Kimbanseke: Des jeunes abusent de la consommation des liqueurs fortes

par -
0 130
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Depuis une décennie, des boissons alcooliques inondent les marchés de bières kinois. D’autres boissons alcooliques vendues sur les marchés de boissons alcooliques kinoises sont fabriquées par des usines ambulantes de la ville, selon un jeune témoin. De toutes ces pratiques, il confie:« les fabricants de toutes ces boisons mélangées utilisent l’alcool de bon goût,  pour augmenter le degré d’alcool. Aussi font-ils usage de la levure dans leur laboratoire, pour embellir leurs boisons et du jus en poudre vendu à Kinshasa. Pour ce jeune, en effet, toutes ces boisons sont très dangereuses pour l’organisme humain.

Ces habitudes de fabrication des boissons alcooliques ambulantes sont couvertes de plusieurs pratiques dangereuses.  Un jeune garçon rencontré vendredi dernier à kimbanseke témoigne : «  nous avons rencontré des jeunes mamans mélangeant  de la levure et du lait avec du vin de palme. Pour la première fois, elles ajoutent du vin de palme vendu dans nos rues… »

Comme on le comprend, des jeunes boivent davantage des vins non contrôlés par l’Office congolais de contrôle, OCC. Des témoins affirment : « à Kimbanseke, il y a plusieurs types de boissons alcoolisées. A cette gamme s’ajoute l’ « aguene », une liqueur forte locale. Par exemple sur l’avenue Mazongo, près du terrain de football de la paroisse Saint Mbaga, des jeunes et des personnes âgées prennent chaque jour une boisson fabriquée tantôt à base du «  thé chauffé jusqu’à 30 degré Celsius et mélangé avec de l’alcool de bon goût. Un ami qui a déjà gouté  certaines boissons de ce type rapporte : «  ces boisons cessent de levures lorsque vous goutez du thé mélangé avec de l’alcool de bon goût, cela fait mal au cœur» pour lui,  il y a certaines caractéristiques physiques déterminant des consommateurs de ces produits : «  ils apparaissent vieux, mais ils sont encore jeunes. C’est sans doute suite au taux d’alcool non mesuré qu’ils consomment »

Un jeune éleveur de porcs  témoigne : « un vieux, il connaît mieux fabriquer une boisson à base du jus pour colère, du sucre et d’alcool de bon goût. Il n’offre pas de la bière seulement, mais aussi ce vin fabrique. Jusqu’ à minuit, des jeunes s’enivrent à un prix très bas», précise-t-il. Ce phénomène s’est amplifié, pour d’autres, depuis l’ accession  du prix des boisson de société fabricantes de la bière de Kimbanseke .

Danger de consommer l’alcool de bon goût

L’alcool a plusieurs ou multiples usages, nous confie un étudiant en faculté de médecine de l’université rev.kim. Pour lui, l’alcool peut être utilisé pour se doper ou désinfecter  des plaies ou  un objet tranchant. Mais, la fabrication ambulante de boissons à Kimbanseke permet de reconnaitre le bienfondé ou non de ces boissons, de la composition chimique de ce  mélange et l’alcool, que l’on nomme de bon goût.

Les jeunes et certaines couches de la population utilisent l’alcool peut être simple, afin de bouger leur cervelet. Du tout, l’organisme humain court quelque danger. Du moins, explique cet étudiant de l’université rev.kim : pour mieux déterminer les vraie conséquences de cette boisons, il faut un laboratoire spécifique, évaluer le danger et d’éventuelles maladies que peuvent causer ces boisons, subissant des mélanges amateurs, du sucre, levure, alcool dit de bon goût, jus, etc. Par exemple, la consommation de boisons fabriquées par les amateurs  peut causer des maladies de rein, du cœur et autres.

Mauvaise réglementation, alcool à ciel ouvert

Il y a un temps, la lutte contre la consommation abusive de boisson alcoolique a été lancée à Kinshasa. Paradoxalement, il s’observe sur terrain que la consommation de la bière augmente chaque jour, suite à une mauvaise application de la réglementation des lois régissant le secteur des boissons alcoolique et sa vente sur les marchés des boissons alcoolique kinois. Depuis, les fabricants ambulants de bières se sont trouvés sur les marchés, à cause de la demande d’alcool, sur le marché ou l’Etat, par des organismes de contrôle, n’exerce pas son pouvoir de surveillance, l’anarchie s’est installée depuis peu. Les jeunes consomment des boissons non recommandé et aucun laboratoire de la ville ne le prouve.

A Kimbanseke, pour ce buveur, «  vieux, garçon et agent de l’ordre nous partageons le verre !»  Ces boissons nous montent à la tête très vite. Nous consommons à un prix très bas, et économique », confie-t-il. Pour l’hygiène et sécurité alimentaire, l’alcool en cas de mauvais usage, cause le traumatisme et le sujet pose des actes indignes. Voilà pourquoi cette denrée devrait être très bien contrôlée, pour prévenir l’abus. Les observateurs démontrent que cette mentalité n’est pas le propre de kimbanseke ; c’est  tous les Kinois qui sont interpellés. L’autorité de la sante publique a le devoir de protéger les Kinois, pour garantir la bonne santé des jeunes. Car ceux-ci constituent sûrement  une main d’œuvre disponible pour la reconstruction de notre pays.

(Nzuzi Richard)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse