Journée ville morte: Les Congolais bravent le Rassemblement

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Depuis des années 90, l’opposition politique en Rd Congo avec l’UDPS en tête s’est caractérisée par des actions de masse bien sûr, mais sans impact palpable tant dans la gestion du pays, que dans l’amélioration du vécu quotidien de la population. Et pourtant, la real politic aurait obligé tous ces leaders populaires à s’interroger sur le sens de leurs initiatives. C’est en ceci qu’il faut situer la dernière action du Rassemblement, dont l’objectif, selon des tracts distribués ça et là, visait à donner un carton jaune à l’actuel Président de la République. Un Président qui sort du reste très revigoré grâce à l’arrêt de la Cour constitutionnelle qui évoque un cas de force majeure au niveau de la CENI pour ne pas organiser les élections et les conclusions du dialogue qui sont du reste imposables à tout le monde.

Voilà qui pousse la Majorité Présidentielle (MP), à travers son porte-parole, l’ambassadeur André-Alain Atundu d’estimer que cette énième ville morte apparait comme une tricherie, parce que l’apparence ne traduit pas la réalité. Radio Okapi qui l’a interviewé explique que ceux qui ont respecté le mot d’ordre [de la ville morte] l’ont fait pour éviter les exactions et les violences coutumières aux militants du rassemblement. Un regroupement qui a pour cahier de charge, les contestations. « L’apparence, c’est que la ville s’est réveillée en retard, a commencé la vie à partir de 10 heures, alors que généralement c’est à partir de 5 heures qu’on commence, mais la réalité est que ceux qui ont respecté le mot d’ordre l’ont fait par principe de précautions afin d’éviter les exactions et les violences coutumières aux militants du Rassemblement, plutôt que par respect du mot d’ordre », déclare Alain André Atundu Liongo.

Il indique que les organisateurs profitent de « cette ambiguïté pour claironner que la ville morte a été réussie, mais au finish, ceci ne change pas la réalité des choses. Alain André Atundu se refuse d’évaluer la journée ville morte et se réjouit que  le mot d’ordre n’ait pas réussi « à arrêter la vie de la nation ». « Là n’est pas la question [de la réussite ou pas]. Je dis que la ville morte n’a pas réussi à arrêter la vie de la nation. Bien sûr, il faut avoir l’honnêteté de reconnaitre qu’au lieu de commencer la vie à 6 heures, Kinshasa a commencé la vie aujourd’hui vers 9 heures, 10 heures », reconnait le porte-parole de la MP.

Une situation de plus en plus maîtrisée à Kinshasa

Il faut souligner que depuis la nuit de mercredi dernier, une forte présence policière était perceptible dans certains coins de la ville de Kinshasa. « Nous avons été amenés  à déployer intensément les forces de l’ordre à travers les points chauds et les points stratégiques de la ville pour sécuriser la population, la rassurer », explique le colonel Mwana Mputu.

Au sujet de la sécurité dans la ville, l’officier de police affirme que « la situation est de plus en plus maîtrisée ». Il évoque cependant des incidents dans certains quartiers notamment dans l’Est de la ville de Kinshasa. « A Sainte Thérèse dans la commune de Ndjili et à Dokolo dans la commune de Kimbanseke, il y a eu quelques heurts dus au caillassage des véhicules des particuliers et à l’entreposage des barricades. La situation a été rétablie. Quelques interpellations ont été opérées », explique le colonel Mwana Mputu.

Le porte-parole de la police indique également que des pneus brûlés ont été placés sur la chaussée au croisement des avenues Bongolo et Université. Des véhicules des particuliers ont également été vandalisés. « Un cocktail molotov a été jeté à notre poste de police situé près de Yolo médical. L’incendie a été maîtrisé à temps par les forces de l’ordre », ajoute-t-il.

Un mot d’ordre non exécuté  à Tshikapa et à Kindu

A Tshikapa, chef-lieu de la province du Kasaï, nous apprenons que hier mercredi 19 octobre, ç’a été un jour ouvrable comme toutes les autres journées. Ici, les écoles, boutiques, comptoirs d’achat de diamants, magasins, marchés ont fonctionné normalement. Contrairement au message visant à observer une ville morte annoncée par l’UDPS et une frange du Rassemblement, mais aussi à un éventuel déplacement de l’UDPS aile Mwamba du Gouvernorat pour y déposer un carton jaune à l’autorité provinciale.

Tôt le matin, les bleus-blancs ont été visibles sur les tronçons, rejoignant leurs écoles. Les agents de l’entreprise Sino-Hydro ont été aperçus sur le chantier, finissant ainsi l’asphaltage de l’avenue Lumumba, principale avenue de Tshikapa, dans la commune de Kanzala ; l’administration fonctionne sans ambages. Mardi soir et mercredi matin, le président de l’Union des jeunes de la province du Kasaï avait demandé aux jeunes de cette province de ne pas répondre aux folles rumeurs venues de Kinshasa faisant l’objet d’une ville morte. Pendant ce temps, le porte-parole de la Majorité Présidentielle au Kasaï avait lui appelé au soutien total des actions du gouvernement provincial, tout en  disant que les investisseurs sont à la porte de cette province qui a besoin de la paix, de l’unité et de la sécurité pour favoriser son décollage.

Le Gouverneur de province Marc Manyanga qui a fait la ronde des chantiers, de certaines écoles, a félicité la population qui a compris qu’on a besoin de l’unité et de la paix , mais aussi le même message a été lancé par le Maire de Tshikapa, qui a également fait la ronde de la ville. Pour tout, la situation est restée calme.

Egalement à Kindu, dans la province du Maniema, il nous revient que rien n’a changé dans les occupations de la population. Pas de meeting musulman comme annoncé par les partis de l’opposition un jour avant. Tous les marchés ont été inondés, magasins, pharmacies et écoles ont ouverts leurs portes dès les premières heures de la journée. Fonctionnaires et agents de l’Etat ont été tous au service et même les agriculteurs se sont dirigés aux champs en toute quiétude. Toutefois, les policiers ont été positionnés à la tribune centrale, lieu de rendez-vous et l’un des carrefours de grande concentration. Pour certains policiers interrogés, ils avaient pour mission de parer à toute perturbation d‘ordre public. Les militants de l’opposition n’étaient pas quasiment visibles dans certaines de leurs permanences. Le meeting programmé à la tribune centrale n’a pas eu lieu à cause de travaux d’aménagement qui s’y font. Pour la MP/Maniema, la population a compris que c’est le travail qui libère l’home et non la distraction et la population a été félicitée pour son attitude.

Soulignons que même à Kananga dans le Kasai central, la vie a coulé normalement comme à l’accoutumée hier mercredi 19 octobre 2016. Beaucoup sont des habitants de la ville qui se sont attelés à leurs activités habituelles sans obstacle.

Marche à Goma et à Beni

A Goma, dans la province du Nord-Kivu, c’est dans un rond point de la place que les membres du Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement se sont fixé rendez-vous pour amorcer leur marche pourtant non autorisée par l’autorité urbaine. Une fois réunis majoritairement vêtus en jaune, ils ont parcouru la route nationale numéro 2, direction, le Gouvernorat de province, où ils ont observé un sit in, avant de déposer un carton jaune. En réaction, le Coordonateur des jeunes au sein du BUREC a parle des démarches non fondées, d’autant plus que la question des élections a été résolue au dialogue, dont l’accord a été signé par les parties prenantes et les conclusions y ressorties bénéficient également de l’attention de la communauté internationale. Disons que toutes les activités ont été paralysées sur toute l’étendue de la ville. Les établissements publics ont travaillé à guichet fermé pour prévenir toute éventualité liée aux désordres des manifestants. La circulation était timide, les boutiques et autres édifices commerciaux sont restés fermés, même certaines stations service et marchés n’étaient pas opérationnels.

De même à Beni, dans la même province du Nord-Kivu, les membres des partis politiques membres de l’opposition ont marché pour montrer le carton jaune à la Mairie, une manifestation qui s’est terminée sans incident.

L’Avenir

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse