Kinshasa : les OCB invitées au changement des approches pour l’auto-prise en charge

par -
0 755
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Après la tenue, le 23 juin dernier, du Forum sur le rôle des populations des quartiers dans la transformation socio-économique de la ville des Kinshasa, le programme FADOC (Formation-appui et dynamisation des organisations communautaires à la base) du Centre national d’appui au développement et à la participation populaire (CENADEP) a organisé le samedi dernier, une séance de restitution.

Ce, en vue de renforcer la vision socio-politique des Organisations communautaires de base (OCB) ; mettre à la disposition des OCB les acquis issus du forum ; échanger sur le slogan ou le mot d’ordre qui sera porté par tous les partenaires et préparer la participation à la 2ème édition des Rencontres citoyennes de Kinshasa.

Cette journée de socialisation et de renforcement de la vision socio-politique pour le changement social, a été organisée sous-forme d’une excursion. C’est-à-dire que les participants, délégués des OCB, s’étaient déplacés jusqu’à N’Djili-Cecomaf où ils ont été reçu par le Réseau des producteurs agricoles familiaux de Kinshasa (ROPAFKI) au siège de l’Union des coopératives maraîchères de Kinshasa (UCOOPMAKIN).

Répartis en quatre groupes, les participants étaient conviés à des visites guidés au site de Cecomaf où sont développés les cultures maraîchères ainsi que l’élevage. Puis, ils se sont rassemblés au siège de la Coopérative agricole du centre de Kimbanseke (COOPACEK). Ici, grâce à la facilitation de Mme Gertrude Ngeni, responsable du programme FADOC, et Séraphine Kebasani du programme Genre du CENADEP, les participants, avec des discussions en carrefours, ont librement répondu à un certain nombre de questions par rapport aux acquis du forum.

Ils ont creusé davantage sur le changement envisagé. Les délégués des OCB ont cité les nombreux bons souvenirs qu’elles ont du programme FADOC. « Le programme nous a permis de quitter l’informel à l’étape formelle », a témoigné un des participants. Les OCB kinoises ont toutes manifesté leur espoir pour l’avenir, avec une bonne gestion, malgré qu’elles reconnaissent que la coopération au développement se réforme, et que les financements se feront de plus en plus rares.

Toutefois, elles ont affirmé qu’elles peuvent continuer d’exister même si les subventions des partenaires s’arrêtaient. Pour ce faire, les participants sont conscients qu’ils doivent changer des stratégies et penser à l’autofinancement de leurs OCB. C’est-à-dire que celles-ci doivent désormais être capables de se prendre en charge. Il faudrait pour cela, le changement des mentalités, éliminer l’attentisme et changer de comportement vis-à-vis de la gestion du bien communautaire.

A la deuxième partie de cette journée, les participants ont également donné des réponses à trois questions qui leur ont été posées. Notamment pour l’interpellation des OCB face à l’avenir du Congo, le rôle de ces OCB face au contexte politique, comme celui des événements de janvier dernier.

Ainsi, les OBC se sont décidées de rester vigilantes face au contexte politique du pays en vue de déterminer les actions à mener. Aussi, de faire l’auto-évaluation pour s’impliquer davantage pour le changement de la population et être son intermédiaire auprès des autorités.

Les participants se sont aussi mis d’accord pour le changement des approches par rapport à l’auto-prise en charge de leurs OCB. Ils ont demandé que le partenaire, qui est le programme FADOC, puisse aussi réfléchir sur les conditions auxquelles va-t-il laisser les OCB. Ils ont enfin encouragé cette innovation d’organiser les prochaines rencontres des OCB dans d’autres cadres inhabituels.

Avant de se quitter, les participants ont formulé leur slogan : « Tous ensemble pour le changement », qu’ils ont triés par tant d’autres.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse