Kimbwala dans le noir: Les habitants interpellent la Snel

par -
0 601
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le quartier Kimbwala, situé dans la commune de Mont-Ngafula, est sans courant électrique depuis plusieurs jours. Une situation qui doit interpeller la Société nationale d’électricité et les autorités provinciales de Kinshasa.

Dans le quartier Kimbwala, il y a pas une activité qui apaise et satisfait comme le commerce de braise, pétrole, et bougie. La population souffre de ce problème depuis des années. Malheureusement, le bout du tunnel est, voire inespéré pour ces Kinois. La situation s’aggrave du jour au jour et oblige les habitants de ce quartier périphérique du centre-ville, à vivre des difficultés énormes, surtout pour ceux qui exercent des petits commerces comme les v ivres frais. Les tenanciers de terrasses et autres bistrot ne savent pas à quel saint se vouer. Rien ne marche.

En dépit de ce calvaire vécu sur la terre, la Société nationale d’électricité (Snel) continue à facturer avec des montants trop élevés ses abonnés. Alors qu’il y a des années qu’on n’a pas vu une lampe allumée avec le courant de la Snel. Ce contraste oblige les Kinois de Kimbuala de s’interroger sur le réel travail de la Snel. «Pas moyen d’essayer avec des petits Groupes électrogènes. Je rencontre tout le temps de pannes avec mes congélateurs, surtout que je n’ai de moyen pour m’acheter un groupe industriel. Je ne crois pas à la Snel pour résoudre ce problème qui ne date pas d’aujourd’hui ; parce qu’elle a pendant tout ce temps. Mais, je souhaite que le mieux, en attendant je continue de perdre des aliments par manque du courant. Vous comprenez qu’en dépit de cela, la Snel m’oblige de payer ses factures et profiter ne fut ce que de ces 7 ou 10 jours de courant sur 30 jours du mois. Car, je ne saurai faire vivres ma famille en cas de coupure », s’est plaint ce commerçant trouvé sur l’avenue Makabi du même quartier.

Cependant, en cas de non-paiement des factures, il ne se passe pas plus de deux pour voir les agents de la Snel venir procéder à la coupure forcée. «  Nous sommes volés. La Snel se moque de nous, l’Etat aussi. Nous sommes facturés pour 30 jour alors que nous ne profitons du courant de la Snel que pendant 7 ou 10 jours, sans évoquer le délestage », a ajouté un autre habitant, évoquant le cas le quartier Mbudi, un autre quartier situé à quelques même mètres seulement, mais que là, la Snel se déploie dans tous les sens pour satisfaire ses abonnés.

Cette politique de deux poids et deux mesures qu’entretient la Snel discrédite la société au point que certains jeunes gens décident de se faire justice.

Soulignons ici que le manque d’électricité paralyse Kimbuala, réduit à un vrai cimetière, où seuls les motocyclistes deviennent des rois, sillonnant toutes les rues, devenant ainsi la seule activité rentable du coin.

Aussi, déplorent ses habitants, le manque de la denrée électrique, occasionne malheureusement le banditisme, communément appelé les kulunas, qui opèrent aux heures avancées contre les pauvres populations, dépourvues de tous les moyens de défenses.

« La nuit est faite pour dormir quand. La Snel lance le courant très tard la nuit pendant que les gens dorment. Ce qui fait que personne n’en profite. D’où, je préfère acheter un sac de braise que plutôt payer la Snel, Cette société doit bien nous servir nous qui sommes ses abonnés. Car, nous remarquons qu’il y a un mauvais système, et pour tromper la vigilance, c’est à partir du 27 ou 28ème jour du mois que l’on observe une stabilité de l’électricité, signifiant que nous avons le barrage le plus puissant, alors que c’est le contraire de ce que nous vivons ici »,  a expliqué une habitante de la place.

Du côté de la Snel, plusieurs raisons sont avancées. Tantôt, ce sont les câbles, qui font défaut, les pannes au niveau du barrage Inga, qui sont brandies… Autant d’astuces qu’avance cette société, qui mérite une privatisation. Cependant, M. Nathanaël Kitambo, chef de Centre, Vente et service (Cvs) kinsuka, a expliqué cette difficulté par la perte de 140watt sur le 300 qui restaient. « La baisse de tension est l’une de cause de ce grand problème raison pour laquelle les délestages sont beaucoup plus élevés dans le secteur. Il n’y a pas de quartier privilégiés, il n’y a pas non plus de grand et petits clients, mais seule la Regideso qui reste privilégiée. Car, elle ne peut pas fonctionner sans l’électricité », a fait savoir cet agent de la Snel, avant d’ajouter ceci : « Le courant ne se manifeste qu’ à partir de 00h, parce que dans le souci de servir tout le monde, nous distribuons le courant par palier. Il y a ceux qui ont le palier de 00h à 14h, ceux de 14h à 21h et ceux de 21h à 05h il y a pas des privilégiés, parce que tout le monde paie la facture ».

A l’en croire, si tout va bien dans les prochains jours, précisément au mois d’avril prochain, Kimbwala pourra disposer de deux ligne après la réparation des machines, qui étaient délabrées. Il assure que les travaux sont avancés et qu’ici peu, ces machines pourront de nouveau fonctionner. Ce qui va augmenter les watts.

(Djeria Muanza/Stagiaire Upn.)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse