Kasumbalesa: Une marche de colère tourne au vinaigre!

par -
0 1319
Vue d' un poste de police de Kasumbalesa, saccagé vendredi par la population en colère. Ph.tiers

Frontière Congolo-Zambienne momentanément  fermée, quelques routes barricadées, boutiques, magasins et banques hors-service , des bureaux étatiques mis à sac, la cité frontalière de Kasumbalesa située à moins de 100 Km au sud-est de Lubumbashi dans la province du haut-Katanga était ce vendredi matin, le théâtre des affrontements entre manifestants et forces de l’ ordre.

La population qui a déferlé sur les principales artères de la ville voulait faire entendre sa voix au sujet de la recrudescence de l’ insécurité dans cette partie de l’ ex-Katanga

« Depuis hier tard la nuit, un groupe de bandits à mains armées a dévalisé une maison près de la frontière à Kasaumbalesa. Ils ont tué l’ occupant de la maison qui est semble t-il un commerçant. Alors, les voisins auraient appelé la police et la police est venue en retard. En colère, la population a barricadé la route, ils se sont attaqués aux symboles du gouvernement », rapporte, Lucien KAHOZI, le correspondant local de la voix de l’ Amérique.

D’ après plusieurs sources contactées par groupelavenir.org, les manifestants ont mis sac un poste de police avant d’ incendier  un bureau de la société nationale d’ électricité. Ils s’ en sont également pris au complexe hôtelier « Shaloom » , appartenant au gouverneur de province. Quelques véhicules ont été brulés et beaucoup d’ autres dégâts matériels sont à déplorer. La manifestation repoussée par la police a fait un mort et quelques blessés légers selon un bilan encore provisoire.

Informé, le gouverneur, Jean Claude Kazembe est arrivé sur place  en début d’ après-midi. Il préside présentement un conseil local de sécurité. Les autorités qui promettent de se prononcer sur cet incident dans les heures qui suivent. C’ est dans ce contexte de paralysie des activités que la vie reprend timidement cet-après midi dans la cité qui porte encore les stigmates des échauffourées.

Jean Pierre Kayembe

.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse