Judo: A l’initiative du DTN Freddy Elonga

par -
0 452
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Un atelier technique basé sur des réflexions pour un meilleur encadrement de l’équipe nationale

Un vent nouveau souffle dans la Fédération Nationale Congolaise de Judo ‘’Fénacoju’’ que préside désormais M. Dominique Makobo. Tout est mis en œuvre pour remettre le judo congolais sur le rail et surtout rompre avec le passé sombre qui l’a caractérisé.

En effet, chacun dans son domaine de prédilection voudrait apporter un plus dans l’émergence d’un judo congolais dépouillé de tous les tares du passé. C’est dans ce cadre que M. Freddy Elonga Di N’djo, Directeur technique national de judo, a initié un atelier technique samedi 28 mai dernier, au siège du Comité olympique congolais. C’était pour réfléchir sur un meilleur encadrement de l’équipe nationale de judo.

*Condensé de l’atelier technique organisé par le DTN Freddy Elonga de la Fénacoju

Sur le lieu l’on a noté la présence de M. Alain Badiashile, S. G du C.O.C et des invités à l’atelier technique de judo. Dans son mot de circonstance, le président M. Dominique Makobo a circonscrit le cadre, tout en laissant le soin au DTN Freddy Elonga d’en dire un peu plus sur son initiative de l’atelier et pourquoi il a choisi telle ou telle personne, pour participer à l’atelier.

D’entrée de jeu, le DTN Freddy Elonga a remercié les invités à son atelier. Il a encouragé ses interlocuteurs à se considérer comme simples judokas. Qu’il n’y a pas de titre ou autre considération à faire valoir. Il est vrai que les invitations ont été lancées en retard mais l’initiative date de longtemps. En tant qu’acteurs, chacun a des idées pour innover u peu de manière à donner des pistes pour sauver le judo rd congolais. Cette tâche, c’est l’affaire de tous. Comme il faut toujours commencer quelque part, si chacun se retrouve là, ce n’est pas qu’on est meilleur que d’autres. Quant à la liste des invités, il a tenu compte de l’expertise de tout un chacun. La liste se présente comme suit : 1. Dominique Makobo, Président Fénacoju, 2.Pinto Mangili, S.G et ancien DTn, 3. Mamisa V/P Fénacoju & ancien DTN, 4.Mushi Ndibu ‘’Chaleur’’ V/P Fénacoju, 5. Freddy Elonga, membre Fénacoju & DTN, 6. Pija Bondele, entraineur principal, 7. Toya Roger, entraineur national, 8. Aliou Tsham, présdident Lijukin, 9. Malaba, Trésorier Général Fénacoju et ancien Président Entente Kin-Ouest, 10. Milimbu, président entente Kin-Est, 11.  Mbuyi Guy, président Entente Kin-Lukunga, 12. Lukembeso Dayi, ancien entraineur national, 13. Lionge Mo Lihele, ancien S.G Fénacoju, anc.DTN et membre master, 14. Kavazungu ancien S.G Fénacoju, 15. S.G du COC ou son représentant, 16. Antoine Bolia journaliste sportif et autres.

Quant au programme, le DTN Freddy Elonga a précisé qu’il comporte plusieurs points : analyse des maux qui gangrènent le judo congolais, les solutions proposées à court et moyen terme (gestion administrative et technique), type d’entrainement pour l’équipe nationale et formation type des entrainements, mode de sélection des athlètes, rôle des clubs, ententes et ligues pour un meilleur encadrement des judokas et divers.

De réflexion du jour, ajouta-t-il, personne ne peut en réclamer la paternité. C’est le lancement des idées. Ancien DT N dans l’ancienne équipe de la Fénacoju, il a été reconduit. Mais il se pose la question de savoir s’il faut continuer comme avant, alors, que le bilan à son avis est nul pour plusieurs raisons. A cet effet, il a invité ses interlocuteurs à analyser les choses et effleurer des pistes pour envisager le changement. Il proposa comme méthodologie, la liberté d’expression sans retenu entre les membres de l’atelier, pas de sentiment ni partie pris car le respect mutuel est requis.

Quid des maux qui rongent le judo en RDC

A propos des maux qui rongent le judo en RDC, l’atelier a retenu notamment le manque d’infrastructures, d’équipements adéquats, de cadres techniques qualifiés, de formation, le manque d’organisation. A cela  les mauvaises conditions de travail, les mentalités marquées par le colportage, injonctions et ingérences politiques, etc. intérêts personnels, manque d’un programme d’enseignement national et un suivi, méthodologie d’entrainement, manque des professeurs qualifiés au niveau de la Fénacoju, manque de volonté de la part des dirigeants de la Fénacoju pour promouvoir le judo sur tout le territoire national, niveau intellectuel trop bas car il y a plus d’analphabètes que d’intellectuels, proliférations des clubs non viables, conditions de vie devenues très modestes.

Quant aux solutions proposées, il faut que le gouverneur ou ville s’organise pour avoir un dojo national, la Fénacoju doit s’organiser pour mettre l’équipe nationale dans des bonnes conditions, respecter les textes mis en place, bannir le favoritisme, arrêter l’ingérence de la fédération dans les affaires de ligues ou ententes, remettre le judo à l’école. L’atelier s’est arrêté au 4è point inscrit au programme. Un autre atelier sera organisé pour en débattre dans les jours à venir.

(Antoine Bolia)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse