Kasai-central: Après les violences, la vie reprend à Tshimbulu

par -
0 1221
A gauche, le colonel kyungu à l’aéroport de tshimbulu.Ph/tiers
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le calme est revenu dans la cité de Tshimbulu à Kananga, où les violences entre les forces de l’ordre et des miliciens commençaient à prendre des dimensions inquiétantes. Tout a commencé lundi 8 août, la cité de Tshimbulu située à environ 117 Km au Sud-est de Kananga, a été victime d’une attaque meurtrière de la part des miliciens du chef coutumier Kamwina Nsapu du territoire de Dibaya. Celui-ci ne voulait plus de la présence des représentants des services de l’Etat dans le district de la Lulua. Ses miliciens ont ravagé et incendié tous les postes de police des environs du quartier, semant ainsi la terreur dans la ville. Ces bandes armées sont constituées principalement de jeunes drogués, porteurs de machettes, de flèches et d’allumettes. Ils ont fait incursion ce même lundi dans la résidence du colonel Charles Kyungu, commandant de police la locale. Ils ont rencontré une résistance farouche de la garde de ce commandant. Des minutes de combats se sont passées avant que la garde du colonel cède face à ces miliciens dont le nombre était estimé supérieur à la garde du commandant de la police. En dépit de ce désavantage, les hommes de ce brave officier supérieur ont malgré tout réussi à mettre en déroute quelques assaillants, avant de se laisser prendre en sandwiche par ces malfrats qui étaient déterminés à exterminer tout sur leur passage. Apres avoir anéanti ladite garde, ces miliciens se sont illustrés dans des actes de terreur, égorgeant sans pitié à coups de machettes des policiers commis à la garde. La source cite, à cet effet, quatre victimes (gardes du corps du colonel Charles) parmi lesquels le brigadier Gilbert Tambwe, neveu du colonel.

Le Colonel Charles Kyungu qui se retrouvait dans sa résidence, a eu la vie sauve par sa bravoure. Ces terroristes se sont ensuite introduits dans sa résidence en le recherchant de manière sauvage, mais finalement ils ne vont jamais le retrouver. Ne l’ayant pas retrouvé, ils vont ensuite mettre le feu au domicile du colonel Kyungu. La maison ayant pris feu, ce dernier dans le plafond a pu s’en sortir après 8 heures du temps passés dans les décombres entre la vie et la mort. Actuellement, il est hors de tout danger à Kananga, selon la source. Emportés par l’esprit de destruction et de mort, ces milices ont aussi visé les autres institutions de l’Etat. Ils ont incendié le siège de la police sur place, le parquet de grande instance, le bureau local de la Commission électorale nationale indépendante ( CENI) et la résidence du maire de la ville. Mercredi soir, les forces de sécurité dépêchées de Kananga, ont pourchassé les assaillants. Trois d’entre eux ont été mis hors d’état de nuire, précisément à l’entrée de la cité de Tshimbulu. Les forces loyalistes ont, par ailleurs, rencontré une forte résistance à la localité de Fwamba, (située à environ 17 KM de de Tshimbulu). De violents combats se seraient déroulés dans cette localité où les pertes en vies humaines ont été enregistrées de part et d’autre. Pendant ce temps, les localités voisines du groupement du chef Kamwina Nsapu se seraient vidées de leurs populations craignant pour leur sécurité. Le chef des milices Nsapu est, lui, introuvable. Personne ne détient des informations du lieu où il s’est caché. Les structures de la société civiles appellent les protagonistes au dialogue, en vue de préserver la paix à travers cette partie du pays. Depuis mercredi soir, la situation est sous contrôle, selon un rapport des forces de l’ordre. Les habitants ont été appelés à vaquer librement à leurs occupations. Malgré cet appel, la psychose plane encore, la vie ne pourra reprendre que progressivement, après la cassure.

(Crhioni kibungu)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse