits et grands producteurs

* Une Académie des paysans bientôt à Lukula

Invitée à la Conférence des Investisseurs tenue dernièrement à Kinshasa sous le Haut Patronage du Président de la République , Espérance Nzuzi Muaka initiatrice et coordinatrice de l’ « Association pour la Promotion de la Femme de Lukula », Aprofel, qui a donné naissance en 2O10 à une grande fédération dénommée « La Force Paysanne de Kongo Central » dont elle est la présidente provinciale, s’est confiée hier à l’Avenir. « En ma qualité de petit producteur, ma contribution était de plaider notre place  auprès des grands. On est écrasé et l’on constate souvent le manque de dialogue, il faudrait faire l’affaire en commun à travers le dialogue ; en matière agricole il faut travailler en synergie. Les grands producteurs (entreprises concessionnaires) formaient aussi  les paysans , la communauté villageoise , les maraîchers et maraîchers et leur donnaient les moyens de faire prospérer leurs affaires. Tel est le cas dans la culture de l’huile de palme, du café… » a déclaré Mme Espérance Nzuzi Muaka .

L’on appui que la synergie permet au petit de devenir grand et payer les taxes à l’Etat qui va en bénéficier pour les travaux publics telle la construction des routes de desserte agricole.

En outre , à cet épineux problème s’ajoute l’absence des routes d’évacuation de produits agricoles comme conséquence , le travail est effectué avec beaucoup à pertes . «Les routes n’existent presque pas dans la plupart des contrées ou se trouvent à longue distance des grandes routes pour l’évacuation surtout des produits périssables notamment les  bananes, tomates, légumes … . Le seul souci, c’est d’avoir des moyens de les transformer localement.  Autrefois, il y avait des agronomes, des services de vulgarisation, ces produits étaient dirigés vers les usines plus proches. D’où, l’on a pensé à la création de la Confédération des producteurs agricoles du Congo…

Résidant dans le Mayumbe, femme administrative de son état , Espérance Nzuzi Muaka  est aussi  chargée du genre au sein de la  Confédération des producteurs agricoles du Congo, Conapac en sigle. Elle y représente toutes les femmes de la province du Kongo Central. Lukula constitue un territoire dans le district du Bas Fleuve dans l’actuelle province du Kongo Central (ex. Bas – Congo) où est établi le bureau de « Aprofel ».

« C’est ma première participation, j’ai apprécié le déroulement des travaux car tout le monde avait la possibilité d’avoir les contacts avec les grands et la voix des petits paysans a été entendue. Ils doivent être soutenus et entendus, ils se sont bien exprimés dans leur rôle dans le développement de la République Démocratique du Congo. On a toujours besoin d’un plus petit que soi… » a-t-elle renchérit en substance.

Pour rappel, l’Aprofel poursuit comme mission l’auto prise en charge de la femme car éduquer une femme, c’est éduquer toute une nation, renseigne un adage. Il y a des gens qui ont adhéré depuis 1993. Et, faire l’éveil de conscience de la femme, longtemps bloquée et limitée, cas le plus fréquent dans le Mayumbe, où elle réside.

*Activités au Mois de la femme ‘ 2016

L’année passée, l’Aprofel avait organisé au mois d’octobre la journée internationale de la femme rurale sur l’autonomisation de la femme sous forme des ateliers , des assises qui ont donné lieu à des recommandations et résolutions diverses dont l’évaluation et l’application sont prévues tout au long du mois mars 2016.

En plus de cela, du 8 au 30 mars plusieurs activités sont à réaliser à Lukula en accord avec la Banque Mondiale dans le cadre du projet de pôle de croissance. Des pourparlers sont en vue , pour la création d’une «  Académie des Paysans » , là il y aura un centre de formation pratique des femmes , des hommes y seront également associés, apprend-t-on.

(Franck Ambangito)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse