Journées internationales des forêts et des eaux: Les étudiants de l’UPC sensibilisés face au changement climatique

par -
0 279
Une vue aérienne d’une des forêts congolaises/Ph. Tdr
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Comme chaque année, l’humanité a célébré hier mardi 21 mars et ce mercredi 22 mars 2017, les Journées internationales des eaux et des forets. Pour cette édition 2017, les thèmes retenus au niveau mondial pour la première journée est : « Forêt et énergie », et pour la deuxième : « l’eau et le développement durable ».

A cette double occasion, l’Ong Environnement sain sans frontière (ESSF) a organisé hier une conférence- débat à l’intention des étudiants de l’Université protestante au Congo (UPC), avec la collaboration du centre américain de l’UPC (American Corner). C’était autour d’un thème central qui est : « Les forets et les eaux douces de la RD Congo face aux changements climatiques.

L’orateur du jour, M. Alain Botoko, expert en questions climatiques et président exécutif de l’Ong ESSF, a entamé son exposé par faire comprendre à l’assistance que « La forêt est indispensable… Elle permet à l’être humain de bien vivre… » Il a expliqué aux étudiants de l’UPC l’immense richesse écologique de la Rdc et son importance cruciale pour l’équilibre climatique mondial. « Plus de 50% des eaux de toute l’Afrique se trouvent en Rdc », a-t-il affirmé.

M.Botoko leur a fait savoir également une bonne nouvelle : ce que la Rdc a été élue, il y a plus de quatre ans, par le Fonds vert. Cependant, a-t-il indiqué, la Rdc peut-elle aussi perdre cette place, « s’il n’y a pas du sérieux et du suivi».

Des solutions pour relever les défis climatiques

L’Ong ESSF à travers son président exécutif, tire donc une sonnette d’alarme et invite le Gouvernement de la République de prendre au sérieux ce changement climatique, qui cause déjà plusieurs catastrophes  dans le monde. Pour relever le défi de ce phénomène, selon M. Botoko Alain, il faut faire la reconstitution des écosystèmes forestiers. C’est le principal atout pour le moment, moyennant des financements à l’échelle nationale et internationale.

Une deuxième solution, c’est la transition immédiate aux énergies renouvelables et durables avec des choix moins coûteux. Ce, grâce à la pratique de l’agroforesterie et encadrée, et une gestion intelligente des eaux et des forets.

« Gérer l’environnement est un projet qui demande énormément de moyens. Nous demandons à nos partenaires, notamment, l’Ambassade américaine de mettre les moyens pour nous permettre de faire le travail comme il se doit. Et aussi, pour réaliser notre mission qui est une action pour sauver son environnement », a indiqué M. Alain Botoko.

La Rdc et ses partenaires devraient exploiter au maximum les 100.000 Mw de son potentiel énergétique en hydroélectricité, a-t-il martelé.

Le député Mvuemba responsabilise les autorités

Pour le député national Jean-Claude Mvuemba, l’élu de Kasangulu au Kongo-central, qui intervenait en qualité d’invité d’honneur à cette conférence, les forêts en RD Congo doivent-être la charge première de ceux qui sont entrain de gérer le pays. La situation des forets est regrettable en Rdc, a-t-il dit.

Et de déclarer que : « Les forêts à Kinshasa n’existent plus. Elles ont été occupées par la population… Soutenons donc cette initiative de l’Ong ESSF pour l’avenir de ce pays. Aidons-la à véhiculer ces messages pour le bien de tous ».

Pour conclure, le président de l’Ong ESSF interpelle les uns et les autres à apprendre à vivre ensemble avec tous les autres êtres avec qui ils forment la même chaine de vie. « Encourageons une gestion durable de l’eau douce de la RD Congo, en ayant en tête que ce sont des ressources épuisable », a-t-il déclaré avant de répondre à diverses questions lui posées par les étudiants et d’autres invités à cette conférence.

A savoir, l’Environnement Sain Sans Frontière en sigle ESSF, est une Association sans but lucratif basée en Rdc. Elle est au service de ceux qui ont la Rdc comme leur terre de prédilection. L’Asbl travaille dans l’éveil de ces derniers pour une gestion responsable de leurs environnements immédiats. Depuis sa création, l’Ong ESSF est basée dans la ville-province de Kinshasa avec extensions au Kongo-central (Mingandi et Moanda) et dans la province du Sankuru (à Omandja).

(Lepetit Baende et Espérant Kabemba/Stagiaire)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse