Justin Bitakwira encourage la position de Félix Tshilombo Tshisekedi

par -
0 535
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La mort d’Etienne Tshisekedi a suscité autant de commentaires. Partant des positions affichées par les uns et par les autres au sujet du rapatriement de la dépouille mortelle du Sphinx de Limete, Bitakwira Bihona-Hayi Justin, ministre des Relations avec le Parlement (voir photo), dans son précédent message, adressait ses vives condoléances à la famille éplorée, mais aussi, souhaitait que la dépouille d’Etienne Tshisekedi ne soit pas un marchandage politique et qu’il faille enterrer dignement ce baobab politique. Hier en son cabinet de travail, il a réuni la presse pour féliciter Félix Tshilombo Tshisekedi, au regard de la position prise par la famille biologique, d’envisager le rapatriement du corps sans poser de préalables.

 La Conférence de presse de la famille biologique d’Etienne Tshisekedi wa Mulumba animée à Bruxelles, n’a pas laissé indifférentes les personnalités politiques de la République Démocratique du Congo, plus particulièrement les membres du Gouvernement central. Bitakwira Bihona-Hayi Justin est de ceux- là. Hier mardi 14 février 2017 en son cabinet de travail, le ministre a réuni la crème de la presse, en vue de partager son point de vue sur les propos de Félix Tshilombo  Tshisekedi. D’emblée, il l’a encouragé en ce que la question sur le rapatriement de la dépouille mortelle d’Etienne Tshisekedi semble évoluer. Etant donné que le Vice-premier ministre, ministre des affaires étrangères et de la coopération régionale, Léonard She Okitundu s’est impliqué et a pris langue avec la famille biologique. « Ceci pour dire que chez les bantous ou en Afrique, la mort unit ; la mort réconcilie. Et aussi, j’ai retenu quelque chose de très important : c’est la reconnaissance au Président de la République Joseph Kabila par Félix Tshisekedi où, effectivement, il pense que le Premier Ministre actuel serait l’objet de discorde au sein de leur parti », a dit en prélude l’actuel ministre des Relations avec le Parlement.

Bitakwira Bihona-Hayi Justin reconnait la valeur de sa personnalité politique, justement grâce à l’UDPS, mais aussi à Etienne Tshisekedi pour qui il a été le premier à solliciter l’érection  d’un monument en tant que père de la démocratie. Cependant, se référant toujours à la sagesse africaine, il cite : « L’on ne peut pas détester la chair du corbeau et aimer ses plumes ». Ceci explique cela, on ne peut pas reconnaitre le Président de la République et méconnaitre son Premier Ministre. Ce dernier, Samy Badibanga nommé par le Président de la République. « Jusqu’en dernière seconde, tant que Samy Badibanga sera Premier Ministre, c’est lui qui engage le Gouvernement actuel, au cas contraire, on n’a pas de Premier Ministre et le Gouvernement », a-t-il fait cette mise au point.

Attention ! Que ce qui est advenu au MPR ne survienne à l’UDPS

Evoquant le cas de l’efficacité du Gouvernement Samy Badibanga, l’autorité morale de l’Alliance pour la République et la Conscience nationale affirme que ce gouvernement a été nommé le 19 décembre avant minuit, constitue en particulier leur force et en général leur légitimité.

Compte tenu de cette obscurité qui entoure les obsèques d’Etienne Tshisekedi,  Bitakwira Bihona-Hayi Justin conseille qu’il n’est pas nécessaire de récuser l’actuel Premier Ministre, ni son gouvernement pour que les obsèques de l’illustre disparu et le rapatriement de son corps soit pris en charge par un autre Gouvernement. Cependant, il se réjouit du fait que la position de la famille biologique soit diamétralement opposée à celle du parti. Donc, pour le ministre des Relations avec le Parlement, il faut tenir compte de la position évolutive de la famille biologique qui est d’accord sur le rapatriement sans condition, plutôt que  celle du parti qui pratique le marchandage politique.

Néanmoins, au passage, il a reconnu que l’UDPS, en dehors du MPR, aucun autre parti n’a atteint cette célébrité et lorsque le Maréchal est décédé, son parti n’a aucun élu national, ni sénateur. C’est la peur de Bitakwira Bihona-Hayi Justin qui exhorte les partisans et cadres de l’UDPS à l’unité, au risque d’encourir  le même sort que le MPR. « Je pense que Félix Tshisekedi et l’UDPS, c’est aujourd’hui qu’ils arrivent à une phase pour permettre de jouer un rôle constructif et positif dans la scène politique qui arrive, parce que nous tendons vers la recomposition politique. C’est dire que les faibles disparaitront et les forts émergeront », a-t-il indiqué.

.

(Pius Romain Rolland)

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse