Kasaï Oriental: Gestion calamiteuse de l’ISEA/Lomela

par -
0 996
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Des voix percutantes s’élèvent pour dénoncer la gestion calamiteuse qui a élu domicile au sein de l’Institut Supérieur d’Etudes Agronomiques, ISEA de Lomela dans le Kasaï Oriental. Des actes posés en marge du comité de gestion et en violation du principe de collégialité font état notamment des détournements à répétition, de la prime institutionnelle de 7 (sept) agents fictifs.

Que reproche-t-on à la DG de cette institution ?

Nos investigations appuyées par une correspondance d’un officiel, en l’occurrence le Secrétaire général académique de l’ISEA, l’ingénieur Poyo Lopaka pour ne pas le citer, nous ont révélé qu’une magouille savamment mûrie a abouti à la substitution de 7 agents de cet institut par 7 autres fictifs. La Révérende Sœur, directeur général, aurait réussi à trafiquer les identités des agents en faisant fabriquer des cartes d’électeurs aux noms de vrais agents mais aux effigies des fictifs permettant ainsi à ces derniers de se faire allègrement payer aux guichets de banques.

Quatre mois de primes détournées ont fait des vagues. Chose qui explique qu’en date du 4 décembre 2013, le Directeur général a écrit au Secrétaire général académique lui demandant d’instituer une commission chargée de la « répartition » de la prime des agents fictifs. Bien entendu, le Secrétaire Général Académique a décliné l’offre. D’abord pour s’opposer à cette pratique de mauvaise gouvernance, ensuite parce qu’il est strictement interdit d’ajouter des agents fictifs sur des listes déclaratives. Et en pareil cas, l’argent des fictifs devait être retourné à la caisse du Trésor public.

Des agents fictifs et cotériques au service de la DG

Le Secrétaire général académique reproche à la Révérende Sœur Akonga Oyankoy, la Directeur général la mise en place d’une structure informelle consistant à changer la destination de la masse salariale de l’institut sans en informer le comité de gestion qui ne pouvait donc pas statuer sur les dépenses. Avec la complicité de cette structure composée du comptable de l’ISEA ; M. Bokoma Longola, de Mme Omoyi Oyombo, nièce de la Révérende Sœur résidant à Kinshasa, la prime était détournée.

Des sommes faramineuses détournées

Le document signale en outre que de 2014 à ce jour, 23.695.000 FC ont été transférés par le comptable selon les instructions de la DG pour son compte. Il en était de même de Mme Omoyi qui retirait la prime à la banque de Lodja. Aucun agent réel de l’ISEA/Lomela n’a perçu la prime institutionnelle complémentaire de quatre mois (octobre, novembre, décembre 2014 et janvier 2015) dont le montant est de 4.304.000 FC à raison de 1.076.000 FC par mois. Alors que la direction de paie atteste avoir libéré cette paie. Enfin, des instructions ont été données par note manuscrite du 19 octobre 2014 au comptable Bokoma de laisser en banque 500.000 FC lors du retrait de la prime institutionnelle du même mois alors que la paie est nominative et qu’il est inconcevable de trouver un reliquat dans le compte de l’institut.

Une magouille savamment mûrie

Le Secrétaire général académique accuse par ailleurs la DG d’avoir déclaré les membres de sa famille, diplômés d’Etat et inscrits à l’ISEA/Lomela comme membres du corps scientifique avec le grade d’assistant ou Chargé de Pratique professionnelle.

Fort de ces graves accusations et des faits flagrants évoqués ci-dessus qui consacrent la mégestion caractérisée, le Secrétaire général académique en appelle aux autorités de bien vouloir prendre des dispositions urgentes et utiles pour mettre fin à ces pratiques qui ternissent l’image de l’institution auprès des autochtones et au sein de la communauté estudiantine.

D’autres voix se sont ajoutées à l’appel de la population de Lomela qui prend à témoin le député honoraire Bernard Mpetshi par ailleurs concepteur de l’ISEA qu’elle voudrait voir à la tête de cet institut. Il y a également le député élu Ekanga Moïse qui est sollicité pour plaider la cause.

C’est bien dommage que de pareils faits surgissent dans une institution universitaire qui a pour vocation la formation d’une élite scientifique et orthodoxe qui est l’avenir de demain de ce pays. Il est dommage également qu’on retrouve au centre de cette maffia une personnalité apparemment respectable qui devait être prise comme modèle.

(Fernand Mukaku Lalabi-Muke)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse