Justin Bitakwira exige l’harmonie et le respect mutuel

par -
0 137
Entouré dans son bureau de travail avec le personnel politique de son cabinet, Son Excellence ministre Justin Bitakwira Bihona-Hayi prodigue le sage conseil. Ph/Cellule de communication

Après avoir visité et conféré avec l’administration du Secrétariat Général de son ministère, Justin Bitakwira, ministre des Relations avec le Parlement s’est entretenu, hier mardi 10 janvier, avec les membres de son cabinet. En premier, il a reçu le personnel politique, et en second lieu le personnel d’appoint. Tour à tour, il a tablé sur l’organisation du travail, les tâches attribuées à chaque membre du cabinet et les responsabilités à assumer. Un conseil d’un laboureur à ses enfants.

C’est en père de famille devant ses enfants, dans le cadre de prise de contact direct avec ses proches collaborateurs. Dans son légendaire franc parler, son Excellence Ministre des Relations avec le Parlement a invité son personnel politique comme d’appoint à plus de collaboration, de considération mutuelle tout en gardant l’esprit mutuel de travail. Il a rappelé aux uns et aux autres l’importance du travail et les tâches qui attendent chacun d’eux.

Il a insisté sur la solidarité des membres du cabinet à l’instar des médecins très solidaires entre eux, mais aussi au sens d’innovation. Par ailleurs, il a encouragé les uns et les autres à prouver leurs capacités intellectuelles dans un sens positif. Sinon, le Ministre a insisté également sur le sens d’amélioration des conditions de travail de son personnel, mais aussi de son administration qui travaille dans des situations infrahumaines. Pour lui, un pays sans administration est un pays mort. Or, son ministère dépourvu d’une bonne administration constitue une négligence, un danger pour le bon fonctionnement de la démocratie du fait qu’il est étroitement lié au Parlement (Assemblée nationale-Sénat) et les 26 assemblées provinciales. Un ministère de souveraineté qui ne mérite pas le traitement négligent et injuste, déplore Son Excellence Ministre des Relations avec le Parlement.

Dans l’autre chapitre, il a appelé son personnel au respect de ses attributions et que chacun  reste dans son secteur de travail. Ce, dans l’unité d’esprit, du cabinet et de prouver de quoi chacun est capable.

Cependant, il a mis tout son personnel en garde contre l’esprit médisant, de colportage et d’insubordination. Tout le monde, dit-il doit du respect à l’heure de travail. « 8 heures de travail et non 8 heures au travail », insiste-t-il.

Dans l’amour et par la Conscience humaine, il a besoin du concours de tout le monde pour faire avancer et relever son ministère longtemps dans l’impasse.

(Pius Romain Rolland)

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse