Justin BITAKWIRA “Le son de cloche de Bruxelles est une déclaration de guerre”

par -
0 3293
Au milieu, Justin BITAKWIRA, chef de fille de l' opposition citoyenne
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Les résolutions de Bruxelles, dit Conclave de Genval ne cessent d’alimenter la chronique politique. Dans le camp de l’opposition citoyenne, Justin Bitakwira lève le ton et se dit consterné et rejette lesdites résolutions. Dans un entretien accordé à la Rédaction du Journal L’Avenir, il livre sa position et celle de l’Alliance pour la République et la Conscience Nationale (ARCN). Celle de dire que les Congolais ne sont plus dans un parti-Etat même à l’opposition ou à la Majorité.

A en croire les propos du chef de file de l’opposition citoyenne et président national de l’ARCN, face aux résolutions de Genval à Bruxelles, notamment le rejet du dialogue convoqué par le Président de la République, Joseph Kabila, rejet du referendum, tenu des élections dans le délai constitutionnel, il a fustigé le fait que ceux qui ont reçu les invitations de l’Udps pour Bruxelles se croyaient devant la proclamation des résultats des élections présidentielles, comme s’il a été élu par l’Udps et siéger à l’Assemblée nationale de Bruxelles, a-t-il indiqué.

Partant du comportement affiché par le président national de l’Udps, il s’interroge s’il est en exil politique ou en soins médicaux, parce que souligne-t-il, que le jour où cette classe politique de l’Udps aura les finances de la République démocratique du Congo, sa crainte ce qu’ils vont les dilapider et tenir ces genres de réunions en dehors de la RDC. « Je crois que si le Président Tshisekedi est en bon état, il était de bon aloi qu’il tienne ce Conclave en République démocratique du Congo. Ça nous rappelle l’ancien colon belge, que nous ne ferions jamais rien sans ce colon. Nous sommes déjà un pays indépendant, et il faut que mentalement nous évoluons », a-t-il rappelé aux uns et aux autres.

Parlant de son combat par rapport à la souveraineté de sa mère patrie la RDC, Justin Bitakwira indique que le plus malheureux dans ce conclave, c’est l’Udps et Etienne Tshisekedi qui avaient suffisamment évolué vers le consensus national, parce qu’en leur qualité de pro-dialogue de l’opposition, ils sont battus pour les 12 sièges de l’opposition auprès d’Edem Kodjo au comité préparatoire. Cependant, à l’heure actuelle, c’est l’aile dure de l’opposition, les radicaux qui ont gagné en attendant les résolutions qui ont été prises, il estime que c’est la confrontation qui a été levée. « L’Udps est tombée dans le piège des anti-dialogue, elle aurait gagné en allant à l’opposition pro-dialogue parce qu’elle s’est trouvé minoriser dans la salle et il y avant pression de toute part : pression des combattants, pression de G7, pression de la dynamique et Tshisekedi sait très bien que les autres s’étaient opposés à lui parce qu’ils n’étaient pas pour le dialogue. Je ne vois pas comment il va donner la garantie au facilitateur que je vous amènerais tout le monde », a-t-il souligné. D’ajouter que ce qui ressort de positif dans ce conclave, c’est le fait que tout le monde a accepté d’aller et être à la table avec lui.

Le son de cloche de Bruxelles est une déclaration de guerre                            

Soulignant le fait que l’UNC et le MLC sont absents à ces assises, Justin Bitakwira estime que c’est de leur droit parce que le pays n’est plus sous la dictature. Cette dernière sera combattue même dans des partis politiques. « Nous ne sommes plus dans un parti état même à l’opposition ou à la Majorité. Parce que si je ne suis pas l’allié de l’Udps, donc je ne suis pas opposant ? Ça ! ça doit s’effacer dans la mémoire de gens », justifie-t-il.

Evoquant le fait que l’opposition n’admet pas d’aller au dialogue convoqué par Joseph Kabila, ne pas cautionner le glissement, le referendum, il rappelle qu’il n’y a que les oiseaux de même plumage qui s’abreuvent ensemble, étant donné que les brebis ne s’abreuvent pas avec les moineaux. Ces derniers ne s’abreuvent pas avec les gardes bœufs. « J’ai toujours fait une observation à l’Udps qu’un homme se tourne au lit, il ne se tourne pas sur sa parole. C’est un homme perdu. Ceci concerne tout le monde, le médiateur, la MP et l’Udps. Que tout celui qui traine dans les toilettes, ce qu’il a envie des odeurs. Maintenant Edem Kodjo vit les odeurs parce qu’il a trop trainé », menace-t-il. En plus de cela, il précise que ARCN son parti a pour soubassement les valeurs africaines du fait qu’il a toujours rappelé et défendu qu’au village lorsqu’une femme est enceinte, l’on ne connait pas le sexe de l’enfant qui va naitre. Il faut attendre sa naissance pour se préparer en conséquence par rapport à son sexe. Il en va de même de ce qui va sortir du dialogue. « Nous ne pouvons dire ce qui adviendra au cours du dialogue sans qu’il ne démarre. D’ailleurs j’avais prévenu Edem Kodjo que se dialogue risque d’être maudit si pas par ma grand-mère et aujourd’hui on se rend compte que c’est lui qui est à la base de toutes ces crises et le son de cloche de Bruxelles est une déclaration de guerre », a-t-il indiqué.

Parlant de la Majorité présidentielle, Justin Bitakwira a noté qu’elle a sa part de responsabilité parce qu’ayant laissé Edem Kodjo faire, et l’on ne sait pas par qui il est pris en otage, fulmine-t-il. « On ne sait pas si Kodjo est pris en charge par qui ? il a passé 4 mois ici, que fait-il ici ? Si c’est ne pas le trésor public qui le nourri, c’est de l’argent perdu. La MP sait que Kodjo a été envoyé ici par la présidente de l’UA, et elle sait aussi qu’il est hors méthode. Pour moi, la MP a sa part de responsabilité et ce qui s’est passé à Bruxelles c’est du temps perdu, on n’a pas avancé, on a reculé et les gens de Bruxelles qui disent confrontation ont comme arme le sang des congolais. Ça, c’est une faute grave.

S’agissant du plan de sorti de crise, Justin Bitakwira insiste et signe : c’est l’arbre à palabre entendu, le dialogue, c’est le consensus national, c’est le compromis politique.

Partant, entre l’opposition et la MP, personne n’a le monopole de la confrontation au risque d’une autre force se lève. Le fait que les deux éléphants se battent et les victimes sont les peuples congolais, il se tourne chez ce même peuple pour lui dire, tout celui qui n’est pas pour le dialogue, c’est le consensus national, c’est le compromis politique, qu’il soit considéré comme ennemi de la République par que ARCN son parti ne veut pas hériter d’un pays comme la Libye, le Burundi ni plus ou moins la Somalie. « Ce pays est malade de ses hommes depuis 1960, pire encore de sa classe politique. J’ai toujours dis qu’il y a des opérateurs politiques ici, même s’il n’y a pas de gardien au but, il shoote toujours à côté. C’est le cas de l’Udps hier à Bruxelles. L’Udps était prête à jouer son coup, elle a échoué et on l’a fait basculer dans la confrontation », a-t-il conclut.

Pius Romain Rolland                             

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse