Journée mondiale de la jeunesse : nécessité de revisiter le système éducatif congolais

par -
0 373
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Bien que la crise économique frappe la Rdc de plein fouet, la majorité des jeunes congolais vivent sans initiative aucune pour eux, moins encore, pour le pays. En ce mercredi 26 juillet 2017,  une journée pas comme les autres, dédiée à la jeunesse du monde, quelle peut-être la réflexion parlant de la jeunesse congolaise ?

Abandonnée à son triste sort, souvent sans encadrement, la jeunesse congolaise ne bénéficie d’aucun privilège de la part des aînés dont essentiellement les parents. En ce qui concerne l’éducation des jeunes en effet, les parents sont les premiers responsables qui assurent, à la base, entre autres, les règles de politesse et du savoir-vivre en général.

Kinshasa vit aujourd’hui un moment d’extension du phénomène « Kuluna », ce banditisme de grand chemin dû, non seulement au manque de travail, comme disent certains, mais aussi et surtout, au manque d’encadrement et de suivi, manifestés suite à la négligence des parents depuis le bas-âge de leurs enfants. Trop occupés par des travaux qui ne leur apportent même pas les bénéfices escomptés, les parents n’ont plus le temps de consacrer du temps leurs enfants, ni de jeter un coup d’œil sur leurs notes scolaires. Ils préfèrent seulement attendre les résultats de fin d’années pour crier à tue-tête sur la place publique quand ceux-ci ne sont pas fameux.

Sur ce, les enfants, tout comme les autres parents qui négligent l’avenir des petits, préférant la facilité, et oubliant par le fait même qu’ils sont à la base de la désorientation de leurs enfants, ne bénéficient aucunement de l’encadrement parental. D’où la nécessité de remettre sous examen le système éducatif congolais.

Le jeune du pays doit être un acteur du développement et de sa propre survie. Il doit savoir réfléchir pour son bien-être et aussi pour le bien-être de la société. Mais ici, l’on semble vivre le contraire. La majorité de ceux qui remplissent journellement les bars, les boîtes de nuits… sont des jeunes mal accompagnés, autour des bouteilles, pour de basses mœurs.

Le hasard n’existe pas. « Nos actes finissent par nous rattraper un jour », dit-on. Et on y est. C’est une perte énorme pour le pays quand on a une jeunesse qui est toujours distraite et perverse.

Addy Kitoko

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse