Journée mondiale de l’eau: La RDC encourage une consommation de qualité pour éviter des maladies hydriques

par -
0 292
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

L’accès à l’eau potable est essentiel pour lutter contre les maladies d’origine hydrique, telle que le choléra. C’est ce qu’a indiqué, mercredi, un document de la mission onusienne en marge de la Journée mondiale de l’eau célébrée le 22 mars.

Selon la source, la République Démocratique du Congo met l’accent cette année sur le thème « consommons uniquement de l’eau potable pour éviter le choléra ». Malgré un potentiel énorme en ressources en eaux souterraines et de surface dont elle dispose, aujourd’hui en RDC, beaucoup de personnes notamment en milieu rural n’ont pas accès à l’eau potable et utilisent les eaux de surface polluées comme eau de besoin.

Par ailleurs, l’Enquête Démographique et de Santé (EDS-2013) citée dans le document fait mention de 47% de la population qui ont accès  à une source d’eau améliorée en milieu urbain et seulement 36 en milieu rural. Ces chiffres cachent aussi des disparités entre les provinces.

La RDC, à travers la collaboration du Fonds des Nations Unies pour l’Enfance UNICEF, avec l’appui financier de la Coopération Britannique, contribue à l’amélioration de la couverture en eau potable des services adéquats d’assainissement et d’hygiènes.

Depuis 2008, le Programme national appelé « Village et Ecole Assainis » a été mis en œuvre, note la source. A ce jour, 5424 097 personnes et 849 970 écoliers, dont 416 485 filles et 433 484 garçons, ont bénéficié de services eau, hygiène et assainissement améliorés dans 7149 villages et 2009 écoles certifiées. L’accès à l’eau potable est un droit élémentaire que la convention relative aux Droits des enfants garantit à chaque enfant. Il est essentiel dans la lutte contre la mortalité des enfants, permettant ainsi le développement des communautés locales.

En dehors de la consommation d’eau potable, le renforcement des mesures de riposte contre le choléra sont à privilégier tels que des moyens préventifs, l’observance des mesures hygiéniques, en se lavant convenables les mains.

Le choléra est une maladie extrêmement virulente. Touchant les enfants comme les adultes. On peut en mourir en quelques heures.

Environ 80% des sujets infectés par V. cholerae ne manifestent aucun symptôme, bien que le bacille soit présent dans leurs selles pendant 1 à 10 jours, après l’infection et soit éliminé dans l’environnement, où il peut potentiellement infecter d’autres personnes.

Pour ceux qui manifestent des symptômes, ceux-ci restent à modérer dans 80% des cas, tandis que chez environ 20% des cas, une diarrhée aqueuse aiguë, s’accompagnant de déshydratation sévère, se développe. En l’absence de traitement, elle peut entraîner la mort.

Facteurs favorisants 

Cette maladie se propage dans un environnement mal entretenu où le virus est favorable pour sa survie. Selon les sources, la transmission du choléra est étroitement liée à une mauvaise gestion de l’environnement. On trouve dans les zones à risque typiques les bidonvilles périurbains, qui ne disposent d’aucune infrastructure de base, ou les camps de réfugiés ou de personnes déplacées, où les besoins minimums en eau propre et en assainissement ne sont pas assurés.

Intervention sur l’eau et l’assainissement, un des moyens de lutte

Une approche pluridisciplinaire est essentielle pour atténuer la gravité des flambées de choléra, l’endiguer dans les zones d’endémie et faire baisser la mortalité.

La solution pour endiguer le choléra, qui sera bénéfique pour toutes les maladies transmises par voie féco-orale,  réside dans le développement économique et l’accès universel à l’eau potable et à des services d’assainissement. Un aspect crucial pour la prévention des épidémies et du choléra endémique.

Les mesures visant les conditions environnementales sont les suivantes : le développement des systèmes d’adduction d’eau par canalisations raccordés à des installations de traitement, chloration ; des interventions au niveau des ménages filtration de l’eau, désinfection chimique ou solaire de l’eau, conteneurs sûrs pour la conservation de l’eau); la construction de systèmes pour l’évacuation des eaux usées et de latrines.

Le choléra est une maladie facile à traiter, indique plusieurs sources médicales. On peut guérir jusqu’à 80% des sujets atteints en leur administrant rapidement les sels de réhydratation orale. En cas de déshydratation très sévère, la perfusion de liquide par voie intraveineuse s’impose et autre traitement.

 

(Mamie Ngondo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse