Kinshasa: Les réparateurs des électroménagers peu à peu dans les oubliettes

par -
0 369
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le métier de réparateurs tend petit à petit à muer vers un autre. Dans les coins des avenues de Kinshasa, Capitale de la RDC, les réparateurs des électroménagers sont de plus en plus rares. Et plusieurs raisons tendent à confirmer cette inquiétude du fait de l’évolution de la technologie actuelle, les renvoyant en arrière-plan ou les obligeant à se remettre à niveau pour répondre aux exigences du moment.

Pour certains techniciens de ce domaine, le métier de réparateurs n’est plus le même. Pour cause, le manque des moyens de certains clients, qui dans le temps payaient le droit de vérification avant tout dépannage des électroménagers. Ensuite après réparation, l’argent qu’ils  payaient était suffisant pour satisfaire aux attentes du réparateur. Ce qui n’est pas le cas actuellement.      

Jadis, des maisons de réparation des électroménagers occupaient différentes avenues et quartiers de la plupart des communes de la ville de Kinshasa. Et elles répondaient immédiatement au moindre besoin de bricolage ou de réparation des appareils électroménagers tombés en panne. Mais aujourd’hui,  avec les avancées très considérable de la technologie, la plupart de ces dépanneurs  des appareils électroménagers habitués à l’ancienne technicité et méthode de réparation, ne sont que dépassés par celle-ci. Et, sont désormais obligés d’avoir une remise à niveau afin de répondre aux nouvelles exigences de la technologie. C’est ainsi que les réparateurs des objets tels que : réchauds, téléviseurs, fers à repasser, radios, ventilateurs, réfrigérateurs, aspirateurs etc… ; sont confrontés à une absence régulière des clients dans leurs ateliers de réparation et sont forcés à abandonner ou à muer vers une nouvelle technicité.

 

Les réactions des concernés

A l’instar de M. George, le métis rencontré au marché Bayaka dans la commune de Ngiri-Ngiri, il nous a affirmé en ces mots:  « je suis réparateur depuis longtemps et je réparais les télévisions, les antennes etc… Mais aujourd’hui, je ne sais plus évoluer dans ce domaine parce que je maitrisais les écrans noir et blanc de l’époque alors que maintenant avec les écrans en couleur je ne sais pas par où commencer ». Ce réparateur a été obligé de se réadapter, mais pour lui cela semble être difficile vu son âge. « je pouvais bien, mais 71 ans ce n’est plus l’âge à vouloir se compliqué la vie. Je me contente des petits bricolages avec de fer à repasser, des réchauds puisqu’avec ça les techniques de réparation sont resté presque identiques », a-t-il laissé entendre. Cependant, les clients ont également changé parce que ne trouvant pas compte à leurs préoccupations auprès de ce genre de réparateurs.

Sur l’avenue Ngaliema entre Tanganyika et Boma, dans la commune de Kintambo, nous avons trouvé la maison de réparation  « KMS service ». Le maître du lieu, Ilunga Kalonda, affirme avoir débuté son métier depuis 1998 et a bien vu des choses évoluer. « Après avoir obtenu mon diplôme et finie ma formation, j’ai tout de suite ouvert ma maison de réparation. Et certes, beaucoup de choses ont évolué ; avant on ne dépannait que le fer à repasser, le ventilateur, les réchauds etc… Mais aujourd’hui, il y a des split, des fours digital, des microondes, des LED etc… », a-t-il fait savoir.

D’après M. Ilunga, il a fallu beaucoup d’amour pour son travail afin de se maintenir dans ce milieu, faire personnellement des recherches approfondies en vue de s’adapter à la réalité des choses actuellement. A la préoccupation de savoir s’il croit à l’avenir de son métier, il nous dit : « ça ira bien et de mieux en mieux. J’en suis confiant ».

La  disparition de ces réparateurs est dus au fait que nombreux parmi eux sont des bricoleurs et non de techniciens de formation,  affirme M. Célestin Mboma employé à la RTGA au département technique et maintenance.  Il nous a affirmé que la plupart ont appris sur le tas pour chercher de l’argent et une fois que c’était devenu dure, ils se sont transformés à de réparateurs des téléphones cellulaires le long des routes.

A lui de rajouter comme ceci :’’ la technologie d’aujourd’hui est tellement différente que celle d’hier et les pannes électroniques les sont également. Pareillement pour ce qui est des clients ; ils étaient bons payeurs alors qu’actuellement, ils ne les sont plus.’’

« Dans nos cités il y a de moins en moins des maisons de réparations. Par contre, il y a de plus en plus de réparateurs les longs ou à bords des routes munis d’une brosse à dent, de l’eau ainsi que de l’alcool juste pour réparer les appareils cellulaires et non vraiment des appareils électroménagers », fustige M. Mboma.

Par ailleurs, d’autres sources pensent que les techniciens qui ont étudiés n’éprouvent aucune difficulté d’adaptation face à la nouvelle technologie parce que, selon eux, les principes de bases de fabrication des appareils sont restés le même. Pour M. Alain Bobita : « La difficulté qu’éprouve les dépanneurs aujourd‘hui est dû au fait qu’ils n’ont pas eu une formation adéquates. Ils sont de réparateurs circonstanciels et momentanément. D’où, la difficulté d’adaptation face à la nouvelle technologie, mais, ceux qui ont eu le temps d’apprendre à l’UPN ou ISTA tous les principes d’électronique n’ont aucune difficulté d’adaptation à la technologie actuelle ».

A la question de savoir  quel est l’avenir de ce métier, M. Mboma s’est exprimé en ce terme : « L’avenir de ce métier est vraiment incertain dans notre ville pour cause, la non adaptation de dépanneurs des électroménagers d’aujourd’hui qui ne forment plus pour s’améliorer ».

Certaines personnes nous ont signalé qu’actuellement pour eux, ils ne trouvent pas de nécessité à aller vers les réparateurs parce nombreux parmi eux sont bricoleurs et non des vrais techniciens du domaine. Pour Mme Aline, habitante de l’avenue de l’O.U.A à Kintambo, elle nous l’a confirmé en ces termes : « Allez auprès des réparateurs des électroménagers c’est bien. Cependant, ils ne garantissent pas une bonne qualité de service attendu de leur part. De ma part, je me confie aux maisons de vente qui fournissent une garantie assez importante pour tout achat des appareils électroménagers ».

La science étant évolutive, il est donc important que les techniciens évoluant dans un domaine donné améliorent leurs savoirs en vue de s’adapter à la nouvelle technologie.

(Pana Ngovudi)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse