Kinshasa : vers une éventuelle hausse de prix du carburant

par -
0 306
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

A Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo, c’est depuis lundi 13 février que les Stations-services observent un service minimum par la vente séquentielle des produits pétroliers. Selon les conducteurs des véhicules, taxis et taxis-bus ainsi que les motocyclistes, cette situation viserait à faire pression au gouvernement de la République pour statuer rapidement sur la nouvelle structure des prix adoptée récemment par le comité de suivi de cette structure.

Les opérateurs pétroliers, eux, pensent que les paramètres d’importation du carburant ont varié dans le sens de la hausse depuis quelques temps, alors qu’à la pompe, les prix du litre sont restés les mêmes soit 1540 FC pour un litre d’essence et 1530 FC pour le Gasoil. Selon un opérateur pétrolier interrogé à ce sujet et qui a requis l’anonymat, le non réajustement des prix du carburant en fonction des paramètres d’importation de ce dernier est à la base du manque à gagner énorme et des pertes considérables qu’enregistrent les pétroliers. Si la proportion à ajouter sur les prix appliqués actuellement n’est pas encore connue, il est évident qu’elle n’atteindrait pas le seul requis de 5%. Ce, afin d’éviter la hausse des prix du transport en commun et éventuellement des autres services.

Pour d’autres pétroliers, la hausse du prix de carburant devra aller au-delà de 200Fc. Cependant, cette proportion dépasse largement le seuil de 5% requis par le gouvernement provincial de Kinshasa pour la modification des prix de la course dans le secteur du transport en commun. Il faut signaler que l’application du taux de charge et l’augmentation du prix moyen frontière des carburants sont entre-autres, les paramètres qui déséquilibrent la structure des prix occasionnant ainsi des pertes chez les pétroliers. En outre, les rencontres se poursuivent au niveau du gouvernement afin de statuer rapidement sur la nouvelle structure des prix des produits pétroliers. De rappeler que la structure des prix des carburants terrestres en cours d’application est complétement dépassée. Ceci parce que certains paramètres tels que le taux de change ont sensiblement évolué. Cependant, la structure des prix appliquée était restée statique.

Entre temps, les stations-services continuent à durcir le ton. Certains ouvrent leurs portes entre 8 heures et 9 heures pour fermer avant 18 heures. Cette situation enchante les vendeurs de carburant, communément appelés « Kadhafi » qui vendent le litre à 2000 FC. Les vendeurs et acheteurs n’attendent que l’arrêté ministériel devant entériner la nouvelle tarification approuvée par le comité des prix présidé par le ministre d’Etat et ministre de l’Economie nationale, Modeste Bahati Lukwebo.

Des réactions des chauffeurs de transport en commun

Un chauffeur de taxi rencontré en plein centre-ville craint une éventuelle hausse de prix du carburant : « Selon moi, tout ce que nous sommes en train de constater, notamment l’ouverture en retard et la fermeture très tôt soit vers 17 heures des stations-services, démontre à suffisance que l’on tend vers la hausse du prix du carburant. Ce n’est pas nouveau ce qui se passe actuellement, mais quoi dire alors ».

Un autre conducteur de taxi ajoute : « les stations sont fermées à 17 heures et nous sommes contraints à de fil indien pour acheter du carburant. C’est vraiment désolant et très difficile ».

A l’autorité compétente de décrisper au plus vite que possible, la situation actuelle.

(Fanny Anifa Kasemwana)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse