Kinshasa : les stations d’évacuation d’immondices au bord d’une catastrophe

par -
0 296
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

A Kinshasa, capitale de la République Démocratique, la population s’inquiète sur le silence honteux des autorités de la ville quant à la prise en charge des stations d’évacuation d’immondices érigées dans plusieurs quartiers et avenues par l’Union Européenne. Ce, depuis que ce partenaire international, qu’est l’UE, a mis fin à son projet.

Pour un petit rappel, environ 72 décharges publiques avaient été érigées depuis 2007 dans huit communes de la ville de Kinshasa pour recueillir des ordures ménagères, plastiques et industrielles. Près de treize ans après, l’heure est à l’évaluation. Voir l’état de lieu, il sied de signaler que ces stations offrent un décor désolant et peuvent créer une maladie vis-à-vis de la population.

La station construite sur l’avenue Elengesa dans la commune de Kalamu, en est une illustration parfaite, y compris celle située au croisement des avenues de l’Université et Victoire dans la même municipalité.

Les habitants qui restent à côté de ces stations poubelles implorent la gravité des odeurs qui peuvent leur créer des maladies dangereuses. « Depuis que l’Union Européenne est partie, ces stations sont devenues un lieu que réside plusieurs maladies. Et pour qu’on puisse évacuer ces ordures, la station doit d’abord déborder, déranger l’ordre publique pour que les autorités envoient des gens pour enlever les immondices qui dérangent les habitants que nous sommes », a expliqué Mr Kamba.

Plus rien ne marche  en matière de la lutte contre l’insalubrité dans la ville, après la fin du projet PARAU de l’Union Européenne.

Après la rupture de ce partenariat entre le gouvernement provincial de Kinshasa et l’Union européenne, dans le cadre du projet PARAU, les stations poubelles sont débordées et indispose l’ordre publique. Selon les autorités de la ville, la population devrait changer de mentalité pour éviter de jeter les ordures dans les avenues ou dans de petites rivières. Alors que la population voulant respecter le mot d’ordre des autorités de la ville, a décidé d’aller jeter les ordures dans l’endroit indiqué par ce dernier, en l’occurrence ces stations de décharge. Malheureusement, l’incapacité revient au gouvernement provincial qui éprouve d’énormes difficultés pour évacuer les poubelles à chaque fois que la station est pleine.

D’après madame Mamie, vendeuse dans l’enceinte de l’école Ep1 et Ep5 Ngiri- Ngiri, la station poubelle qui est au sein de cet établissement scolaire dure déjà 5 mois. « Que les autorités viennent dégager leurs choses qui indisposent les élèves qui étudient. Ces stations quand elles étaient entre les mains de l’Union Européenne, ces ordures ne faisaient pas une semaine dans cet endroit, mais depuis que ces poubelles sont remises entre les mains du gouvernement provincial, rien ne marche », a-t-elle déclaré.

Elle termine en disant que le gouverneur doit faire quelque chose, car ces ordures dégagent des odeurs qui peuvent provoquer plusieurs maladies à la population qui habite les environs.

Les motocyclistes, les piétons….. sont tous obligés de passer par là. Ce, tout en prenant soin de se pincer le nez. Bien malheureux encore sont les occupants des maisons d’habitations voisines de poubelles. Car, condamnés d’humer au quotidien l’air pollué à l’effet de ces montagnes d’immondices.

Des voix s’élèvent pour tirer la sonnette d’alarme. « Trop c’est trop ! on n’est pas des animaux », a lâché une vendeuse de pain dans un quartier de la Capitale.

Serions- nous incapables de nous prendre en charge ?

Les poubelles publiques à Kinshasa sont le fruit d’un partenariat signé en 2007 entre l’Union européenne et l’Hôtel de Ville. L’accord portait sur le projet d’appui à la réhabilitation et l’assainissement urbain. A son origine, ce projet avait pour but d’évacuer par semaine plus de 9.000 tonnes des déchets accumulés dans les stations.

Pourtant, depuis que l’évacuation des ordures de station est entre les mains du gouvernement provincial, l’évacuation des poubelles ne s’effectue plus dans une semaine. Mais après plusieurs mois, ce phénomène a poussé la population à se poser la q de savoir si le congolais n’est pas en mesure de se prendre en charge ?

(Espérant Kabemba / Stagiaire )

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse