Kinshasa: La courtoisie routière appelle l’adoption d’un comportement responsable

par -
0 680
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Quand les bonnes manières, la galanterie ou encore la courtoisie cèdent la place aux injures banals entre conducteurs sur les artères de la ville de Kinshasa, il y a de quoi se demander si ce sont des embouteillages ou des bouchons ou encore certains nids de poules qui jonchent certains tronçons, ou bien encore de mauvais dépassements, pour vu que l’on arrive à destination qui seraient à la base de ce comportement incivique dans la circulation routière.

La circulation routière bien que règlementée à Kinshasa d’une part par la police de circulation routière, d’autre part par les robots roulage intelligents ou des feux de signalisation, c’est un véritable casse-tête. Et cela, aussi bien pour les clients que pour les conducteurs eux-mêmes.

En effet, il ne se passe pas un jour, sans que des usagers ne se plaignent du glissement facile de langage accompagné d’injures banals et du comportement, tant de la part des chauffeurs que des receveurs des taxis et taxis-bus. Tourmentés par cette dose d’incivisme, les Kinois exigent des autorités compétentes la mise en pratique d’une mesure rigoureuse de redressement, doublée d’une cure de purification psychologique. Et encore les campagnes de sensibilisation sur la courtoisie et les bonnes mœurs par le ministère provincial du transport. A noter que, ces derniers se larguent des injures au mépris des clients à bord, un manque grave dont ils se rendent pas compte.

C’est une crise morale qui vient de s’installer dans le secteur de transport en commun. Telle une sangsue, les artères de la capitale sont envahies par des chauffards animés par un sentiment d’imprudence, caractérisé par un déséquilibre psychologique. En effet, le problème du glissement facile de langage ne cesse de s’accentuer dans le trafic routier. Force est de constater que le code éthique et déontologique le plus élémentaire n’y sont pas respectés par les conducteurs des véhicules de la ville de Kinshasa. Le chemin qui conduit vers l’anarchie se précise au fil du temps. Et pourtant, les autorités provinciales et des organismes humanitaires (Ong) n’ont cessé de rappeler les chauffeurs et receveurs des taxis et taxis-bus à l’ordre, ainsi qu’en les sensibilisant sur le bien-fondé de l’adoption d’un comportement responsable.

Bon nombre de journées d’échange, des conférences de presse, des campagnes de sensibilisation ont été organisées au cours de l’année 2015 autour du changement des mentalités des chauffeurs et receveurs. La dernière en date, est celle organisée par la cellule de l’Initiation à la Nouvelle Citoyenneté (INC), une composante du Ministère de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Initiation à la Nouvelle Citoyenneté..

Dans un témoignage, le nommé Fabrice Mbongo, un professionnel du transport, confie : la cellule avait convié les chauffeurs et receveurs du trafic routier, à se conformer à la Nouvelle Citoyenneté. L’idée est qu’elle soit mise en pratique, dès maintenant, non seulement dans la ville de Kinshasa mais aussi dans toutes les provinces de la RD. Congo.

Un conducteur du tronçon UPN/Rond-point Ngaba, interrogé à ce sujet, relate : « le problème de la courtoisie routière, du respect du code de la route ne peut se régler que par les chauffeurs. Car, cela fait appel à la prise de conscience d’un chacun d’entre nous », a-t-il indiqué. Les conducteurs avertis déplorent la timidité dans l’action des autorités compétentes. « Le Gouvernement provincial est lent quand il s’agit de lever des options rigoureuses, pour mettre fin à des pratiques inciviques dans le secteur routier. Les quelques rares mesures prises par le gouvernement provincial souffrent, du reste, du manque de suivi», a-t-il fait savoir.

(Altesse Makambo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse