Kinshasa : forte augmentation de prix des produits de première nécessité

par -
0 984
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Dépréciation du Franc congolais face au dollar Us

Kinshasa : forte augmentation de prix des produits de première nécessité

La crise économique mondiale n’a pas épargné le continent africain, plus précisément la République Démocratique du Congo. Cette  dernière qui a vu sa monnaie stabilisée depuis près de 10 ans, avec la rareté de devises sur le marché financier, le prix de denrées alimentaires ont pris de l’ascenseur. Cette situation est la conséquence de la chute de baril du pétrole et de matières premières sur le marché mondial.

Dans le souci d’informer l’opinion congolaise sur la marche de l’économie congolaise, l’équipe rédactionnelle du Journal L’Avenir s’est déployée au marché central de Kinshasa « Zando », s’enquérir des prix de denrées alimentaires.

Il se dégage une dépréciation de la monnaie congolaise face aux devises étrangères en ce que, le Franc congolais qui s’échangeait  920 Fc contre 1 dollar Us, s’échange aujourd’hui entre 950 Fc et 970 Fc, avec une dépréciation de plus de 30 à 50 Fc sur la devise américaine. Il en va de soi de l’augmentation de cartes prépayées de communications de tous les réseaux téléphoniques qui ont augmenté de 200Fc, soit de 1000fc à 1200 Fc la carte.

Cette situation est déplorée dans le chef de la population en ce que la hausse de prix des biens de consommation a bouleversé la plus part de ménages congolais. Ceci dit, l’inquiétude se lit sur les visages de paisibles citoyens qui ne cessent de s’interroger sur cette situation d’autant plus que le baril du pétrole a sensiblement baissé, jamais constaté sur le marché de l’économie mondiale.

Difficile pour le bas peuple de nouer les deux bouts du mois, en ce que     l’approvisionnement devient un parcours de combattant. Et ce, au  moment où la flambée de prix sur tous les marchés  de  la capitale, notamment  au grand marché de Kinshasa,  plus précisément sur l’avenue Kasaï où les marchands dénoncent la vie, qui selon eux est devenue pénible. Cette augmentation des prix fait que les acheteurs deviennent de plus en plus rares, et la circulation de la monnaie n’est pas perceptible dans le chef de la population.

Que faire ?

A en croire Mme Théthé Mavinga, vendeuse de haricots au grand marché de Kinshasa, elle éprouve d’énormes difficultés par rapport à cette situation.  «J’exerce ce commerce de  haricot  pour subvenir aux besoins familiaux, scolariser mes enfants et payer le loyer locatif de ma maison que je loue et paie mensuellement. L’augmentation de taux de dollars américain  a déstabilisé mon commerce parce que là où j’achète les haricots,  il y a également  augmentation de prix.  Raison pour laquelle, à mon tour je fais un effort de ne pas encaisser des pertes ». Ceci explique cela, les prix d’une mesure de 500 gramme de haricot qu’on appelle « Sakombi »  s’achetait à 800 FC,  aujourd’hui avec la dépréciation de dollars, cette mesure  revient maintenant à 1200 Fc. Pour autant, Mme, Théthé Mavinga achetait à 80.000 FC, contre aujourd’hui  à 170 dollars, donc une augmentation de presque 90.000Fc.

Par ailleurs, tous les grossistes exigent d’acheter en devise. « Puis que je suis habituée dans ce commerce,  je suis en difficulté de changer d’activité bien que c’est un peu difficile maintenant, sinon, je m’en sortirais », précise la vendeuse.

Outre les haricots, les poissons salés n’ont pas été épargnés à cette hausse. Le panier qui revient à 10000 FC maintenant, alors que, un  mois auparavant, il valait 8500 Fc. Donc, l’on constate une augmentation de 1500 Fc sur le panier. Tandis que la mesurette de maïs qui valait 600 Fc le kilo, se vend aujourd’hui à 900 Fc, donc une augmentation de 300 FC sur le Kilo.

Cependant, les côtelettes de porc qui revenaient à 1600 Fc le kilo sont aujourd’hui vendues à 2600 Fc, soit une augmentation de 1000 Fc, en ce y compris les épiceries.

Dans toute cette charpente de prix, la population déplore plus le comportement de grossistes qui vendent au prix élevé sans tenir compte du pouvoir d’achat de cette dernière. Pour autant dire que les vendeurs de la monnaie communément appelés « cambiste », se coulent la joie de cette augmentation en ce qu’ils tirent le bénéfice, mais à la grande désolation de la population.

(Djeria Muanza/Stagiaire UPN)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse