Journée ville morte à Goma: Les échauffourées font deux morts

par -
0 403
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Matinée très agitée et cauchemardesque hier lundi à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu. En effet, la journée ville morte décrétée  le 30 octobre 2017 par le collectif des organisations de la société civile couplée au mouvement pro-démocratie Lucha en vue d’exiger l’organisation des élections au 31 décembre 2017, s’est transformée en véritable drame. Un élément de la Police nationale congolaise a été lynché, trois civils tués et plusieurs blessés graves, c’est le bilan provisoire de ces échauffourées entre les manifestants et la Police, tel que donné par le Correspondant de la Rtga World à Goma.

Pour le porte-parole du Commissaire général de la Police nationale congolaise, le Commissaire supérieur Mwanamputu Empung, ces troubles à l’ordre public dans le Nord-Kivu et la Tshopo sont consécutifs au mot d’ordre lancé par les mouvements citoyens consistant en l’observance d’une journée ville morte sur toute l’étendue de la République. C’est ainsi qu’il a été fait état des affrontements entre les manifestants et la Police sur l’axe Marché Kisoko-Majengo et l’axe Mutonga-Katoyi.

Au titre du bilan officiel provisoire, Mwanamputu, en termes de pertes en vies humaines, parle d’un meurtre par balle et lynchage par les manifestants de l’agent de police principal Kapalata Munganga, et du décès par balle perdue d’un civil. Pour ce qui est des dégâts corporels, notons que deux policiers ont été grièvement blessés par jet de pierres et ont été admis aux soins intensifs dans une formation hospitalière de la place. Il s’agit du Commissaire adjoint Kashola et de l’agent de Police principal Kakombe Biseka. A titre de dégâts matériels, il est signalé l’incendie du Sous-commissariat de Police et du Bureau de quartier Majengo. Actuellement, précise-t-il, la Police s’emploie au dégagement des avenues par évacuation des barricades enflammées pour rétablir la libre circulation de biens et des personnes.

En ce qui concerne la province de la Tshopo, disons qu’aux environs de 4 heures du matin, la Police ayant déjà occupée le terrain, toutes les tentatives visant à la pose des barricades par les manifestants pour empêcher la population de descendre en ville, ont été découragées par les forces de l’ordre. Celles-ci ont par ce fait procédé à la saisie de 7 pneus et de 2 jerricanes d’essence entre les mains des manifestants.

Et la Police de souligner qu’hormis ces deux provinces, jusque-là, la situation demeure relativement calme sur les autres parties de la République, en passant par Bukavu, Lubumbashi, Mbuji-Mayi, Matadi, Kinshasa où la population vaque librement à ses occupations. « La Police nationale fustige avec la toute dernière énergie l’instrumentalisation de notre jeunesse par certains opérateurs politiques qui poussent ainsi nos enfants à donner la mort à autrui. Le cas d’espèce, celui de cet agent de Police en plein exercice de ses fonctions abattu et lynché par les manifestations d’un mouvement dit citoyen », indique la communication, qui ajoute qu’il soit entendu que les auteurs, co-auteurs et commanditaires de tels actes macabres seront traduits en justice pour répondre des griefs portés à leurs charges.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse